Tunisie – Quel lien entre le dossier de l'octroi des terres domaniales et le dialogue national ? Qui Saïed est il en train de cibler ?    Ligue 1 Pro : Programme des matches de la J3    Najla Bouden s'entretient avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane    La Pologne fait don d'équipements médicaux à la Tunisie    Sfax - La grève régionale dans le secteur privé fixée au 28 octobre    Monde- Daily brief du 25 octobre 2021: Le président Erdogan décide de renvoyer les ambassadeurs de 10 pays    Najla Bouden s'affiche avec un sac à main hors de prix    Maradona Cup : Barça – Boca Juniors, en Arabie Saoudite    Tunisie- Automobile : Hausse de 49% du CA du Groupe Ennakl    Finance : L'association Reconnectt organise la 1ère édition des Journées tunisiennes de la finance "TunFin#21" les 19 et 20 novembre 2021    Baisse de l'investissement déclaré dans l'industrie de 15,6%, à fin septembre 2021    Brahim Debbech : Les concessionnaires ne sont pas visés par les déclarations de Kais Saïed, mais…    Ministère de la Jeunesse et des Sports : Une subvention de 90 mille dinars aux clubs de football de deuxième division    Conditions d'entrée sur le territoire tunisien à partir du 27 octobre 2021    SONEDE: Coupure et perturbation dans la distribution de l'eau potable dans ces zones    La docteure tunisienne Basma Makhlouf Shabou nommée Chevalier de l'ordre des arts et des lettres    Les chiffres effarants de la contrebande de pneus en Tunisie !    La Turquie parie sur l'Afrique, pari gagnant    Amel Belhadj Moussa crée un comité de contrôle des institutions en charge de la protection des séniors    Exclusif: Les forces de l'ordre confisquent des équipements au siège du Mouvement Ennahda    Décès d'Abdelmajid Chaker, l'ancien ministre de Bourguiba    Ligue 1 France : Khazri dans l'Equipe type de la J 11    Abdellatif Mekki préconise de revenir sur le coup d'Etat en rectifiant la situation d'avant le 25 juillet    Salon MOOD TALENT: 38e édition l'hôtel à Dar El Marsa du 5 au 7 novembre    Tunisie : Inquiétude des opérateurs économiques face au flou entourant les LF 2022 et complémentaire 2021    Ridha Lénine : L'heure du tri a sonné !    Tunisie – météo : Pluies orageuses intenses sur le Nord et le Centre-est    UBCI : PNB en hausse de 9% à fin septembre 2021    Zouhair Maghzaoui revendique l'organisation d'un dialogue national global    Tunisie : Les prix des œufs et des poissons sont désormais encadrés    Bilan Covid-19 : 128 nouveaux cas et un décès    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Atelier de travail sur les perspectives et les défis de l'action syndicale dans le cadre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine    Zammour Trekking revient dans une 4ème édition du 4 au 8 novembre 2021    La Fifa et la CAF saluent l'introduction de la VAR en Tunisie    Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que comprendre du discours de Kaïs Saïed ?
Publié dans Business News le 21 - 09 - 2021

Que peut-on comprendre du discours de Kaïs Saïed prononcé hier soir, lundi 20 septembre 2021 depuis la ville de Sidi Bouzid ? Difficile à dire, tant le chef de l'Etat semblait plus se soucier de nourrir l'euphorie collective que d'être réellement compris.

Tous les ingrédients étaient réunis hier soir pour que le discours présidentiel soit intelligible. Une visite-surprise non annoncée - même pour l'équipe de télévision qui avait l'exclusivité de couvrir le discours et de le diffuser en direct - une mauvaise préparation, un public entassé, dissipé et bruyant et un président noyant ses paroles dans un flot de colère.
Il fallait tendre l'oreille et essayer d'écouter au milieu du brouhaha collectif. Le chef de l'Etat avait réuni une foule chauffée à blanc pour l'acclamer et applaudir chacune de ses tirades. « Nous sommes avec vous, monsieur le président ! », « fidèles, fidèles au sang des martyrs ! », « le peuple veut la dissolution du Parlement » hurlait la foule en sifflant, applaudissant et brandissant le drapeau national.

