Ministère des Finances : timbre fiscal sur certaines formules administratives    Appareil secret-34 suspects interdits de voyager: Mabrouk Korchid appelle à une enquête claire et transparente    Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''    Colmater les brèches ou couler    Interdiction de voyager de Rached Ghannouchi: La réaction d'Ennahdha    Fermeture de la Foire de Sousse et de Sidi Bouzid: Le ministère du Commerce explique    Semaine boursière : le Tunindex en bonne posture    Atelier du Meuble Intérieurs : croissance record des ventes à l'export de plus de 324%    Volley – Championnat d'Afrique des clubs féminins : Programme des 1/4    Finales Conférence Est NBA : ça sera un Game 7 entre Miami et Boston    UEFA CL : Liverpool-Real, les compos probables    Ligue 1 : Plusieurs clubs sanctionnés    Espérance de Tunis : 3 jours de repos pour l'algérien Abdelkader Badrane    L1 | Le CSS se replace L'espoir renaît    L'EST chute à Monastir : L'Espérance ressuscite ses rivaux !    Point de vue | L'USM a mûri !    Météo de ce samedi    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 h    Météo : Pluies orageuses prévues sur le nord et localement le centre    Au 32 bis : L'histoire du quartier    « elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente    Omar bey le magnifique : J'aurais voulu être un artiste    Urgent | Affaire de « l'appareil secret » : Ghannouchi interdit de voyage    Limogeage de Lassâad Ben Hassine de la Maison du Roman    Réunions de préparation pour la souscription à la deuxième tranche de l'emprunt obligataire    En vidéo : SOPAL dévoile sa nouvelle gamme de produits du Bâtiment Carthage 2022    Face à Najla Bouden, Kaïs Saïed insiste sur la préservation de la paix sociale    Exposition "De Corde en Aiguille" de Samia Mestiri Douik à Elbirou Art Gallery    Tunisie: Le Conseil de l'ISIE annonce le report du référendum    Tunisie-urgent : Un avocat décède en pleine salle d'audience    Tabboubi : Le projet de l'UGTT comporte les réformes nécessaires pour la Tunisie et tient compte des difficultés budgétaires    Bac 2022 : la Fédération de l'enseignement secondaire boycotte la correction des examens    Spectacle 'Flagranti' d'Essia Jaibi: Une œuvre Queer marquante lancée par Mawjoudin We Exist    Pourquoi | Bouches d'égout mal entretenues    Gafsa : La récolte de blé estimée à 60 mille quintaux pour la saison 2021-2022    Sénégal : Le ministre de la Santé paye cher l'horrible mort de 11 bébés    Vernissage cet après-midi de la première Solo Exhibition de l'artiste Lassaad Mhirsi, «Multitudes» à l'Espace Sophonisbe : Immersion chromatique née d'un parcours diplomatique    Ammar Mahjoubi: Paganisme et croyances    Météo: Températures en baisse, ce vendredi    Grève générale...URT: Sfax ne va pas se taire    Tunisie: Kais Saied souligne la nécessité d'adopter une nouvelle approche du tourisme    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 01 - 2022

Longtemps capitaine d'équipe, Hosni Zouaoui a tout gagné avec le Club Athlétique Bizertin du temps de ses splendeurs: le championnat 1983-84, deux coupes de Tunisie 1982 et 1987, et une coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe 1988.
Pivot impitoyable au marquage, il a porté les couleurs nationales entre 1981 et 1988.
Cet ancien agent de l'usine La céramique des produits réfractaires de Bizerte, père de trois enfants, est resté dans le domaine du ballon rond en optant pour une reconversion d'entraîneur: adjoint puis directeur technique du CAB, coach des sélections cadets et juniors du Bahrein, Al Malikia du Bahrein, Al Massira, Arrayène et Al Abjadia en A.Saoudite.
L'enfant de Menzel Bourguiba jette ici un regard critique, mais lucide sur l'état du football tunisien d'aujourd'hui.
Hosni Zouaoui, remontons presque un demi-siècle en arrière. Comment êtes-vous venu au football ?
Je n'ai jamais pensé faire du sport. Je vivais à Menzel Bourguiba, et, au lycée, j'avais des amis de Bizerte qui m'ont proposé d'aller participer à un tournoi inter-quartiers dans la capitale du Nord. Notre équipe, qui portait le nom d'un café, «Le Maghreb», a remporté le tournoi. J'ai été élu meilleur joueur. Mohamed Salah Benzarti et Chedly Ouerdiane, qui supervisaient le tournoi, ont insisté afin que je signe pour le CAB. Mon frère Youssef travaillait à la Stir. J'ai fini par céder. Mon premier match, je l'ai joué contre….le Samb, le club de ma ville natale. J'ai inscrit deux buts. Car il faut dire, qu'au début, j'étais attaquant ou régisseur.
