Poste tunisienne :Distinction du systéme D17 dans le "e-business"    Sahara libyen :20 cadavres repéchés à cause de la désydratation    Le Brief sportif national, continental et international du mercredi 29 juin 2022    Mondial Handball 2023 : Tirage au sort ce samedi à Katowice    VPG Africa : Tirage au sort du 2e tour de la CAF CL et la CAF Cup 2022    Associations et Femmes de droit dénoncent k'annulation du droit à l'avortement aux états unis et appellent à sa protection en Tunisie    Le Mufti de la république :le 9 juillet 2022 ,la fête du sacrifice    Inerte, la bourse de Tunis enchaîne les pertes    La Tunisie appelle au calme entre le Soudan et l'Ethiopie    Détérioration de l'état de santé des magistrats en grève de la faim    Wimbledon : Ons Jabeur s'impose et passe au 3ème tour    Résultat du concours de la 9ème : Inscription au service SMS à partir du 1er juillet    Des associations féministes appellent à protéger le droit à l'avortement en Tunisie    Tunisie: Les horaires de travail de la SONEDE pendant l'été    Hatem Mliki: L'annulation de la Constitution de 2014 mènera le pays vers un état d'instabilité    Deux ministres pour accueillir les visiteurs, puis quatre, combien la prochaine fois?    Monde-Daily brief du 29 juin 2022: L'Ukraine au cœur d'un sommet décisif de l'Otan à Madrid    Amine Mahfoudh salue les sacrifices de Sadok Belaïd    Nabil Hajji s'interroge sur la non participation de l'UTICA et de l'UTAP à la campagne de référendum !    Première médaille d'or pour la Tunisie aux JM Oran 2022 remportée au Pétanque    La Douane annonce des recommandations aux Tunisiens résidant à l'étranger    BILLET | Le tourisme voit le bout du tunnel    20e édition du Forum de l'Investissement | Ferid Belhaj, Vice-président de la Banque mondiale pour la région MENA : «Si vous voulez battre la compétition, il faut aller beaucoup plus vite, plus fort»    20e édition du Forum de l'Investissement | Ils ont dit…    Pour chaque service gagnant de Ons Jabeur, 100 € seront versés pour un lycée à Siliana    Affaires Belaïd et Brahmi : 33 individus, dont Rached Ghannouchi, officiellement accusés    CONDOLEANCES : M. Yassine FRIKHA    NEWS | Chadi Hammami rempile    En marge du tirage au sort des demies de la Coupe de Tunisie | CA-CSS : retour vers le futur !    Grève de la CTN les 17 et 18 juillet    Voici le top 20 de meilleures chansons de l'Histoire de la musique    Imed Hammami: Ma participation à la commission consultative est une phase lumineuse de ma carrière politique    Saif Kebsi : Adel Daâdaâ a présenté des informations inculpant les leaders d'Ennahdha    La Steg appelle ses clients à rationnaliser leur consommation d'électricité durant les pics de chaleur    Tunisie – Météo : légère baisse de la température    USA : Ce témoignage explosif pourrait détruire Trump et requinquer Biden    Reportage sur l'exposition «Abd el-Kader» au MUCEM de Marseille : L'Emir aux multiples dimensions    Mohamed Ibrahim Hsairi: Si j'étais l'Irak!    La Banque mondiale accorde un prêt à la Tunisie pour couvrir les importations de céréales    Le grand acteur Hichem Rostom n'est plus    L'ambassadrice de Tunisie à Washington reçue par Joe Biden    Hichem Rostom n'est plus    La chanteuse Souad Messi sort un nouvel album, la verra-t-on au Festival Carthage 2022?    «Résidences Jiser», du 4 mai au 3 juillet 2022 à Sousse : Créer et réfléchir ensemble    Eminem: Le rap est une excellente thérapie pour la santé mentale    Femme Noire de Léopold Sédar Senghor: Chants d'Ombre    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 05 - 2022

«Vois-tu au loin l'esquisse d'un regard/ du bout du monde/ qui rejoint les mers du sud discret/ sous l'œil oblique/ Luisent l'éclat/ du plumage arrondi/ des hérons enlacés les pattes dressées/ Saison des amours/ paupières closes ombrées/ le regard éteint chemine vers l'éclair» (p. 89).
