Les Tunisiens résidants en Europe rapportent aux Etats 7492.5 MD    Jasmin Open Tunisia : Les matchs de Ons Jabeur seront transmis en live à la Watania 2    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    Inauguration officielle de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international (Album photos)    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Wassim Boukhris : retour à la normale des prix des volailles    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Entreprises citoyennes et gouvernance locale : Le grand défi de Saïed    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    Tunisie-Accidents: 11 morts et 372 blessés en 24h    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Tunisie : Retour à la normale pour les prix de la viande de volaille ?    Manifestation sportive de sensibilisation aux avantages du dépistage précoce du cancer du sein : 20.000 nouveaux cas au cours de l'année 2020-2021    Services de proximité : Séparer le bon grain de l'ivraie    Kristalina Georgieva : les négociations avec la Tunisie ont atteint un stade avancé    Mziou : le président doit interdire par décret les poursuites de civils devant les tribunaux militaires    La dette publique est passée de 25 à 106 milliards de dinars en 2022, selon Mohamed Salah Souilem    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Législatives en Tunisie: Vers une Assemblée atypique    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Météo du mardi 4 octobre 2022    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'Académie française de médecine    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale, pour la 4e semaine d'affilée    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Contrepoint | Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Ils ont dit…    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    Des héros anonymes    Ambition Africa : renforcer les liens économiques et commerciaux avec l'Afrique    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Tunisie Telecom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Jasmin Open Monastir : Sur quelle chaine regarder les matches de Ons Jabeur ?    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La musique n'adoucit pas toujours les mœurs
«Hip-Hop Urbain» au festival International de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 08 - 2015

Le rap, le hip-hop, des genres musicaux sont en vogue aujourd'hui, en Tunisie. Une tendance qui connaît un grand essor. Elle a été créée par les jeunes et pour les jeunes. Une musique et des paroles qui traitent, certes, de la pauvreté, de l'injustice sociale, mais dans quel jargon ? On sait tous que la musique adoucit les mœurs, mais est–ce le cas quand on écoute et surtout quand on apprend par cœur les paroles comme «ikmi ikmi» (Kafon) ou encore «Skirti rawhi», le dernier opus de Balti ?
N'est-on pas en train d'encourager et d'inculquer dans l'esprit des ados et des enfants les mauvaises valeurs par un discours bourré de violence, de révolte, de misogynie, de vulgarité ? Ces mêmes jeunes et enfants, qui se sont déplacés en grand nombre, avant-hier, au théâtre antique de Carthage pour suivre le concert hip-hop Urbain, judicieusement mis en scène par Mohamed Ali Ben Jomâa. Ce concert, qui a réuni plusieurs rappeurs et DJs tunisiens dont Balti, Kafon, Artmasta, Zied Nigro, GGA,et DJ Danger étaient les invités de la soirée.
Le théâtre était, relativement, plein ce soir-là. On offrait aux spectateurs un show qui englobait plusieurs arts à la fois ; le Rap, le Graffiti, le Break Dance et le Beat Box. Ce fut le rappeur Kafon qui a meublé la première partie de la soirée. Sorti d'un camion taggué, il est monté sur scène, entouré par des barils colorés de toutes les couleurs, des percussions et une troupe de danseurs de hip-hop, avant que le chanteur ne vînt offrir au jeune auditoire ses morceaux connus, à l'instar de «Gabi Gabi» (dont on ne sait toujours pas la signification !), «Mazatil», «Ikmi ikmi»...
Et on commence aussitôt à chanter et à danser sur des paroles qui incitent à la débauche et à la vulgarité. Riadh Masta, lui aussi rappeur, a accompagné Kafon pendant une heure et demie dans sa prestation. Ils ont interprété ensemble, «ana win» «chkoun fikom mirtah», «40 /70», soutenus par les instruments à percussions et une troupe musicale composée d'une quinzaine de personnes. C'était une soirée pour les jeunes qu'on a «ménagés» avant-hier. Puis vient le tour, dans la seconde partie de la soirée, de la montée du rappeur Balti, une entrée également particulière.
D'ailleurs, c'était le seul point positif de la soirée, une scénographie et une mise en scène réalisées, comme on l'a mentionné, par Mohamed Ali Ben Jomâa. De grands panneaux avec graffitis, sur lesquels on tagguait les noms des chanteurs, en plus d'une prestation de break-danse et de hip-hop du chorégraphe Lotfi Ben Sedra, ont préparé le terrain à Balti qui est apparu à moto, sous les applaudissements des spectateurs. Il commence, sans perdre de temps, par interpréter les génériques des feuilletons comme «Pour les beaux yeux de Catherine», «Wlad Moufida», avant que son invité, Zied Nigro ne le rejoigne dans les duos «jay mil rif lil assima» ou encore «galouli ma tji» et «chafouni zaouali». Le show s'est terminé avec «Ana al fat annadifou», poème déformé en version rap et interprété par une chorale d'enfants sous la direction de Balti. Pas de quoi se réjouir, outre mesure


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.