CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie a enregistré 936 nouveaux cas et 7 morts à la date du samedi 26 Septembre    Tunisie | Covid-19 : Sept nouveaux décès et 936 cas enregistrés    Face au Covid-19, ce que les PME ont fait et ce qu'elles comptent faire    Covid-19 : « Le nombre de lits de réanimation a été doublé au gouvernorat de Monastir »    Finale Coupe Habib Bourguiba : La formation rentrante de l'Espérance de Tunis    Hommage : Moncef Chelli et la grande aventure de Mindhar    Tunisie – Deux semaine après la rentrée de nombreux manuels scolaires manquent dans les librairies    Energies Renouvelables (ER) : Appel d'offres pour des projets de 60 Mégawatts    AS Réjiche : un premier cas positif au coronavirus    EST: Au grand complet    MEMOIRE: Abdelaziz KACHOUKH    Tourisme : Chute d'activité de 60%    Enseignement de l'arabe aux enfants de Tunisiens en Europe : Liste des enseignants admis    La relance créatrice d'El Hamra: «Même quand tout s'arrête, la création n'arrête pas sa marche»    Mes odyssées en Méditerranée: «Narcisse et la Culture narcissique» : vivrions-nous dans une société nombriliste ?    La Presse manque de papier    Hand – Mondial 2021 : L'équipe nationale débutera son premier stage avec 21 joueurs    CAF — présidence: Tarek Bouchammaoui candidat    Triste nouvelle: Lotfi Sebti n'est plus    Météo | Pluies orageuses sur l'extrême Nord-Ouest    Foot-Europe: le programme du jour    Presse : Le syndicat conseil de passer au télétravail pour les journalistes    ARCHIPEL DE KERKENNAH: Les pêcheurs regrettent le bon vieux temps...    Coupe de Habib Bourguiba : L'US Monastir pour le premier titre, l'Espérance de Tunis pour le triplé    L'inconscience risque de tout détruire    CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie a enregistré 786 nouveaux cas et 16 morts à la date du 25 Septembre    Nouveau triste Record – Coronavirus : 16 nouveaux décès et 786 nouvelles contaminations, le 25 septembre    Tunisie – Covid19 : Quatre décès en une journée à Sousse    Un nouveau rapport de la Banque mondiale appelle à lutter contre la corruption en temps de pandémie    Tunisie : La baisse des recettes touristiques en 2020 peut atteindre 70%    Rencontre Hichem Mechichi – Donald Blome : Quel soutien et quelles promesses l'ambassadeur américain avait-il dans son porte-documents ?    « Moodha Okhra » par le Goethe Institut Tunis : La mode engagée    Tunisie: Affaire Chakchouk: La poste clarifie    Entretien avec Nadia Linke, une tunisienne qui expose au Musée du Centre Georges-Pompidou à Paris : L'art comme altérité...    Environnement : La BM sollicitée pour financer un projet de gestion de déchets de soin en Tunisie    Un ancien conseiller de Trump appelle à voter Biden    La Russie multiplie les manœuvres militaires tous azimuts    Un certain regard sur le patrimoine    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    "Métamorphoses du ûd" suggère une lecture différente de l'évolution historique et organologique du luth oriental ( Hamdi Makhlouf)    Les opportunités ouvertes par le programme "Europe Créative" pour le secteur culturel tunisien, objet d'une session d'information    Le film Tunisien "Jusqu'au Bout" avec Bassem Hamraoui dans les salles dès le 26 septembre (Synopsis & B.A.)    Ouverture à Tabarka de la rencontre inter-régionale des directeurs et directrices des maisons de la culture    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des chiffres mais pas de stratégie
Enfants en situation de danger
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 04 - 2015

2.800 enfants ont été agressés physiquement et verbalement et 331 ont subi un abus sexuel. C'est dans le nord, la capitale et le centre du pays que la plupart des cas ont été enregistrés l'année dernière
Plus de 6.000 cas d'enfants en situation de danger ont été signalés aux délégués à l'enfance en 2014 contre 5.967 cas en 2013, soit 313 cas de plus, selon le rapport annuel sur « l'activité des délégués à la protection de l'enfance » qui a été élaboré par le bureau du délégué général à la protection de l'enfance et présenté, hier, par la ministre des Affaires de la femme, de la famille et de l'enfance. Cette étude fournit des enseignements très intéressants sur les enfants sans protection qui ont été exposés à de multiples formes de violence et dont l'âge est compris entre zéro et 18 ans. C'est dans le nord, la capitale et le centre du pays (Bizerte, Ben Arous, Sfax) que le plus grand nombre de signalements a été enregistré l'année dernière.
