Tunisie – La société régionale de transports de Kasserine interdit à ses bus de s'arrêter à Kairouan    Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manel Souissi, Présidente de la fédération tunisienne des cinéclubs: «Les plateformes de cinéma et le streaming : pierre d'achoppement»
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 07 - 2020

Le projet de «Cinéma fi Houmetna» lancé par la Ftcc a commencé en 2015. En 2018, l'idée (et le festival) avec l'appui de «Tfannen-Tunisie créative» s'est étendue à 24 quartiers et 12 gouvernorats. A l'occasion de la conférence de presse, nous avons rencontré la présidente de la Ftcc.
Où en sont les choses aujourd'hui à la Ftcc (qui vient de fêter récemment ses 70 ans en 2019) et quels sont ses défis ?
A cette occasion, il a fallu prendre du recul pour voir où en est la fédération, ses acquis et les défis qu'on doit relever. Force est de croire que nos défis sont aujourd'hui beaucoup plus compliqués, même si on ne vit plus sous une dictature... Nous sommes dans une démocratie où il y a la liberté d'expression, mais la pierre d'achoppement, de nos jours, réside dans les plateformes de cinéma et le streaming, et autant de nouvelles technologies qui empêchent les jeunes de sortir voir un film dans le cadre d'un cinéclub. L'une des solutions que nous avons trouvées consiste en le lancement de festivals. Nous disposons, en fait, d'une trentaine de cinéclubs en Tunisie et nous avons décidé de les encourager à organiser des festivals de cinéma avec des thématiques même avec des budgets limités. L'idée est de créer une ambiance particulière pour attirer les jeunes. Je cite l'exemple du cinéclub de Tunis qui organise «Le cinéma de la paix ?», le cinéclub Hammamet qui a organisé trois sessions de «Biouyounihounna» (A travers leurs yeux), un festival dédié aux productions de femmes. A Gabès, nous avons le court métrage tunisien, à Redeyef le film écologique et le cinéma du monde ouvrier à Menzel Bourguiba. Et nous continuons à lancer des festivals avec la spécificité de la Ftcc.
Vous arrivez à financer vos activités avec seulement le soutien de l'Etat ?
90% de notre budget provenaient avant de la subvention du ministère des Affaires culturelles. Nous avons essayé de diversifier nos ressources et de trouver d'autres soutiens à condition de respecter l'éthique de la Ftcc. (Et je fais référence à notre plateforme de l'action culturelle qui date de 1975). Nous avons donc préparé des dossiers et nous les avons présentés à des bailleurs de fonds européens ou tunisiens. C'est ainsi qu'on peut obtenir des financements de Deutchvel academy (Allemagne) pour notre projet «Cinéchebeb» qui s'étend sur toute une année, il y a aussi «Tfannen, Tunisie créative» et Naas qui est un réseau d'écrans alternatifs sur le monde arabe et où on a travaillé entre autres sur le renforcement des capacités des animateurs de cinéclubs et la rédaction d'un manuel de l'animateur. Aujourd'hui, nous nous ouvrons au sponsoring parce qu'il y a des entreprises nationales qui croient en notre éthique et en nos projets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.