Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lettre arabe sublimée
Exposition collective de calligraphie «Les cinq Calames» à la galerie Alexandre Roubtzoff
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 03 - 2016

Attachés à ce mode ancestral d'expression, ces plasticiens et calligraphes sont parmi les plus réputés et contribuent à l'évolution de cet art sous nos cieux et ailleurs.
La galerie Alexandre-Roubtzoff de La Marsa abrite, jusqu'au 27 mars, l'exposition collective «Les cinq Calames» qui réunit des artistes de renom : Amor Jomni, Jacques Lombard, Noureddine Ouni, Samir Ben Gouia et Tarek Abid.
Les artistes tunisiens et français y présentent leurs dernières œuvres qui s'inscrivent dans la ré-interprétation de la calligraphie arabe, considérée comme l'une des formes d'art les plus importantes dans le monde islamique depuis les origines. Un savoir-faire qui a gagné en audience dans la modernité grâce à l'arrivée de la poésie et des arts graphiques. Attachés à ce mode ancestral d'expression, ces plasticiens et calligraphes sont parmi les plus réputés et contribuent à l'essor et à l'évolution de cet art sous nos cieux et ailleurs.
Designer-calligraphe, Amor Jomni a vu ses œuvres exposées dans plusieurs pays du monde et son talent récompensé par de nombreux prix nationaux et internationaux à Istanbul, Doha, Dubaï, Téhéran, Alger ou encore Rabat. Sa démarche s'inscrit dans la volonté de valoriser la calligraphie tunisienne et à distinguer le style tunisien et son esthétique des autres calligraphies arabes en vogue. Il nous propose à cette occasion 6 œuvres où la lettre sublimée épouse et se fond subtilement dans la matière. Elle est trace, trait et autres gouttes dégoulinantes. Avec l'artiste et universitaire Tarek Abid, qui nous présente 8 œuvres, l'écriture donne lieu à des abstractions édéniques, la lettre se confond avec une palette ocre et figure différents paysages-poèmes où la lumière se fait le souffle des mots et autres inscriptions calligraphiques. Noureddine Ouni opte pour une calligraphie en quasi all over, investissant ainsi presque tout l'espace pictural pour nous bercer le long d'une vague de lettres (dans une œuvre intitulée «Vagues»), pour réinterpréter picturalement des vers de poésie (dans Poésie2) ou encore s'inscrivant dans une démarque mystique (dans une œuvre intitulée «Dieu»). Le calligraphe français Jacques Lombard a été initié à la calligraphie arabe par le peintre et calligraphe irakien Hassan Massoudy. Ses recherches l'ont ensuite conduit à découvrir les textes ainsi que la culture arabo-musulmane. «J'aime à faire partager ce goût du trait et du mouvement. Dans ce présent, la calligraphie arabe dessine des mots d'amour avec élan et amplitude», écrit-il en parlant de son art. La lettre dessinée devient chez lui courbes ou cercles pour figurer un symbole ésotérique de la culture tunisienne ou pour conter des proverbes. Il rend hommage, dans deux de ses œuvres exposées, à deux grands poètes tunisiens, le grand Abou Kacem Echebbi et l'authentique Awled Ahmed. Le sculpteur Samir Ben Gouia met en espace et en relief la lettre. Il dompte le bois pour y modeler ses calligraphies sculptées. L'exposition est visible jusqu'au 27 mars. A voir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.