La moitié sont des filles
Les signalements qui parviennent aux délégués régionaux à l'enfance dans les gouvernorats portent sur des enfants jeunes ou en bas âge qui ont subi des actes violents et qui ont été retrouvés dans une situation d'extrême vulnérabilité. 62,3% des cas signalés concernent des enfants qui ont été retrouvés en danger au sein du foyer parental, 19,6% et 14,6% sont des enfants qui ont subi un acte de violence soit au sein de l'enceinte scolaire ou dans une institution de protection de l'enfance. C'est ce qu'a révélé ce rapport qui fournit des informations détaillées sur le taux de signalement par gouvernorat et par région ainsi que sur les causes de ces signalements. Le plus grand nombre de signalements enregistrés a porté sur des enfants dont la moitié sont des filles, sont âgés pour la grande majorité entre un mois et douze ans, retrouvés dans une situation grave présentant des risques pour leur santé et leur intégrité. 16,1% de ces enfants menacés étaient inscrits dans des crèches et des jardins d'enfants, alors que 39,1% des cas qui ont été déclarés étaient scolarisés en premier cycle de l'enseignement de base.
Le rapport donne une idée sur les causes à l'origine des menaces auxquelles ont été exposés ces enfants, révélant que dans 29% des cas les parents, dans l'incapacité de les élever, les ont négligés, en leur faisant subir de nombreuses formes de violence, ce qui les a poussés à la délinquance et au vagabondage dans les rues. 2.800 cas d'enfants violentés ont été déclarés l'année dernière aux délégués régionaux de la protection de l'enfance, ce qui représente près de 60% de l'ensemble des signalements qui sont parvenus aux délégués régionaux. Dans 61% des cas, l'enfant a été agressé physiquement par l'un des deux parents alors que dans 12% des signalements déclarés, l'enfant a été exposé à l'agressivité d'un cadre éducatif (professeur, surveillant...). Par ailleurs, 41% des enfants signalés ont été victimes de grave négligence de la part de leurs parents alors que 27,9% ont fait l'objet régulièrement d'agressions verbales.
Ce rapport a révélé d'autres chiffres alarmants. 331 enfants ont subi une violence sexuelle, sous forme de harcèlement et de viol et ont été pris en charge par les délégués régionaux de la protection. Mehyar Hammadi, le délégué général de la protection de l'enfance, a déploré le fait que bien que de nombreux enfants se retrouvent dans une situation à risque, ils sont rarement signalés par les établissements scolaires dans lesquels ils étudient.
Incapacité ou abandon
des parents
C'est en fonction des causes et de la gravité du cas que le délégué régional décide généralement des mesures à prendre, à savoir si l'enfant sera ou non maintenu dans son environnement familial. 1.435 cas d'enfants ont été signalés et pris en charge par les bureaux de protection de l'enfance, car leurs parents étaient dans l'incapacité matérielle de subvenir à leurs besoins. 1.000 autres enfants ont bénéficié d'un suivi des délégués pour cause de négligence et de manquement des parents à leur devoir d'éducateur. 739 cas d'enfants ont été en outre signalés, car ils ont été délaissés et abandonnés suite à la séparation de leurs parents qui ont refait leur vie avec de nouveaux conjoints.
Toutefois, dans 50% des cas de négligence et de menace qui ont été déclarés, les délégués ont décidé de maintenir l'enfant au sein de sa famille en assurant son suivi et son contrôle régulier tout en venant en aide aux membres de la famille et dans 15% des cas, ils ont placé les enfants dans des familles d'accueil et des centres d'accueil et de protection de l'enfance.
Ce rapport fournit également des chiffres sur les enfants qui sont nés hors du cadre du mariage et dont le nombre s'élève à 763 cas, ce qui représente 12% des signalements qui sont parvenus aux délégués régionaux de l'enfance. Prenant la parole, la ministre des Affaires de la femme, de la famille et de l'enfance, Mme Samira Maraï, a signalé que le ministère procèdera dans les semaines à venir à un diagnostic de la situation et à une évaluation des précédentes politiques adoptées dans le domaine de l'enfance. « Nous devons démarrer sur des bases solides et avoir une politique claire dans le domaine de l'enfance. Pour cela, il faut tout d'abord procéder à un diagnostic de la situation actuelle pour pouvoir prendre les mesures adéquates et mettre en place les stratégies qu'il faut », a conclu la ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.