REMERCIEMENT& FARK: Mohieddine MOUAKHAR    DECES: Mohamed Naceur MRAD    DECES    Express    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    Abdelmajid Chétali: Le talent, la passion, la gloire...    Pourquoi: Manque d'espaces sanitaires    Pollution marine et menace pour l'équilibre écologique: Va-t-on s'y attaquer réellement ?    L'apparition d'Ichraf Chebil critiquée sur la toile    FIBA 3×3 Nations League 2022 : les résultats de la 2e journée pour la Tunisie    CAB : Composition du comité provisoire de Jaziri    Ichraf Chébil Saied s'adresse aux femmes tunisiennes    L'incertitude politique et sociale mène à un nouvel abaissement de la notation de la Tunisie, par R&I    Abir Moussi: La nouvelle constitution est une menace pour les acquis de la femme    Première astronaute tunisienne et africaine : Telnet dévoile la liste des candidates    Bizerte – «Route du Jasmin»: «Marina Cap 3000» accueille 24 bateaux et yachts    Développement du tourisme de plaisance: Les grandes lignes de la feuille de route    Le service de la dette extérieure éponge la totalité des transferts de la diaspora    Mali : Un exploit sur le marché obligataire régional, toutes les dettes réglées    Décès du réalisateur Abdeljabbar Bhouri    Hatem M'rad: Les trois grands sens de la démocratie    WTA Cincinnati : Ons Jabeur exemptée, Serena défie Raducanu    L'UE assaillie par les migrants clandestins, +86% cette année    Semaine boursière : Le Tunindex enchaine les hausses    Un énorme soulagement à Sfax et Bizerte, dans la même journée    Royaume-Uni : Le probable successeur de Boris Johnson déjà plombé par un scandale    Foot-Europe: le programme du jour    Eventuelle grève des techniciens de la navigation aérienne    Le FTDES dénonce la poursuite de la marginalisation de la question relative au transport des ouvrières agricoles    Arrestation d'un trentenaire condamné à 11 ans de prison    Protéger les femmes    «Naseer Shamma & the peace builders» au Festival International de Carthage: Musique d'amour et de paix    « Kurt Rosenwinkel » au festival international de Hammamet: La nuit du jazz    Hédi Ben Abbès, président de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-japonaise (Ccitj): De premiers projets seront signés    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    La BNA mécène du festival de Dougga pour une culture inclusive    Par Jawhar Chatty : 13 août, la short list de Kais Saied    Salman Rushdie poignardé à New York    Un jeune tunisien meurt dans une prison italienne    La maison du luth arabe en Tunisie à l'initiative du luthiste irakien Naseer Shamma    Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent    Plusieurs terroristes touchés après des affrontements avec des militaires à Jebel Selloum    EST | Transferts d'été : Le remue-ménage se poursuit...    CAB : Report de l'assemblée élective…    Dialogues éphémères | Laisser faire la main de Dieu...    Programme TV du vendredi 12 août    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Variole du singe: Sommes-nous face à une nouvelle pandémie ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 05 - 2022

L'information faisant état d'un premier cas détecté en Tunisie a été démentie par le ministère de la Santé. Mais la vigilance demeure de mise.
On n'en a pas encore fini avec le Covid-19, une si virulente pandémie ayant fait des ravages dans le monde entier, nous voilà de nouveau en proie à une autre qui s'annonce, toutefois, moins sévère et peu contagieuse. Variole du singe ou « Monkeypox », ainsi baptisé l'actuel virus qui a commencé à pointer son nez, prenant la forme d'une classique épidémie qu'on croyait révolue à jamais. Parlons-en ainsi, on compte, jusqu'ici, une centaine de cas récemment détectés en Europe et aux Etats-Unis. Le monde retient son souffle !
Pas plus tard que dimanche dernier, la Belgique fut le premier pays au monde à avoir imposé une mise en quarantaine obligatoire aux personnes infectées, après l'apparition de trois cas sur son territoire. Soit une mesure barrière dictée par ses autorités sanitaires, suite à quoi tout malade déclaré devrait s'auto-isoler pendant 21 jours, jusqu'à sa guérison. Trois jours avant, un premier cas fut confirmé en France. Face à l'évolution accrue de la variole du singe, l'OMS reste inquiète. Elle a tiré la sonnette d'alarme: « Pour le moment, 92 cas à travers le monde ont été signalés, alors que 28 cas sont considérés comme suspects ». Et là, une question se pose avec acuité : pourrait-on se retrouver dans une situation épidémiologique mondiale, au moment où la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 n'est pas complètement éradiquée ? Ses séquelles sont encore omniprésentes sur les économies nationales.
Quels symptômes ?
De crainte d'encaisser un nouveau coup de trop, la vigilance reste de mise. Variant du singe, quels symptômes ? Selon l'OMS, elle se manifeste par de la fièvre, mal de tête et de dos, une adénopathie, des douleurs musculaires et une intense fatigue. De même, elle se caractérise par des éruptions cutanées au niveau du visage, de la paume des mains, et de la plante des pieds, essentiellement, pouvant s'étendre, mais de façon moins importante, à d'autres parties du corps. Qu'en sait-on de plus ? Des sources sanitaires affirment que la durée d'incubation est en général de 6 à 16 jours, mais qui peut s'étendre à 21 jours. Et la plupart des gens se rétablissent complètement en deux à quatre semaines, toujours selon l'OMS. Autre donnée, ce virus ne se transmet pas aussi facilement que le Covid-19. Et là, les experts de santé pensent que l'épidémie actuelle de la variole du singe se propage par contact direct avec la peau d'une personne présentant une éruption cutanée active. Ceci étant, une fois l'infection identifiée, sa propagation semble être facile à maîtriser.
Par ailleurs, les chercheurs supposent que la transmission initiale se fait par contact direct ou indirect avec du sang, des liquides biologiques ou des lésions cutanées ou muqueuses de singes ou de rongeurs sauvages infectés. Qu'en est-il de la situation en Tunisie ? Le fameux Dr Zakaria Bouguira a posté le 21 mai sur Facebook que la Tunisie aurait enregistré à Gabès le premier cas de la variole du singe. Information qui a été démentie par une source officielle au ministère de la Santé publique lors d'une déclaration à Réalités Online. Il convient de noter que le premier cas de variole du singe a été signalé au Royaume-Uni le 6 mai 2022, avant de se répandre à l'Espagne, au Portugal, au Canada, aux Etats-Unis, à la Suède et à l'Italie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.