Ce n'est certainement pas par hasard que le chef de l'Etat a choisi la ville de Sidi Bouzid, « berceau de la révolution » et initiatrice du mouvement du 17-décembre. Première ville que Kaïs Saïed a décidé de visiter une fois élu président en 2019, il était certain de l'accueil qui allait lui être réservé hier. En 2019, il avait décrété le 17-Décembre fête nationale en hommage aux martyrs de Sidi Bouzid.
Dans son discours prononcé il y a deux ans dans cette même ville, Kaïs Saïed avait assuré qu'il honorera ses engagements en réalisant la volonté du peuple en dépit des complots, ajoutant que les mécanismes légaux doivent être mis en place pour que le peuple concrétise ses souhaits. Même discours tenu hier, à deux ans d'intervalle.
A Sidi Bouzid, hier soir, le locataire de Carthage a affirmé que le 17-Décembre est la date de déclenchement de la révolution et que le 14-Janvier était celle de son avortement, réitérant son attachement à « honorer la volonté du peuple ». Mais comment compte-t-il y parvenir ?

En plus de 40 minutes de discours présidentiel, Kaïs Saïed n'a été concret que durant les 10 dernières minutes, annonçant que les mesures exceptionnelles allaient se poursuivre et que des dispositions transitoires ont été mises en place. Il a aussi annoncé qu'un nouveau chef de gouvernement allait être bientôt désigné et un nouveau Code électoral mis en place. Faut-il comprendre que le chef de l'Etat compte enfin suspendre la Constitution actuelle ? Lui qui n'avait cessé de laisser entendre ces dernières semaines que la situation dans le pays nécessitait une nouvelle vision qui ne pouvait se matérialiser qu'à travers des réformes politiques fondamentales dont le Code électoral et la Constitution ?
Les avis divergent en réponse à cette question floue qui a suscité une véritable polémique. Au lieu de se prononcer clairement, Kaïs Saïed a préféré, encore une fois, nourrir le flou dans une période des plus compliquées. Pour son frère, Naoufel Saïed, il ne s'agit pas de suspendre la constitution. Il explique, sur sa page personnelle que « ces mesures transitoires garantissent temporairement la coexistence entre les dispositions en vigueur, qui sont sur le point de disparaître, et les nouvelles mesures qui seront adoptées », en citant l'article 10 de la Constitution.
Pour d'autres acteurs de la scène politique, dont le membre du bureau exécutif d'Ennahdha, Abdellatif Mekki, qui affirme qu'il n'y a pas de doute possible au fait que le président de la République a annoncé officiellement, lors de son discours hier à Sidi Bouzid, sa décision de geler la Constitution.
La constitutionnaliste Salsabil Klibi, est, elle aussi, restée perplexe face au discours d'hier. A l'adresse du chef de l'Etat, elle a écrit : « Vous avez laissé le sort de la constitution de 2014 dans le flou et avez affirmé votre engagement à garantir les droits et libertés dans une salle où personne n'y prêtait la moindre attention ». Elle ajoute que « l'article 80 de la constitution vous oblige à retourner à l'avant 25 juillet ».

En attendant, s'il promet la nomination prochaine d'un nouveau gouvernement, le chef de l'Etat n'en donne toujours pas les contours. On attendra, en effet, qu'il définisse la vision qu'il désire donner à la nouvelle équipe gouvernementale, et le statut qu'elle aura, avant d'en connaitre les noms.

Pour quelqu'un qui se défend d'être embourbé et confus, Kaïs Saïed fait pourtant tout pour prouver qu'il l'est vraiment. Au lieu de se présenter directement aux Tunisiens dans un discours préparé, maitrisé, rassurant et, surtout, clair et simplifié, le chef de l'Etat a préféré leur servir une diatribe enflammée. On le voyait, maitrisant mal ses propos - et la foule - vociférer et cracher son venin sur les « autres », ses adversaires, les criminels, les corrompus et les voleurs…qu'il refusera toujours de nommer.
Kaïs Saïed qui avait commencé son discours en affirmant qu'il n'était pas venu « pour jouer une pièce de théâtre » aux piètres instigateurs et acteurs, a pourtant fait tout le contraire….


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.