Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Police de l'environnement Pollueurs gare à vous !
Publié dans Business News le 15 - 06 - 2017

«Chaque jour, deux tonnes de déchets sont anarchiquement jetés dans nos rues » dénonce depuis des semaines une campagne de sensibilisation contre la saleté des voies publiques, lancée par le ministère de l'Environnement. Deux tonnes de détritus qui encombrent les quartiers des tunisiens et leur bouchent la vue et l'odorat. Un état de faits qui a longtemps été mis sur le dos des municipalités accusées de ne pas faire leur travail mais qui, avouons-le, est aussi dû à l'incivilité manifeste des citoyens.
Une police environnementale a ainsi été lancée le 13 juin 2017 pour pallier ce fléau qui abîme la vitrine d'une Tunisie à cheval entre un tiers monde auquel elle ressemble et le rêve de développement auquel elle aspire…


La cérémonie de lancement de la police environnementale s'est tenue mardi sous la présidence du chef du gouvernement, Youssef Chahed, qui n' a pas manqué de rappeler que la question environnementale fait aussi partie, autant que la lutte contre le terrorisme et la corruption, des priorités de son gouvernement.
En présence du ministre de l'Environnement et des Affaires locales, Riadh Mouakher ; de la ministre de la Jeunesse et des Sports, Majdouline Cherni ; de la ministre du Tourisme, Selma Elloumi Rekik et du ministre du Transport, Anis Ghedira, le chef du gouvernement a souligné que l'instauration d'un meilleur environnement de vie dans les différentes villes du pays et un premier pas vers le développement des régions tunisiennes.

Ce corps d'agents sera ainsi placé progressivement, sous l'égide de l'administration des collectivités locales, soit dans 34 arrondissements du Grand Tunis, 20 municipalités dans les chefs-lieux de département des 20 gouvernorats de l'intérieur du pays et 20 autres municipalités à grande densité démographique ou à caractère touristique.
Riadh Mouakher a annoncé, pour sa part, que les agents de la police environnementale débuteront leur mission dans la zone du Grand-Tunis lors d'une opération blanche d'une durée d'un mois destinée à permettre aux citoyens de s'acclimater avec ce nouveau mode de vie. « Durant cette période d'évaluation, les citoyens qui enfreindront la loi de 2016 relative à la police de l'Environnement seront sanctionnés par des amendes blanches puis, le 15 juillet 2017, les amendes réelles entreront en vigueur » a-t-il précisé.

Nombreuses questions sont posées quant à la conduite désormais à tenir. Il est vrai qu'en Tunisie, à part les regards obliques de certains « marginaux », personne n'était jusque-là inquiété pour avoir jeté sa bouteille d'eau de sa voiture en marche ou encore ses poubelles à côté de la benne prévue à cet effet. C'est donc avec beaucoup d'espoir mais aussi une certaine appréhension que les Tunisiens ont accueilli la loi n° 6 en date du 30 avril 2016, qui stipule des PV de contraventions contre ceux qui jettent les déchets sur la voie publique ou dans d'autres endroits qui ne sont pas faits pour l'usage, sachant que la même loi, dans son article 10, fixe les amendes à payer en cas d'infraction, entre 300 et 1000 dinars.
Le décret gouvernemental n° 433 en date du 10 avril 2017, relatif à la fixation d'amendes prévoit également des sanctions afin d'empêcher toute éventuelle atteinte à la santé des citoyens, à la propreté et au respect de l'environnement. Il prévoit ainsi une amende de quarante dinars pour tout jet de mégot de cigarettes ou de tout type d'ordures dans les endroits publics et privés ainsi que le crachat dans les endroits publics, entre autres infractions.
La pose des ordures ménagères dans des endroits inappropriés ou en dehors des délais fixés par la loi, le lavage des voitures dans la rue, le jet d'objets ou de produits émettant des odeurs nauséabondes sont également concernés par ces dispositions et ces amendes. D'autre part une contravention d'un montant de soixante dinars est également prévue, notamment en cas de pollution des plages et des mers ainsi que le non-entretien des espaces communs dans les résidences et pour toute personne qui urine dans les lieux publics.

Riadh Mouakher a également évoqué mardi l'instauration d'horaires de déversement des ordures et déchets comprises entre 18h et 21h. Ainsi le déversement des déchets sur la voie publique ou les lieux non aménagés à cet effet, l'incinération des ordures par les particuliers ou des sociétés seront punis d'une amende allant de 40 à 60 dinars. D'autres délits allant de 300 dinars d'amende à des peines privatives de liberté sont également prévues. Les amendes seront numérisées, avait souligné le ministre, via des tablettes électroniques. Une application digitale « Tunisie propre » permettra, par ailleurs, aux citoyens d'attirer l'attention des agents sur des infractions environnementales.
Riadh Mouakher avait néanmoins estimé, plus tôt en 2017, que la police environnementale ne pourra pas, à elle seule, résoudre toutes les problématiques existantes, et que sa mise en place devra s'accompagner de plusieurs mesures complémentaires, comme la sensibilisation des citoyens et la mise à disposition des équipements nécessaires. Youssef Chahed a aussi évoqué la difficulté de la tâche de la mission des agents dédiés à la préservation de la propreté et de l'environnement dans les villes tunisiennes.

La mise en place de cette police d'un genre nouveau, a d'ailleurs commencé par susciter une petite polémique assez inattendue. Le syndicat de la police municipale a, en effet, dénoncé le dédoublement de ses fonctions avec la nouvelle police environnementale. Il a exhorté le ministère de l'Intérieur à apporter des clarifications à propos de la relation prévue entre la police municipale et les nouvelles structures de la police environnementale, appelant le ministère à revoir l'appellation de « police » affectée à une structure de surveillance.
Nombreux citoyens se sont également posé la question quant aux dépassements commis par les agents de la municipalité eux-mêmes, qui sont parfois aussi à l'origine de la trainée de déchets qui jonchent les chaussées.

L'effort est à entreprendre à tous les niveaux pour qu'enfin nos villes soient salubres. Néanmoins, cette nouvelle structure est plus que la bienvenue tant le paysage souillé par les détritus qui s'amoncellent à chaque coin de rue est affligeant, tant le comportement de certains concitoyens qui estiment que la rue est une poubelle à ciel ouvert est inacceptable, tant la question est primordiale pour une Tunisie qui œuvre à briller aux yeux du monde en tant que destination privilégiée pour les touristes et les investisseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.