Quels furent vos entraîneurs ?
Chez les jeunes, Mohamed Salah Benzarti et Ali Amri. Chez les seniors, Nedoklan, Larbi et Youssef Zouaoui, Mokhtar Tlili, Taoufik Ben Othmane, Mahmoud Bacha, Baccar Ben Miled, Nedovisa, Alexandre, Kulesza…
Vous avez le plus souvent évolué au poste de milieu défensif. Quelles sont les qualités d'un bon pivot ?
Je suis plutôt du genre polyvalent. J'ai occupé pratiquement tous les postes en défense. Mais c'est surtout en pivot que j'ai fait le plus gros de ma carrière. Les qualités requises à un tel poste de «porteur d'eau» sont une disponibilité constante, la relance et l'anticipation, le sens du marquage et le placement.
Vous avez longtemps porté le brassard de capitaine. Etait-ce une faveur ?
Non, plutôt une responsabilité qu'il faut savoir mériter. Cela exige autorité, personnalité, une capacité à servir de courroie de transmission entre l'entraîneur et les joueurs…
Quel est votre meilleur but?
Celui de l'accession face à la JSK (1-0) en 1999. J'ai repris des 18m d'un «ciseau» un corner.
Votre meilleur souvenir ?
Tous les titres empochés, que ce soit en championnat, en coupe de Tunisie ou en coupe d'Afrique. Il y a aussi le fait d'avoir représenté la Tunisie au Tournoi de Pékin, en Chine en 1984.
Le CAB, qui venait de remporter le championnat, a pris la place de l'équipe nationale dont les activités étaient gelées suite aux Jeux méditerranéens de Casa. Nous avons perdu contre la sélection chinoise 2-1, livrant là-bas cinq rencontres.
Et le plus mauvais souvenir?
Notre relégation en D2 après avoir perdu les barrages devant le CSHL. Il y a aussi la défaite lors de la dernière journée contre le CA (2-1) dans un match qui valait le titre 1991-92. L'arbitre Neji Jouini nous a lésés, la pression était trop forte pour lui.
Lotfi Mhaissi l'insultait sans qu'il réagisse. Il y eut une expulsion injuste. Le coup franc qui a amené le but de la victoire clubiste devait être sifflé en notre faveur, et non contre nous.
Votre échec aux Jeux méditerranéens 1983 a été à l'origine du gel durant toute une année de la sélection nationale. Que s'est-il passé à Casa au juste ?
La sélection marocaine a été favorisée en disputant son dernier match après le nôtre. Or, nous étions au coude-à-coude avec elle. De plus, les conditions de séjour furent difficiles. Nous étions hébergés avec les autres sportifs de notre délégation à la Cité universitaire de Rabat. Je me rappelle du handballeur feu Habib Yagouta.
En fait, nous n'avons pas été si mauvais que cela. Notre entraîneur Riszard Kulesza n'a pas non plus démérité. Mais, en ce temps-là, la sélection manquait de motivation, nous y vivions des temps d'austérité: la prime de déplacement de Bizerte à Tunis était tout juste de 5 dinars.Les clubs avaient la priorité, et on y bénéficiait de davantage d'encouragements.
Quels sont les meilleurs milieux défensifs tunisiens ?
Nejib Ghommidh, Mohamed Ben Mahmoud, Jamel Garna, Abderrazak Chahat, Mourad Gharbi…
Quel est le meilleur joueur de l'histoire du CAB ?
J'en citerais plusieurs: Driss Haddad, Abdeljelil Mahouachi, Larbi Baratli, Hamda Ben Doulet, Khaled Gasmi, Ghazi Limam, Mourad Gharbi…
Et le meilleur joueur tunisien de tous les temps ?
Le Clubiste Tahar Chaïbi
Nul n'est prophète en son pays, certes, mais on ne vous voit plus exercer votre métier d'entraîneur en Tunisie….
Ici, il n'y a plus rien. On nous gave de discours suaves et à l'eau de rose. On nous a suffisamment menti ! Un bilan, cela doit être objectif et sérieux.
On attend toujours. Où voient-ils le meilleur championnat du continent, les meilleurs joueurs, les meilleurs stades…?
A les écouter, on reste bouche-bée, on croit rêver. Hé, réveillez-vous !
Parlons justement de nos joueurs. Au lieu de percevoir 100 mille dinars, ou même plus, le plus coté d'entre eux, je ne le paierais même pas un millier de dinars. Sinon, combien devraient percevoir les Agrebi, Tarek, Dhouib, Temime ? Quant aux gardiens, n'en parlons pas. Le comble, c'est que le pays d'Attouga est incapable d'enfanter un gardien disons «acceptable».
