Tunisie: Le maire du Kram interdit la commercialisation des produits israéliens    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Allemagne    Le chef du gouvernement participe à un sommet virtuel sur le terrorisme en ligne    La Tunisie poursuit ses contacts pour une mobilisation internationale en faveur de la cause palestinienne    La Tunisie n'a pas sollicité une restructuration ou un allégement de sa dette    Tunisie – Sousse : Pas de décès au covid durant le jour de l'Aïd    Fathi Laayouni interdit la vente de produits israéliens dans la commune du Kram    Hichem Mechichi : La lutte contre la cybercriminalité, un des défis majeurs pour notre pays    Covid-19 | 34 décès et 457 nouvelles contaminations recensés le 13 mai    « La Tunisie n'a pas présenté une demande pour bénéficier du cadre commun du traitement de la dette des pays pauvres »    VIDEO : Afflux de centaines de jordaniens vers la frontière avec la Palestine    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    La Tunisie en crise : La diaspora vole à son secours    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    SNCFT : Reprise, à partir de vendredi, du trafic ferroviaire desservant les grandes lignes    Sonede - Un sabotage à l'origine des perturbations dans la distribution de l'eau potable    Israël abat un palestinien qui allait commettre une attaque au couteau    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Hafedh Zouari : L'échange de vœux de l'Aïd entre les trois présidences est un message positif    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Vrai ou faux Docteur Louzir ?    Origines du Covid-19 : l'hypothèse de l'accident de laboratoire écartée à tort ?    Washington fait appel à l'Egypte et la Tunisie pour désamorcer la crise en Palestine    Mechichi se rend à la salle centrale des opérations au ministère de l'Intérieur    Banque mondiale : Hausse de 2,5% des transferts d'argent vers la Tunisie en 2020    Expatriés : Aissa Laidouni élu joueur de l'année en Hongrie    Le chef du gouvernement annonce une série de mesures au profit des victimes de la pandémie    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Coupe de Tunisie : on connaît la date du tirage au sort    La récolte de blé 2021 sera meilleure que la précédente, dixit Kraïem    Football : Programme TV de ce jeudi 13 mai 2021    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Foot-Europe: le programme du jour    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commentaire | Le spectacle n'a que trop duré...
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 04 - 2021

Faute d'adaptation réussie, la classe politique n'a pu accéder à un statut providentiel. La plupart des acteurs ne pouvaient totalement y prétendre. Ils n'ont pas un impact carrément visible et influent sur le cours des événements et n'ont jamais pu être considérés comme des personnalités politiques, à l'instar de ceux qui avaient fait l'histoire de la Tunisie.
Il est tellement regrettable que des gens censés collaborer ensemble se laissent entraîner dans des considérations qu'on a du mal à comprendre, encore moins à justifier. L'embrasement du paysage politique est, en effet, fort préjudiciable. Il s'illustre de plus en plus par le refus de la plupart des acteurs à donner la priorité aux problèmes de fond du pays, notamment ceux liés aux crises économique, sociale et sanitaire.
Les considérations politiques et partisanes sont la principale motivation d'un conflit qui n'a que trop duré. L'inflexibilité et l'intolérance des différents protagonistes font froid dans le dos. On se livre à une guerre sans merci, usant de tout.
Il y a un constat général chez la classe politique qui fait état de dérives et d'un mode d'emploi qui oublie trop souvent les notions de partage et d'échange. Les tensions politiques sont dues essentiellement aux divergences et à l'incompréhension. Mais l'ampleur des conflits typiquement tunisiens est devenue plus qu'une incompréhension. Ils étalent au grand jour un malaise de plus en plus difficile à contenir. Encore moins à maîtriser.
Ce qui ne cesse de marquer tout l'environnement politique est un aperçu type de la plus flagrante dérive politique, de l'expression la plus antagoniste et la plus ambiguë du «culte» partisan. Le dialogue n'existe plus et comme on ne se pose plus les vraies questions, les solutions se sont de plus en plus rares dans un contexte pourtant stigmatisé par l'obligation de résultat.
Par leur entêtement et leur acharnement, voire par leur aveuglement, l'ensemble des protagonistes sont en train de fausser les principes et les règles des affaires politiques. Engagés dans un conflit sur fond de polémiques et de règlement de compte, ils ne font que renvoyer l'action politique dans le marasme de la Tunisie de l'avant-Révolution.
Pourquoi s'affronte-t-on quand tout peut se résoudre loin des escalades et des surenchères ? C'est la question qu'on ne cesse de se poser et qui inquiète les Tunisiens. Si les personnes qui ont la parole et le pouvoir véhiculaient un autre message, un autre comportement, si les règles allaient dans le sens du respect et de la décision, la Tunisie aurait certainement fait un grand pas vers le progrès.
Mais faute d'adaptation réussie, la classe politique n'a pu accéder à un statut providentiel. La plupart des acteurs ne pouvaient totalement y prétendre... Ils n'ont pas un impact carrément visible et influent sur le cours des événements et n'ont jamais pu passer pour des personnalités politiques comme ont pu l'être ceux qui avaient fait l'histoire de la Tunisie. Ils ont pourtant bien profité d'un statut particulier et d'un grand tapage médiatique. Des fois même inconditionnels et le plus souvent à tort. Aujourd'hui, on peine à croire qu'ils continuent de bénéficier des mêmes privilèges.
Les polémiques sont pleines de confusion et d'imbroglio. Elles sont synonymes de rechute, puisque le seul perdant sera encore une fois le pays. L'incertitude et le flou sont le dominateur commun de ce qui a été entrepris ces dix dernières années et la situation ne fait qu'empirer, notamment à cause des multiples interférences aux desseins inavoués.
Le paysage politique n'a plus besoin aujourd'hui de nouveaux foyers de tensions supplémentaires. Plus que jamais, l'intérêt national devrait calmer l'ardeur des uns et des autres.
De toutes les façons, le spectacle n'a que trop duré. Il est temps de siffler la récréation...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.