La Juve s'intéresse à Isco ?    Le Gouvernement Mechichi dos au mur !    Laisser ouvert et fermer à la fois, et gare à botter en touche !    Tunisie – Concours: Ouverture des candidatures pour le Prix Zoubeida Bchir des écrits féminins tunisiens    Dhafer L'Abidine héro du film de vampires "Bloodline" accessible sur la plateforme de streaming Shahed    Cléo Cohen et les mémoires béantes    Alain Rey, célèbre linguiste et figure du dictionnaire «Le Robert», est mort    « Donner aux autres la possibilité de s'accomplir autrement que par le monde matériel »    Tunisie : Le groupe terroriste "Al Mahdi dans le sud tunisien" aurait revendiqué l'attaque de Nice.. Une enquête est ouverte    Souk At-tanmia, des dons pour épauler les entrepreneurs en Tunisie    Le PDL s'insurge contre la création d'un organisme fictif à l'ARP    Il faut faire preuve de plus d'audace pour la LF 2021, déclare Tarek Cherif    Un nouvel accord commercial entre le Royaume-Uni et la Tunisie    Loi de finances rectificative : besoin d'alternatives, et en urgence    CONDOLEANCES    DECES : Brahim HAJJI    Ventes de smartphones : Samsung redevient numéro un mondial    Tunisie : Avancement de 60 % des travaux d'aménagement du village artisanal à Kébili    Tunisie: 13 nouvelles infections au coronavirus à Médenine    SNCFT : Changement de la programmation des dessertes des trains sur la ligne de la Banlieue-Sud de Tunis    Fadhel Moussa - Lutter contre les troubles sociaux: Tirer les leçons du passé historique    Electrostar : Un chiffre d'affaires en baisse de 27% (30 09 2020)    Hakim Ben Hammouda, expert et spécialiste en économie, ancien ministre des Finances, à La Presse : « Seul un état d'urgence économique pourra sauver les institutions de l'Etat »    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 30 octobre 2020 à 11H00    Foot-Europe: le programme du jour    La poésie en questions | Le prisme des philosophes I    Film «Lettres du continent» des Studios Kabako : Et la danse dans tout ça !    Volleyball | La nouvelle saison démarrera en décembre !    Cyclisme | Championnat du Monde Mountain bike en Turquie : Habouria classé 37e    Les cours reprennent normalement lundi dans les écoles françaises    Contrebande | Des oiseaux rares et menacés d'extinction saisis à Tabarka    C'est une situation de faillite    Le port du masque en voiture est nécessaire sinon obligatoire pour plus de 2 personnes    Décès de Bouali Mbarki, Secrétaire général adjoint de l'UGTT    Paris SG : Neymar touché aux adducteurs    Tunisie : Le parlement condamne l'attaque de Nice : " Cet acte ne représente ni les tunisiens ni les musulmans en général "    Coronavirus : 156 nouvelles contaminations et 2 nouveaux décès à Nabeul    Bouali Mbarki n'est plus    Météo: Prévisions pour vendredi 30 octobre 2020    Le terroriste de Nice est arrivé à Lampedusa fin septembre    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Attaque de Nice : L'assaillant serait d'origine tunisienne    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Postes au sein de l'Etat | Saied affirme son refus de la nomination de quiconque faisant l'objet d'une demande en justice (Vidéo)
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 09 - 2020

Certaines personnes, potentielles candidates à des postes au sein de l'Etat, sont visées par des affaires devant les tribunaux, a fait observer le président de la République Kais Saied lors de son entretien mardi au Palais de Carthage avec le chef du gouvernement, Hichem Mechichi.
Le président estime qu'il est opportun d'attendre que la justice rende son jugement sur ces affaires avant de faire appel aux personnes concernées pour gérer les affaires publiques.
Et d'ajouter, les tribunaux rendent leur jugement au nom du peuple. Et si le peuple, en tant que détenteur de la souveraineté, s'est rebellé contre tout un système et en a écarté les symboles, alors il n'est plus question que ces derniers reviennent au devant de la scène du moment où ils sont impliqués dans des affaires judiciaires, a souligné le chef de l'Etat.
Kais Saied a rappelé, dans ce sens, que les personnes dont les noms circulent pour de hautes fonctions, ont extorqué de l'argent et des biens immobiliers appartenant à l'Etat. Ils n'ont plus de place au sein de l'Etat et doivent rendre des comptes devant une justice équitable.
Le président de la République dit refuser la nomination de quiconque faisant l'objet d'une demande en justice à des postes de responsabilité.
Il a appelé, dans ce sens, le chef du gouvernement à consulter les archives de la Commission Nationale d'Investigation sur la Corruption et la Malversation présidée par feu Abdelfattah Omar. Et d'ajouter « il est vrai que des jugements n'ont pas été rendus à leur encontre à cause des manigances auxquelles ils se sont livrées durant les dernières années, et aujourd'hui ces personnes veulent revenir au sein des appareils de l'Etat sous prétexte de leur expertise. Or le peuple tunisien qui les a chassé du pouvoir, n'acceptera pas leur retour ».
Dans une séquence vidéo publiée sur la page facebook officielle de la présidence de la République, Saied a assuré connaitre l'identité de celui qui complote contre l'Etat et vise la présidence du gouvernement.
Il a dénoncé l'intervention de certaines parties influentes dans la nomination des gouverneurs et la majoration de leurs indemnités, affirmant que des mesures seront prises contre ces agissements inacceptables.
Des médias avaient rapporté des informations faisant état de la volonté du chef du gouvernement de nommer Taoufik Baccar et Mongi Safra, deux responsables de l'ancien régime, comme conseillers au sein du cabinet gouvernemental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.