Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed et Nabil Karoui réagissent aux résultats: Entre engagement et justifications
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 10 - 2019

Alors que pour Kaïs Saïed, l'élection présidentielle était un moment historique, une page de l'histoire qui s'ouvre, une nouvelle Tunisie à construire, pour Nabil Karoui, les résultats étaient inattendus et les justifications sont permises au vu d'une difficile campagne électorale.
Les dés sont jetés, une phase électorale atypique, qui a commencé dès le décès de l'ancien président de la République Béji Caïd Essebsi, touche à sa fin en attendant la cérémonie d'investiture, après examen d'éventuels recours, du nouveau président de la République Kaïs Saïed, ayant raflé près de 72% des voix au second tour de la présidentielle anticipée.
Dimanche dernier, les résultats des sondages à la sortie des urnes sont tombés, témoignant d'une victoire écrasante du candidat indépendant spécialiste en droit constitutionnel Kaïs Saïed, et c'était aux deux prétendants au Palais de Carthage de réagir. Alors que pour Kaïs Saïed, c'était un moment historique, une page de l'histoire qui s'ouvre, une nouvelle Tunisie à construire, pour Nabil Karoui, c'était des résultats inattendus et des justifications au vu d'une difficile campagne électorale.
Les premiers mots du candidat vainqueur de l'élection présidentielle étaient très attendus, après l'annonce des résultats approximatifs par les bureaux de sondages. « Aujourd'hui, la volonté du peuple s'est concrétisée, je remercie les citoyens et citoyennes qui viennent d'ouvrir une nouvelle page de l'Histoire. Le peuple tunisien a donné une leçon au monde entier, en donnant une nouvelle signification à la révolution », a lancé Kaïs Saïed devant un grand nombre de journalistes et devant ses sympathisants lors d'un point de presse.
Fidèle à son identité, en tant que spécialiste en droit constitutionnel, Saïed a plaidé en faveur de l'application de la loi, la suprématie de la Constitution et de la justice. En effet, les premiers mots du nouveau président sont allés dans le sens de la nécessité d'appliquer la loi sur tout le monde assurant qu'il garantira la suprématie de la Constitution. « Nous sommes conscients de ce que nous disons et nous connaissons nos responsabilités. L'Etat doit continuer. Nous devons construire des relations basées sur la confiance, nous travaillerons dans le cadre de la Constitution et soutiendrons les causes justes, notamment celle de la Palestine », a-t-il noté. Ajoutant que la continuité de l'Etat sera assurée « grâce à ses lois et ses engagements internationaux », il a expliqué également être conscient de « l'ampleur de la responsabilité » qui l'attend.
Parlant de ses priorités, le président élu ne s'est pas départi de son discours de campagne, affirmant qu'elles seront celles du peuple et que la volonté du peuple se manifestera en décision.
Karoui n'écarte pas un recours
De l'autre côté, la réaction du candidat perdant se faisait également attendre. Pour Nabil Karoui, il était question de féliciter tous les Tunisiens qui ont voté pour lui, même s'il ne s'attendait pas à un tel échec cuisant. « Je ne m'attendais pas à ces résultats, nous ne sommes pas de mauvais perdants, nous respectons les règles du jeu démocratique, mais ma situation en prison et ma privation de faire campagne m'ont coûté très cher », a-t-il estimé.
Laissant la porte ouverte pour un éventuel recours contre les résultats de ce scrutin présidentiel, se basant notamment sur l'absence du principe d'égalité des chances entre les candidats, Karoui a affirmé que la décision sera prise par son parti à l'issue de l'annonce des résultats préliminaires. Lors d'une conférence de presse tenue au siège de sa campagne électorale, Nabil Karoui est notamment revenu sur les conditions de la tenue de sa campagne électorale pour justifier sa défaite, considérant que ces « conditions, dont essentiellement son incarcération, ne l'ont pas servi », « le résultat aurait été tout autre », a-t-il insisté. « Vous savez tous ce qui s'est passé et il faut s'interroger sur ce qui aurait pu avoir lieu si je n'avais pas été injustement emprisonné » a-t-il expliqué, soulignant en particulier les tentatives pour l'exclure de la course présidentielle et « le harcèlement subi dès l'annonce de ma candidature ».
Le candidat indépendant Kaïs Saïed a remporté, dimanche, le second tour de l'élection présidentielle anticipée avec plus de 72% des voix, selon les sondages, contre moins de 30% des voix pour son adversaire, le président du parti « Au Cœur de la Tunisie » Nabil Karoui.
Il deviendrait ainsi le deuxième président de la seconde République tunisienne après Béji Caïd Essebsi, élu en 2014 et décédé le 25 juillet dernier, et le septième président de la République tunisienne, en attendant la cérémonie d'investiture après examen d'éventuels recours et l'annonce des résultats définitifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.