La Force maritime européenne (Euromarfor) : cette force aéronavale qui nous fait peur    Un homme noie le hamster de son ex dans le bocal du poisson rouge pour se venger    CAN-2019 – Elim (9e j/Gr.J) – Tunisie-Niger : le Gabonais Eric Otogo au sifflet    1ère édition des Journées d'Art Contemporain de Carthage du 19 au 23 septembre    Point sur la transaction entre Vivo Energy et Engen Holdings    En Vidéo : Le réalisateur Glenn Weiss demande sa compagne en mariage aux Emmy Awards    Les facteurs de risque de l'inflation virent au rouge    L'ESM a manqué de réussite ,en attaque    Prochaine réunion CNAM/syndicat    Machrou et Afek se démarquent…    Tournoi de Kaohsiung : Malek Jaziri qualifié au deuxième tour    Le Secrétaire général de l'UGTT Noureddine Taboubi rencontre les délégations des partis du Courant Démocratique et d'Achaab    La tension entre les deux présidents va contre l'intérêt de la Tunisie, d'après Nasfi    Forum International sur les Partenariats Public Privé : Liste des projets    En Algérie, des associations appellent à la candidature du général Toufik aux élections de 2019    La rencontre avec Noureddine Tabboubi était ‘'positive'', selon Youssef Chahed    Tunisie – Youssef Chahed qualifie son entretien avec Tabboubi de « positif »    Ahed Tamimi a Paris : «Tout Palestinien résiste à l'occupation dès sa naissance»    Libye: Reprise des affrontements armés à Tripoli    Tunisie: Report de la grève prévue dans le secteur de l'Enseignement supérieur    L'arbitre sénégalais Daouda Guèy blanchi par la CAF    Chokri Mabkhout remporte le prix de la littérature pour enfant de Shoman Foundation    Ne pas sombrer dans le fatalisme    Programme TV du mardi 18 septembre    Skander Kasri n'arrête pas de séduire    Aujourd'hui, on planche sur une charte nationale    BROTHERHOOD, le film de la scénariste et réalisatrice Tuniso-américaine Meryam Joobeur, remporte le Prix du meilleur court métrage canadien à Toronto    Le film “Les Bienheureux” au cinéma en Tunisie à partir du 19 septembre (B.A. et synopsis)    CAREP:    Un étudiant tunisien majeur de promotion à l'EPFL en Suisse    Tunisie: La Compagnie phosphate de Gafsa a payé une voiture de 150.000 dinars pour le secrétaire d'Etat des Mines limogé, Hechmi Hmidi    Tunisie: Après la vague d'incendies, des caméras de surveillance dans les dortoirs des établissements scolaires pour les sécuriser    Tunisie – Reprise des protestations à Tataouine    Ooredoo lance les packs « Rentrée» Nokia 1 et Nokia 2.1    Le CSID : Comment faire preuve de diligence dans la législation islamique autour du thème de l'héritage ?    La tension monte en Syrie : La Russie accuse Israël d'avoir abattu un avion militaire russe    Accord entre la Russie et la Turquie : La bataille de Idleb n'aura pas lieu    Présentation par la Ligue des Electrices Tunisiennes d'une étude sur l'Intégration de la notion de la violence politique dans les normes internationales    Bientôt moins de sel dans le pain    Le privé supplante le public    1er Salon du sport et de la remise en forme    Le «pescatourisme», une opportunité à explorer    Et si l'on observait une pause ?    Vers l'introduction de l'éducation environnementale    «La vitesse et l'alcool, premières causes de mortalité au volant»    Grandeur de l'art    La marche vers les oscars    Des cordes virtuoses…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nebras, un lieu pour soigner les survivants de la torture
Droits de l'homme
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 06 - 2015

Demain, Nebras, l'institut tunisien de réhabilitation des survivants de la torture, nouvellement créé, tient une rencontre avec la presse. Objectif : sensibiliser les médias et la société civile à l'importance de l'assistance aux victimes de cette atteinte grave aux droits de l'Homme.
La journée mondiale des Nations Unies pour le soutien des victimes de la torture est célébrée le 26 juin de chaque année.
A cette occasion, Nebras, le nom tant d'une association que de l'Institut tunisien de réhabilitation des survivants de la torture, créé par des médecins venus de la société civile post-révolutionnaire, tient une rencontre avec la presse, le mercredi 24 juin 2015 à 10h30, au siège du Syndicat national des journalistes tunisiens, au Belvédère.
Organisée en partenariat avec l'ONG danoise, qui lutte contre la violence organisée et la torture dans le monde, Dignity, cette conférence entend sensibiliser les journalistes à l'importance de l'assistance aux victimes de la torture qui passe par la réhabilitation comme premier pas vers la réparation. Pour introduire l'expérience pilote de l'institut Nebras, qui a ouvert ses portes en novembre dernier, la rencontre réunira le Dr Malek Lakhoua, directeur du centre et les psychiatres, Dr Zeineb Abroug et Dr Anissa Bouasker, membres du comité scientifique de l'Institut, ainsi que Dr Fethi Touzri et Dr Riadh Bouzid, membres de son comité directeur. Le cadre juridique en rapport avec la torture en Tunisie et ses perspectives de réforme sera présenté par Kameleddine Ben Hassan, juriste et membre du cabinet du ministre de la Justice, chargé de la réforme des prisons. Il fait également partie du groupe technique de coopération entre Dignity et le ministère de la Justice. La torture est définie par les responsables de Nebras comme : « Tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou morales sont intentionnellement infligées à une personne par ou avec le consentement des autorités étatiques avec un objectif spécifique : punir, soutirer des aveux ou informations, se venger ou terroriser. La torture a pour objectif de détruire l'identité des victimes et détruire leur sentiment d'appartenance à l'espèce humaine ».
Pour faire face à cette atteinte grave aux droits de l'Homme, que les autorités de notre pays ont longtemps utilisée contre les prisonniers d'opinion jusqu'à la veille du 14 janvier 2011 et, selon plusieurs associations humanitaires nationales et internationales, continuent à exercer contre les prisonniers de droit commun, l'institut a mis en place une approche multidisciplinaire.
« Ce traumatisme grave engendre souvent des séquelles psychiques et physiques. D'où le traitement chez nous des victimes par un kinésithérapeute, des médecins et des psychiatres formés dans la prise en charge des survivants de la torture. L'accompagnement social est également fondamental, les assistants sociaux ayant pour mission l'intégration des survivants dans le monde du travail notamment », explique Malek Lakhoua, le directeur de Nebras.
L'institut, qui a signé un protocole d'accord avec le ministère de la Santé, reçoit aujourd'hui une cinquantaine de patients auxquels il offre une réparation totalement gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.