Le football d'aujourd'hui vous attire-t-il toujours ?
Comment peut-il le faire alors que la violence est reine ? En notre temps, nous pratiquions le sport pour le sport. Le joueur n'osait pas s'opposer à son dirigeant, lui dire un mot de trop. Pourtant, le foot était considéré une occupation de «zoufris», de gens incultes ou mal éduqués.
Du moins, c'était l'impression générale.
Aujourd'hui, le foot est politisé et dominé par l'extrasportif. Des intérêts personnels sont en jeu. L'arbitre est constamment montré du doigt, à tort ou à raison. Pourtant, le sport doit rapprocher. A partir du moment où l'argent a souillé le sport, le talent et la moralité ont été sacrifiés.
Quels sont les joueurs les plus proches de vous ?
Dans chaque génération, il y en a eu un ou deux: Larbi Baratli, Othmane Mellouli, Hamda Ben Doulet, Mourad Gharbi, Mondher Almia, Ahmed Bourchada...
Y a -t-il un phénomène Zouaoui à Bizerte ?
Si l'on veut parler de la réussite des frères Youssef et Larbi Zouaoui, eh bien, il est admis que la réussite crée des ennemis. Et c'est le cas des frères Zouaoui puisqu'il s'agit de deux grands techniciens qui ont fait carrière au plus haut niveau.
Que vous a apporté le sport?
Un bien inestimable, à savoir la sympathie des gens. Là où je vais, je suis accueilli à bras ouverts. Ce n'est qu'en devenant entraîneur que j'ai été gâté, matériellement parlant, par le sport. La plus grosse prime, je l'ai perçue en 1991-92.
Nous avons perdu sur le fil le titre de champion arraché par le Club Africain. La prime était de 110 dinars pour une victoire à l'extérieur, et 70 D à domicile. En tout et pour tout, nous avons eu droit à 1800 dinars.
Est-il facile d'allier sport et études ?
Cela était possible en notre temps quand nous nous entraînions tout juste quatre fois par semaine. Il n'y avait pas deux à trois séances par jour comme présentement. D'ailleurs, il y eut énormément de footballeurs qui ont mené avec succès des études universitaires. Maintenant, il faut faire un choix: c'est soit les études, soit le foot de haut niveau.
Vos parents vous ont-ils encouragé à pratiquer le foot ?
Non , j'ai joué au début à leur insu. Mon père Mohamed travaillait à l'arsenal de Menzel Bourguiba. Ma mère Jamila était davantage disposée à me voir jouer au foot, mais elle craignait que je me blesse gravement. Nous étions huit dans la famille
Que représente pour vous la famille ?
C'est quelque chose de sacré, toute mon existence. Je me suis marié en 1986 avec Samia. Nous avons trois enfants: Afef, Mohamed Hassène et Wael. En fait, le foot exige des sacrifices infinis: entraînements, stages, blessures….
J'ai arrêté de jouer à 36 ans, avant de suivre une carrière d'entraîneur professionnel.
C'est mon épouse qui s'est vraiment occupée de mes enfants. Je la remercie du fond du cœur.
J'étais tout le temps pris par le football, privé des plaisirs auxquels s'adonne chaque jeune: veillées, cafés, rencontres entre amis, plage…
Comment passez-vous votre temps libre ?
Je ne vais presque jamais au café. J'aime faire de la marche. Eté comme hiver, je vais à la plage. Je regarde le foot européen à la télé, notamment les championnats d'Espagne et d'Angleterre. Je n'ai pas de club préféré.
J'écoute la musique d'Oum Kalthoum, d'Abdelwahab et d'Abdelhalim.
Si vous n'étiez pas dans le foot, dans quel autre domaine auriez-vous exercé ?
Je n'ai jamais pensé faire autre chose que le foot, c'est mon destin.
Toutefois, je fais tout afin que mes enfants soient instruits et fassent autre chose que le foot qui est vraiment la galère. Sur une cinquantaine de joueurs Ecoles, il y aura peut-être un ou deux qui vont arriver jusqu'aux seniors.
Les parents interviennent aujourd'hui pour imposer à l'entraîneur de faire jouer leurs enfants, quitte à en payer le prix.
La corruption est la gangrène du sport.
Personnellement, je ne crois qu'au mérite, c'est tout.
Enfin, que représente pour vous le CAB ?
C'est ma vie, ma grande passion et ma grande famille. Le Stade Africain de Menzel Bourguiba est mon deuxième club même si je n'y ai jamais évolué, car c'est le club de ma ville natale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.