Hausse des prix de l'alimentation animale : les rentiers rejettent toute responsabilité    Kaïs Saïed : On ne laissera pas la Tunisie en proie aux bêtes sauvages et aux hyènes    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Environnement : Comment réduire les émissions de carbone de l'industrie en Tunisie    La situation reste compliquée pour les entreprises malgré un prudent optimisme    En vidéo : Les Tunisiens crient Victoire après avoir tiré sur le terroriste    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    En vidéo : ''Un centre d'esthétique en Tunisie a fait des ravages sur les gens'', selon une influenceuse internationale    Des recommandations fortes du CIJM au Comité d'Organisation des Jeux Méditerranéens 'Oran 2022 '    Tunisie : La STEG ouvre ses guichets les samedis    Tunisie : Un décès suspect dans une caserne de la Garde nationale    Bourse de Tunis : L'action Amen Bank réalise la meilleure performance de la semaine    Kaïs Saïed s'entretient avec Najla Bouden à propos de sa visite en Algérie    Tunisie – Mise à jour : Samir Bettaïeb maintenu en prison    Coronavirus - Un nouveau variant «avec une constellation de mutations» inquiète l'OMS    NBA : Le programme TV de la nuit de vendredi    Affaire Chokri Belaïd : Rassemblement de protestation devant le palais de Justice à Tunis    Tentative d'agression d'un agent près du siège du ministère de l'Intérieur    Ennahdha appelle à organiser des élections anticipées    La banque allemande KfW débloque 18,5 M€ en faveur de la protection du littoral tunisien    Tunisie-Ligue 1 : la phase aller en chiffres    DAVIS CUP : Tunisie 2-0 Zimbabwe, grâce à Aziz Dougaz    La Tunisie reçoit 400 mille doses du vaccin anti-Covid19    Mouvement Ennahdha: Kais Saied a échoué    L'affaire de Faten Ben Slama reportée au 1er décembre 2021    Sousse: Arrestation d'un ancien gouverneur pour homicide involontaire    Tunisie: Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner de grosses pertes !    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Migration clandestine : Un oubli regrettable !    Le gouvernement de Chahed est à l'origine de la crise économique, selon Ben Kaddour    Foot Européen : Programme TV des matches de vendredi    Tennis | Coupe Davis – Tunisie-Zimbabwe (aujourd'hui et demain au TCT) : Encore un effort !    L'USBG se rebiffe : Maintenant le play -off    Express    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Ils ont dit    La patience a ses limites    Dialogues éphémères | Le chant de la «voix endeuillée»    «Focus Japon» du 26 au 28 novembre à la Cité de la Culture : La culture nipponne à l'honneur    Conférence de presse de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC) : Le théâtre célébré dans toute sa splendeur    Coronavirus : Zéro décès et 159 nouvelles contaminations recensées le 24 novembre 2021    Monde- Daily brief du 25 novembre 2021: L'UE approuve le vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    Fini le combat entre Frères musulmans et Wahhabites : les Emirats investissent 10 milliards $ en Turquie    Disparition de Mohamed Bouamoud, adieu l'ami !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue, référendum, plébiscite, miroir aux alouettes et marché de dupes
Publié dans Business News le 24 - 10 - 2021

