La coopération bilatérale au centre d'un entretien entre Jerandi et l'ambassadeur allemand    Installation d'unités d'isolement au niveau des passages frontaliers    Des députés se retirent d'une réunion à la Kasbah à cause de...    LA COALITION NATIONALE TUNISIENNE appelle à retirer la confiance à Hichem Mechichi    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    Championnat du monde d'Aviron en salle : 1 nouvelle médaille d'argent pour la Tunisie    Un déjeuner contenant des morceaux de viandes presque inexistants    Le ministre en visite aux deux commissions de liquidation    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Ghannouchi et Biden... Saïed et « les poubelles de l'Histoire »!    Jeunesse dans la tourmente    Rapprocher les étudiants par la culture    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Mort de Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole    Ghannouchi tente de contourner l'initiative du Quartet ?    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    BCT : Abdelkrim Lassoued analyse la nouvelle notation de Moody's    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Billet | Une situation hypothétique !    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    Inauguration du Musée de la démocratie : La mémoire de la révolution    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Coronavirus : 32 décès supplémentaires et 844 nouvelles contaminations en 24 heures    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'épreuve de la violence et de l'extrémisme
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 01 - 2021

Quand un député a une vision ambiguë de son rôle au parlement, la confusion devient une vision assumée. Une confusion qui trahit clairement une méconnaissance de la défi nition du pouvoir législatif. Réagissant au communiqué de la présidence de l'ARP, qui dénonce enfi n la violence physique commise le 7 décembre dernier par des députés Al Karama à l'encontre des élus Samia Abbou, Amal Saïdi et Zied Ghanney, Seif Eddine Makhlouf n'a pas mis longtemps pour annoncer de son côté que sa coalition rompt toute alliance avec Ennahdha au sein du Parlement, allant jusqu'à considérer le communiqué signé par Rached Ghannouchi comme étant « un poignard dans le dos » et menaçant enfi n de ne plus voter pour les mêmes agendas politiques et certainement aussi idéologiques !
Comme on peut le comprendre, en dépit de l'annonce condamnant la violence physique, du reste longtemps attendue, le chemin pour faire face aux débordements en tous genres est encore long à l'ARP, les aléas nombreux, les embûches inévitables. Les actes et les incidents de violence se revendiquent dans les bureaux, dans les coulisses et même dans les plénières. Un bon nombre de députés s'en donnent à cœur joie et sans scrupule. Ils renvoient ainsi à un rejet de la règle. Un rejet qui s'ancre dans une défi ance envers une institution supposée produire un lien non seulement politique, mais également social. Débordements, insultes, dégradations font partie du quotidien des clubs et leur ôtent toute crédibilité lors qu'il s'agit d'énoncer la règle. Cela est d'autant plus regrettable et désolant que les travaux au sein de l'Assemblée des représentants du peuple sont marqués par toutes sortes de dérapages et que le cadre dans lequel ils se déroulent renvoie l'image d'une institution législative dont les fondements et les valeurs ne sont plus respectés. La persistance des comportements violents s'explique de ce fait par un défi cit de régulation. D'où la nécessité de la mise en place d'un système d'avertissements et de sanctions graduels, d'un cadre clair et légal.
Tout cela n'est plus aujourd'hui seulement souhaité, mais surtout exigé. Il n'en demeure pas moins que d'autres étapes peuvent être également recommandées pour vérifi er que ce grand bouleversement ne deviendra ni le grand tonneau des Danaïdes pour les uns, ni la boîte de Pandore pour tous ceux qui graviteront tout autour. Car malgré la rigueur et les moyens de lutte que l'on pourrait se donner, on sait que derrière toute action de remise en cause et de reconstruction se cachent toujours des dangers. En somme, personne ne peut aujourd'hui pavoiser. Le chemin est encore long et les écueils sont nombreux. Il faudra certainement du temps pour que le Parlement puisse vraiment se remettre sur la bonne voie. Au point où il en est aujourd'hui, il est vital de recomposer les priorités, de redéfi nir les structures. Bref, de s'appuyer sur de vraies valeurs. Il ne faut pas oublier que le rapport de la Cour des comptes a ôté à un grand nombre de députés leur qualité d'élus du peuple, faisant en quelque sorte perdre à la composition actuelle du Parlement sa légitimité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.