Subitement, comme une bougie, s'éteint une femme, très probablement une mère ! Tout bascule ! C'est la nuit noire ! Dans le cœur éprouvé de l'homme transi de peine ou de l'enfant orphelin, le monde s'ouvre sur le néant : «Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé» (Lamartine) ! Pour un poète à la plume continûment arrimée au corps, tel Hamma Hanachi, il n'y a plus rien à faire devant le dépeuplement que d'écrire. Ecrire pour essayer de transcender sa déchirure et se bercer de ses propres sanglots. Une poésie douce, soyeuse, au charme savoureux, lyrique sans excès et où le «je» énonciateur ne se dérobe, par pudeur, aux regards du lecteur que pour mieux apparaître à travers la transparence de la voix interrogative et inquiète poursuivant le long de ces poèmes lumineux de Hamma Hanachi la silhouette fantomale de l'Absente, de cette divine «elle,» qui trône en robe rouge au centre de la première de couverture de ce livre de poésie et s'arrête visiblement devant une virgule incisive et tout aussi rouge, comme la passion, et qui, peut-être, signifierait l'arrêt du temps qui se fige soudain et qui ne peut plus entraîner dans sa fuite, maintenant jugulée, le souvenir indélébile de la disparue que le poète tient à «garder vivante à travers ces poèmes nourris de larmes», nourris de réminiscences, de «rêves blancs et noirs» et de «chants de mer» :
«Le jour pénètre par la fenêtre, gris, passé voir/ écouter les nouvelles des rêves blancs et noirs/ Des humains encore à moitié mourants/ furieuse, la pluie dehors fait écran au ciel/ haletant/ Lourde, sûre, verticale sans états d'âme/ Elle percute la vitre, ma tête et le miroir/ Comme si miroir existait en dehors de toi/ De mes rêves de tes chants de mer/ sans violons» (p. 88) ;
Le moi, qui berce et écrit le silence de l'Absente, ne semble pas n'être ici qu'une simple voix textuelle, mais un homme vrai qui se frappe le cœur. C'est une voix au bord du désespoir qui fuse, mouillée de pleurs et de brume, des abysses du corps endolori, meurtri. Car l'Absente ou ce «visage éternel» (p. 4) qui se profile autour de ce livre de poèmes de Hamma Hanachi et à la mémoire de qui sont dédiés tous ces vers taillés dans la chaire vive, nostalgiques et rêveurs, est une figure essentielle dans les «profondeurs mythiques» (Barthes) de l'auteur de cet émouvant recueil de poèmes intitulé, avec une mystérieuse discrétion et en petits caractères, «elle,». Qui est-elle? Une «voix éteinte. / Le silence épais, le manque obscur sans réponse/ le vide de l'hiver». (p. 23). Elle est cette pierre tombale dans le noir de laquelle le poète tient à regarder dans l'espoir de saisir quelque lumière cachée et qui ne serait que ces feuilles vibratiles, éclairées par de lignes d'encre chaudes qu'il chevauche pour enjamber la dépouille de la disparue, en faire le deuil et tendre à la Beauté supérieure se situant au-delà de la mort et de l'absurde. C'est le rêve porté par le poème à sa plus belle expression qui a l'avantage majeur de déplacer les bornes du réel, soutient l'envol de l'âme du poète au-dessus du tragique et le libère de sa douleur dans ces poèmes, tantôt de feu, tantôt de glace, qui jaillissent d'un coup, en vers plutôt courts, sans marques pausales, comme des émotions intenses et vives ou qui font irruption comme une crue puissante aux effets dévastateurs :
«Des incisives pour couper les vents d'amertume/ Croquer dans la nostalgie légère/Sans envie/ Le voile de bruine/ en a mérité d'autres/ Des souvenirs brisés des avenirs présents/ et du temps sans nom/ L'excès d'espoir mutile l'élan de vie/ Quand l'amertume se fait pomme/ la promesse sans suite/ et les dieux sans réponse. La vie/ Une virgule rien qu'une pour respirer/ Un bol de nostalgie que rien ni personne ne consume/ Juste un bol entre les mains/ Le court silence de la virgule/ Et des dents pour croquer l'âge tendre/ Des incisives de préférence pour/ Mordre dans la vie sans éplucher/ Entre le cuit et le recuit/ naissent les aubes fraîches/ et meurt la nuit.» (p. 104). Oui, elle meurt, la nuit, quand «Aux oiseaux, le ciel ouvre son cœur et davantage» (p. 103), parce que le rythme montant, continu, des vers «épousant la courbe des vagues d'été» (p. 93) et s'imprimant à des mots tout aussi fougueux, emporte la détresse, triomphe du vent qui s'écrase contre les branches et le «mur du silence» (p.24), et redonne au poète la beauté du jour.
«elle,» est, somme toute, un recueil de poèmes d'une grande délicatesse et qui procède d'un régime de poéticité souvent bien élevé témoignant de l'aptitude remarquable de Hamma Hanachi à manier avec magie «les ustensiles de la grammaire» française et les mots dont il a le goût et dont il sait «rejoindre l'énergie illisible» (p. 6), afin que la désespérance devienne plaisir textuel et bonheur. Bravo, poète !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.