Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ghannouchi «dégagé» de deux mosquées à Ben Arous et Mellassine : Un désaveu cinglant !
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 04 - 2022

Une nouvelle déconvenue infligée à Rached Ghannouchi par les habitants de Mellassine et de Ben Arous qui ont décidé de le congédier quand il est allé vendredi et dimanche derniers accomplir les prières d'Al Maghrib et d'attarawih
La marche de protestation organisée par Ennahdha et ses antennes, dimanche 10 avril, à l'avenue Bourguiba n'a réuni que quelque 400 participants, dont certains étaient motivés matériellement
Quels enseignements est-on en mesure de tirer de deux événements qui se sont produits à deux journées d'intervalle concernant Rached Ghannouchi, président du mouvement Ennahdha ?
Le premier événement s'est déroulé, en effet, le vendredi 8 avril à Mellassine où Ghannouchi a été chassé à sa sortie d'une mosquée par un groupe de citoyens qui lui ont intimé l'ordre de «dégager» et ont essayé même de l'agresser. Le président d'Ennahdha s'y est rendu pour effectuer la prière d'Al Maghrib. Une vidéo répercutée sur les réseaux sociaux montre les citoyens l'ayant «dégagé» le qualifier de «criminel et d'assassin».
Quant au deuxième événement, il s'est déroulé dimanche 10 avril 2022, devant la mosquée «Al Tawba» (Le repentir) à Ben Arous, où Rached Ghannouchi a été pris à partie par un groupe de citoyens qui ont scandé à son encontre le rituel slogan «Ghannouchi criminel, Ghannouchi assassin».
L'ayant aperçu, les citoyens ont crié à son encontre le fameux slogan: «Dégage».
Une première conclusion à souligner, avant de voir comment Ghannouchi et ses alliés réagissent à ce double événement et comment ils commentent le déroulement de la manifestation que le mouvement Ennahdha et le mouvement «Citoyens contre le complot» ont organisée, dimanche 10 avril, sur l'avenue Habib-Bourguiba, en dépit de la décision du gouverneur de Tunis de consacrer la même avenue exclusivement aux activités culturelles et de jeunesse».
Un désaveu qualifié
Certains observateurs voient dans la décision de Ghannouchi d'aller prier dans deux mosquées situées dans deux régions des plus populaires du Grand Tunis, en l'occurence la Cité Mellassine et la région de Ben Arous, une tentative de montrer qu'il préserve toujours «sa popularité d'antan dans les milieux où son parti est le plus enraciné, où ses sympathisants se comptent toujours par milliers et où ses fidèles contrôlent encore la situation comme à l'époque où Ennahdha et ses leaders étaient encore au pouvoir».
«Malheureusement, ajoutent ces mêmes observateurs, les calculs de Ghannouchi et de ses conseillers sont tombés à l'eau puisqu'il s'est avéré que même dans ces quartiers populaires qu'il considérait comme son fidèle réservoir électoral, il est devenu persona non grata et les habitants de ces quartiers n'hésitent plus à lui faire comprendre, à haute voix, qu'il est, désormais, indésirable parmi eux, même s'il est venu prier et se purifier».
Un message clair et précis semble ne pas être saisi comme il se doit par aussi bien Ennahdha que par ses différents leaders dans la mesure où le parti islamiste a repris la rhétorique habituelle dans un communiqué en réaction à l'agression subie par son président. Le communiqué dénonce une agression commise par «des mercenaires venus pour une mission précise, pour un agenda précis».
Et comme le désaveu subi par le président d'Ennahdha n'a pas été évalué à sa juste valeur et comme la réaction des Tunisiens n'a pas été comprise comme il se doit, les nahdhaouis poursuivent leur fuite en avant en organisant, dimanche 10 avril, un sit-in à l'avenue Bourguiba, à l'occasion de la commémoration de la fête des Martyrs.
Une manifestation qui a rassemblé quelque quatre cents personnes venues dénoncer la dissolution du Parlement par le Président Kaïs Saïed et écouter le discours de Ghannouchi, de ses lieutenants et de leurs alliés faisant partie du mouvement dit «Citoyens contre le coup d'Etat».
Et comme l'on s'y attendait, le discours développé était basé sur le slogan selon lequel le peuple est contre «le putsch et qu'il faut rétablir le Parlement dissous dans ses anciennes fonctions».
Sauf qu'Ennahdha n'a pas dérogé à ses anciennes habitudes en se contentant de pousser ses alliés au-devant de la scène dans la mesure où «aucune figure connue d'Ennahdha n'a pris la peine de participer à la manifestation, laissant le champ libre à ses alliés».
Toujours selon la même tactique, les manifestants étaient motivés par les billets de banque qui leur ont été distribués pour les inciter à participer au rassemblement.Selon les investigations effectuées par les agents de sécurité, certains suspects ont reconnu avoir touché la somme de 100 dinars de la part d'une partie ayant appelé à la manifestation.
Advertisement


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.