Le OPPO Reno 3 en vente en Tunisie dès le 8 juin au prix de 1099dt    Afrique et développement durable : Cinq défis pour un saut qualitatif    Industrie et recherche scientifique : Valoriser les recherche et l'innovation    Hausse du taux de chômage : Faut-il craindre le pire ?    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juin à 11H00    Italie : La Serie A reprendra le 20 juin    Report des festivals de Carthage et de Hammamet : Le 100% tunisien, ce n'est pas pour aujourd'hui    DECES ET FARK : Zohra KHAYECHE    Patrimoine beylical mis en vente, Nour EL Houda Bey réagit    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    Tunisie: Rached Ghannouchi plaide pour l'apaisement et l'unité après la vague de contestation    Ne pas s'enliser dans le bourbier libyen    CONDOLEANCES : Abderraouf MEZZI    CONDOLEANCES : Habiba BESBES GUETARI    Club Africain : un milieu de terrain opéré avec succès    EST | Mercato : Mbarki, restera, restera pas ?    Ligue 1 | Casser les codes établis : La course à l'échalote    Météo : Temps calme et mer peu agitée    Rapatriement, mercredi 3 juin, de 29 tunisiens bloqués à Madagascar    Tunisie: Deuxième infection au coronavirus pour un étudiant évacué de Russie à Mahdia    Forbes classe la Tunisie dans le top 07 des pays à visiter post-Covid en 2020    Contrepoint | Un Ramadan particulier    Le gouvernement Fakhfakh est un gouvernement d'austérité, selon Taboubi    Sarah Hannachi à La Presse : «Je fais partie de cette nouvelle vague d'artistes qui a envie que les choses changent…»    FIFA : "J'ai démissionné sous la pression américaine" (Blatter)    La France versera 80M€ de financement pour soutenir les efforts budgétaires de la Tunisie    Bundesliga: Programme de la 30ème journée    Club Africain : La commission de sauvetage crée un "front de salut" et pousse le comité directeur vers la sortie    Tunisie: Une circulaire gouvernementale met en garde les ministères contre les dépenses non programmées    Echaab met en garde contre l'alignement avec l'une des parties libyennes en conflit    Rasha Kelej crée la chanson MY WHITE ARMY avec des chanteurs de 11 pays africains en hommage aux « blouses blanches » de la santé    Tunisie: Plus que deux cas d'infections au coronavirus en voie de guérison à Ben Arous    Le chanteur Cristian Ricci dédie sa chanson à la Tunisie et au Consul Nasr Ben Soltana pour l'aide précieuse fournie à l'Italie durant la crise du Covid-19    Gad Elmaleh raconte son expérience de malade du Covid-19    La Tunisie a alloué 1,8% de son PIB à la lutte contre le coronavirus    Nouveaux vols de rapatriement de Tunisiens: 17 vols programmés du 5 au 15 juin 2020    Le fonds d'investissement technologique Orange Ventures lance pour la 1ère fois un challenge pour financer des entrepreneurs de l'écosystème start-up en Afrique et au M.O.    Des objets précieux censés faire partie de notre Patrimoine historique feront l'objet d'une vente aux enchères à Paris    Tunisie [Audio]: Officiel, report des festivals de Carthage et Hammamet    Indiscrétions d'Elyssa : Cha9a9a pour la friperie    3 000 nouveaux cas en Iran en 24 heures    Historique, SpaceX 1ère société privée à lancer des astronautes dans l'espace (vidéos)    Le PDG de L'ONPF: la majorité des prestations fournies par l'ONPF sont numérisées.    Les confinés au jour le jour    Entre abstraction et figuration    Une mère c'est celle qui ouvre son cœur avant ses bras !    La prolongation de 6 mois de l'Etat d'urgence en Tunisie confirme l'existence de risques majeurs qui guettent le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour un meilleur accompagnement des victimes d'agressions sexuelles
Enfants en situation d'extrême vulnérabilité
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 05 - 2016

Hausse des signalements de viol et de violence par rapport à l'année dernière
En 2015, sur les 8.722 enfants victimes de violence qui ont été signalés aux délégations de la protection de l'enfance, 564 ont subi des agressions sexuelles de différents types : harcèlement sexuel, attouchements, viol avec pénétration..., ce qui représente, en moyenne, une centaine de signalements en plus par rapport à l'année dernière.
