GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FMI dresse un tableau sombre de l'économie tunisienne : Une chute libre dans le gouffre
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 10 - 2020

L'économie tunisienne devrait se contracter de 7% en 2020, selon le FMI. A l'origine d'une telle situation, l'institution financière internationale met en cause le Covid-19. Les prévisions établies en avril 2020, tablant sur une récession de 4,3%, ne sont plus d'actualité.
La crise sanitaire due au Covid-19 a perturbé la marche de l'économie tunisienne, aussi bien des établissements publics que des entreprises privées, notamment celles de petite et de moyenne tailles, dont certaines n'ont pas pu surmonter les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Au niveau du macro-économique, le déficit budgétaire ne cesse de s'élargir, vu les dépenses multiples de l'Etat, alors que les recettes se font rares. L'un des secteurs les plus lésés est celui du tourisme et les activités qui lui sont liées comme le transport, les services, les hôtels et l'artisanat.
Les aides fournies par l'Etat aux entreprises les plus touchées par la crise conjoncturelle ne semblent pas avoir été suffisantes. D'ailleurs, plusieurs entreprises n'ont pas pu en bénéficier, vu que leurs dossiers n'étaient pas complets, selon les autorités publiques. Certaines entreprises ont fermé leurs portes et ont licencié leurs employés.
Possible redressement de l'économie
Tous ces indicateurs négatifs ont amené le Fonds monétaire international (FMI) à brosser un tableau plutôt noir pour l'avenir de l'économie tunisienne dans son nouveau rapport sur les perspectives de l'économie mondiale, publié le mardi 13 octobre 2020. Pandémie du Covid-19 oblige, ce bailleur de fonds international, qui a des relations privilégiées avec la Tunisie depuis des années, a révisé ses projections de croissance pour la Tunisie par rapport à celles d'avril dernier. Cette crise conjoncturelle a eu de graves impacts sur l'ensemble du tissu industriel, même sur des entreprises opérant dans les secteurs des composants automobiles et aéronautiques.
L'économie tunisienne devrait se contracter de 7% en 2020, selon le FMI. A l'origine d'une telle situation, l'institution financière internationale met en cause le Covid-19. Les prévisions d'avril 2020, tablant sur une récession de 4,3%, ne sont plus d'actualité, dans la mesure où ce taux a été révisé. La Tunisie ne peut sortir de la crise qu'en encourageant la productivité, en prospectant de nouveaux marchés extérieurs et en attirant plus d'investissements extérieurs.
Le FMI estime, en tout cas, que la Tunisie pourrait faire un redressement de son économie en 2021. Encore faut-il tenir compte d'un ensemble de recommandations en vue de réduire le déficit du budget qui subit des pressions sans précédent. Par ailleurs, le Fonds en question précise qu'il serait possible d'améliorer les performances en 2021. Le FMI estime que l'inflation se situerait à 5,8% en 2020, contre 6,7% en 2019, et s'élèverait à 5,3% en 2021.
Réduire les importations superflues
A ce niveau, également, les autorités doivent prendre en compte plusieurs mesures, dont la rationalisation de la consommation, ainsi que les augmentations des produits de consommation. Il est recommandé, de même, de réduire les importations des produits superflus d'une façon provisoire, le temps de voir l'économie reprendre son rythme habituel.
Les projections prévoient une contraction mondiale de 4,4% en 2020, alors que les prévisions de juin dernier tablaient sur une baisse de -5,2%. Une telle révision a été nécessaire suite à l'amélioration du PIB au deuxième trimestre et la reprise progressive des activités, conséquence de l'assouplissement au cours des mois de mai et juin.
La croissance mondiale devrait se limiter à 5,2%, tandis que le PIB mondial serait meilleur que celui de cette année (+06%) en 2021. Les perspectives tablent sur une croissance mondiale stagnante pour atteindre les 3,5% à moyen terme. D'où la nécessité de tout mettre en œuvre, tous les pays compris, en vue d'améliorer la croissance, baisser le taux d'inflation et réduire le déficit budgétaire.
D'où la nécessité de prendre des mesures favorisant la croissance à court terme et éviter d'augmenter la dette qui a atteint des proportions inquiétantes pour la Tunisie. Il faut se tourner davantage vers la production, en vue de satisfaire les besoins du marché local et celui de l'extérieur. Encore faut-il prospecter de nouveaux marchés qui seraient intéressés par les divers produits tunisiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.