Recevant son ministre des Technologies de l'information, Nizar Ben Néji, le président de la République Kaïs Saïed a clarifié sa vision concernant le débat national. Pour la première fois depuis longtemps donc, nous pouvons entamer une réflexion sur les modalités et le contenu du débat national proposé par le chef de l'Etat sur la base de déclarations de l'intéressé lui-même et non à travers des déclarations de l'équipe de sa campagne d'explication, qui avoue ne pas être mandatée par le président de la République pour parler en son nom et développe un discours évasif et flou.
Pour atteindre ce stade de clarification de sa vision du dialogue national, le président de la République est passé par plusieurs étapes. Il a commencé d'abord par ignorer la proposition de l'UGTT présentée depuis plusieurs mois sans expliquer les raisons de son rejet qui prend à contre pied l'ensemble des partis politiques et des acteurs de la société civile qui ont exprimé leur adhésion à la proposition de la centrale syndicale.
Il y a eu ensuite le dénigrement de l'idée même de débat. Dans l'une de ses déclarations, le chef de l'Etat est allé jusqu'à considérer que le débat national qui a eu lieu dans le pays n'était ni un débat, ni national. Cela lui a valu une riposte cinglante de la part de Houcine Abassi, ancien secrétaire général de l'UGTT, qui était l'un des principaux animateurs du débat national qui a eu lieu en 2013 et qui a valu à la Tunisie d'obtenir le prix Nobel de la paix. Tout ceci avait été accompagné par une pointe de dérision concernant la feuille de route présidentielle. A ceux qui lui réclamaient une feuille de route claire (kharitatou tariq), il a répondu qu'ils n'ont qu'à aller consulter les atlas de géographie.

Il aurait fallu du temps et beaucoup de pressions de la part des composantes de la société civile tunisienne, mais surtout de la part des différents partenaires étrangers de la Tunisie, américains et européens en particulier, pour que Kaïs Saïed accepte enfin l'idée d'un débat national. Mais attention, ce que propose le président de la République n'est pas un débat n'importe lequel. C'est un débat à sa manière, qui en définitive, n'en est pas un.

En effet, il ressort de l'entretien accordé par le chef de l'Etat à son ministre des Technologies de l'information que des plates-formes virtuelles seront mises à la disposition des jeunes et des moins jeunes dans les différentes délégations du pays pour exposer leurs visions et présenter leurs propositions et suggestions. Ces dernières seront collectées et analysées par la suite pour prendre la forme d'un programme visant à réviser la constitution et le système politique. Cette démarche nécessite quelques remarques, nombre de questions et beaucoup d'interrogations.

En principe le débat nécessite la participation collective dans un espace délimité d'un nombre d'intervenants sur un sujet choisi et débattu dans la contradiction et la diversité dans le but de clarifier une position concertée à propos de l'objet du débat. La communication interpersonnelle est donc une condition nécessaire du débat. Avec le développement des tics, mais surtout avec les contraintes de la pandémie de la Covid-19, des rencontres et des réunions ont eu lieu de plus en plus souvent à distance. Seulement, même si l'espace physique a été remplacé par l'espace virtuel, les participants dans ces réunions 2.0 sont présents et peuvent intervenir à n'importe quel moment du débat et réagir avec les autres participants d'une manière instantanée, ce qui n'est pas le cas avec la concertation et les plates-formes proposées par Kaïs Saïed et son ministre.

En plus, de sérieux soupçons pèsent sur cette démarche. Il est à craindre que cette dynamique qui utilise les moyens financiers et logistiques de l'Etat serve à tisser des liens entre les sympathisants de Kaïs Saïed dans les régions en prévision de l'annonce prochaine de leur organisation au sein d'un parti présidentiel capable de s'imposer lors des prochaines échéances électorales.
D'un autre côté, la dynamique proposée par le chef de l'Etat donne une impression de déjà-vu. Elle ressemble à s'y méprendre à la démarche de l'association Aich Tounsi en 2018. Certes en politique, il n'y a pas de plagiat, néanmoins, cela pose un problème éthique.

Assurément, Kaïs Saïed n'a jamais eu l'intention d'initier un débat national. Sous la pression, il essaie de profiter des suggestions des jeunes, et accessoirement des moins jeunes, pour passer directement au référendum. Dans les conditions actuelles du pays, ce référendum prendra l'allure d'un plébiscite légitimant le pouvoir personnel du président de la République. En clair donc, Kaïs Saïed nous propose un miroir aux alouettes en guise de débat national et un parfait marché de dupes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.