La délégation de la protection de l'enfance les a classifiés suivant la nature de l'agression, l'environnement dans lequel a eu lieu l'abus et le profil de l'agresseur : 236 enfants et adolescents ont été harcelés sexuellement dans la rue, à l'école ou au sein de leur famille. Parmi les signalements enregistrés, huit agressions sexuelles sont des viols incestueux et ont été commis par un membre de la famille de l'enfant. Parmi les victimes : plus de 70% sont des filles. «L'abus sexuel est la pire forme des menaces. On considère que l'enfant se trouve dans une situation de danger imminent», a relevé Mehiar Hamadi, délégué général à la protection de l'enfance.
Dès le signalement, la procédure de prise en charge qui est multidisciplinaire s'enclenche automatiquement et des mesures urgentes sont prises. Pour éviter qu'il ne soit stigmatisé et culpabilisé, l'enfant est éloigné du lieu ou de l'entourage dans lequel a eu lieu l'agression . Directement orienté vers le centre médico-légal pour subir les examens nécessaires afin de relever les traces de l'abus sexuel qui serviront de preuves dans le dossier judiciaire, il va bénéficier, par ailleurs, d'une prise en charge psychologique pour l'aider à surmonter l'acte odieux dont il a été victime. C'est le délégué à la protection de l'enfance qui assure la coordination entre tous les intervenants dans la prise en charge des enfants victimes d'abus sexuels. Dès les premières heures qui suivent l'agression, il saisit le procureur de la République et le juge pénal et assure l'accompagnement de l'enfant et son encadrement tout au long de la procédure judiciaire qui peut durer des mois, ce qui a généralement pour effet de fragiliser davantage la victime appelée à apporter son témoignage au cours des nombreux interrogatoires où l'enfant ou l'adolescent est souvent confronté directement à son agresseur sans la présence d'un psychologue.
Bien que la Tunisie ait figuré parmi les premiers pays à l'échelle du monde arabe à avoir adhéré aux principes de la convention internationale des droits de l'enfant en la ratifiant —la Tunisie a, par la suite, promulgué le code de protection de l'enfance qui a permis la mise en place d'un arsenal juridique identifiant toutes les situations dans lesquelles l'enfant est considéré en situation de menace et de danger, sachant que le même code a, dans ce cadre, institué la fonction de délégué à la protection de l'enfance— quelques insuffisances ont pourtant été relevées au niveau de la législation relative à la protection des enfants, ce qui explique la décision prise par le ministère de la Justice d'élaborer un nouveau projet de loi qui porte sur l'amendement de la loi de l'enfant victime et témoin d'actes et d'abus sexuels.
Interrogés en présence d'un psychologue
Le code actuel de la protection de l'enfance ne mentionne pas, à titre d'exemple, les techniques de prise en charge et d'écoute des enfants victimes et témoins de viol dans les postes de police. Alors qu'ils ont subi un traumatisme et qu'ils se trouvent encore sous l'effet du choc, ces derniers sont souvent confrontés à leur agresseur sans être accompagnés par un psychologue. «Une nouvelle expérience a été entamée il y a deux ans, a souligné le délégué général à la protection de l'enfance. Les enfants victimes d'abus sexuels sont interrogés en présence d'un psychologue ou du délégué à la protection de l'enfance dans les locaux de la police. Par ailleurs, l'écoute doit être enregistrée pour servir de support pour le dossier pénal. Aujourd'hui, on essaie d'éviter à l'enfant que la confrontation ait lieu plus de deux fois avec son agresseur».
Le projet de loi, qui passera bientôt par le conseil des ministres, sera débattu prochainement à l'ARP. Ce dernier présente de nombreux avantages: la nouvelle législation qui sera mise en place permettra notamment d'accélérer la procédure judiciaire dans les affaires liées à des agressions et des abus sexuels commis sur des enfants, d'améliorer les techniques de prise en charge et d'écoute des enfants victimes et témoins de viol dans les postes de police et de renforcer la coordination entre les différents intervenants (juge pénal, juge pour enfants, médecin légiste, délégué à la protection de l'enfance, psychologue, pédopsychiatre...) dans les affaires de viol. «Les délégués régionaux seront appelés à travailler sept jours sur sept, a souligné M. Hamadi. A Tunis, le bureau de la protection de l'enfance compte trois délégués et une psychologue joignables 24 heures sur 24. Dans les régions, nous avons 50 délégués qui saisissent les cas d'enfants victimes de violence. Ils reçoivent en moyenne deux à trois signalements par jour. La nouvelle politique intégrée de protection de l'enfance permettra un meilleur accompagnement des enfants en situation de danger».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.