Ligue 1 : déjà un problème, le stade de Radès fermé à l'occasion du premier match de la saison    Volley – Mondial U19 : programme des matchs de l'équipe nationale    La Tunisie face à la Mauritanie et la Côte d'Ivoire en amical en septembre    Basket – Mondial 2019 : avant de partir en Chine, l'équipe nationale s'envole à Tokyo    Tunisie: Le ministre du Transport annonce l'ouverture de trois tunnels pour la circulation au niveau de l'aéroport    Nabeul Book Club organise Philofest; un festival tunisien dédié à la Philosophie    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Tunisie : 40% de baisse des inscriptions dans les écoles privées par rapport à l'année 2018-2019    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Programme TV du mardi 20 août    Adnane Hajji retire son parrainage à Hatem Boulabiar et explique les raisons    Malgré de meilleurs chiffres en économie, le Tunisien reste pessimiste    Festival Carthage 2019: Grand Gala de l'Opéra Italien, invité surprise de la 55e édition, le 23 août sur scène    Zied El Heni chargé de réformer « la presse »    9 migrants bangladais bientôt privés de protection et d'hébergement en Tunisie, selon le FTDES    Quand Abir Moussi donne ses instructions aux médias    Le conseil de l'ISIE valide les résultats des élections municipales partielles à Thibar, Sers, El Ayoun    801,4 MD de déficit pour la balance commerciale alimentaire à la fin juillet    Pas d'augmentation pour les abonnements scolaires et universitaires    Décès de l'ancien Mufti de la République Cheikh Mokhtar Sellami    FC Barcelone: Dembélé, absent 5 semaines    Tunisie – Néji Jalloul présente son programme en matière de diplomatie    Tunisie – La femme décédée après avoir fait don d'un rein à son mari : Précisions du ministère de la santé    Tunisie : le taux de croissance atteint 1,1% au premier semestre de 2019    Traque de terroristes à la frontière algérienne    Ghofrane Khelifi et Nihel Cheikhrouhou (Judo) remportent chacune la Médaille d'Or des Jeux Africains au Maroc    Olivier Poivre d'Arvor à La Presse Magazine : Il faut faire prendre conscience aux entrepreneurs que la mer est une richesse en termes de revenus    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Tabarka Jazz Festival 2019: 19ème édition du 20 au 24 Août    HarmonyOS; le nouveau système d'exploitation de Huawei    Le tout nouveau Nokia 105 arrive sur le marché tunisien    SIT-IN ouvert des membres de la Fédération générale de la poste    ISIE : La Justice administrative prononcera ce lundi son verdict définitif concernant les recours liés aux élections législatives    L'ARP examinera ce lundi les propositions 59 et 60 relatives à l'amendement de la loi n°16 / 2014 concernant les élections et les référendums    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    « Béatrice un siècle » de la Tuniso-canadienne Hejer Charf à la Biennale d'art contemporain dédiée aux artistes femmes à Rabat    Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville à la recherche de ses repères
Sfax — Reportage
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 08 - 2017

Etalages anarchiques, insalubrité, commerce parallèle : une prise de conscience collective est nécessaire
Considérés comme une grande opportunité pour le consommateur ordinaire, les étalages anarchiques ont défiguré l'image de Sfax comme deuxième ville de Tunisie. De plus, la ville souffre d'une situation environnementale dégradable. La Médina, une des plus belles du pays, est la première victime de ce chaos. La place Bab Jebli qui mène directement à la Médina témoigne de cette décadence.
Lieu : place Bab Jebli. Heure : 10h30. Il fait chaud, même très chaud. La canicule bat son plein. Des automobilistes cherchent des places pour garer leurs voitures. En cette heure de la journée, la tâche paraît très difficile et même impossible. C'est un défi quotidien pour ceux qui travaillent dans ce périmètre et qui sont contraints de perdre beaucoup de temps pour trouver enfin où garer leurs voitures. Le problème s'est aggravé encore plus après la révolution, car certains propriétaires de véhicules rechignent à rechercher les lieux de stationnement légaux réservés par la municipalité.
Des centaines de gens visitent quotidiennement la vieille ville de Sfax. La place Bab Jebli connaît une grande affluence. Elle abrite le plus grand marché aux poissons de Tunisie qui occupe une superficie importante de la place. Ainsi, à l'exception de lundi, jour de sa fermeture, les rues et artères voisines connaissent une dynamique importante. Tous les jours, des centaines de camions viennent débarquer des tonnes de poissons. C'est une véritable fourmilière. Ce fameux marché est visité quotidiennement par des milliers de personnes.
Le commerce parallèle
A la place Bab Jebli on est dans l'anarchie la plus totale. Les visiteurs éprouvent d'énormes difficultés pour pénétrer à la Médina où se trouvent les principaux souks (épices, vêtements, légumes et fruits, huiles d'olive, fruits secs...). Ils doivent être patients et attentifs. Les marchands ambulants de fripe, de légumes, de fruits, d'eau fraîche, d'ustensiles made en Chine occupent les entrées de la vieille ville. Sur des étalages ou par terre, des hommes et des femmes exposent leurs marchandises. C'est la grande pagaille ! Jamais la situation n'a été aussi consternante. Tout l'espace, même celui réservé aux piétons, est envahi par ce commerce parallèle. Les quelques opérations sporadiques menées par les autorités publiques pour déloger les commerçants ambulants ne suffisent pas pour mettre fin à ce phénomène qui s'amplifie et devient le point noir de Sfax. Des femmes et des hommes s'approvisionnent de ces points de vente illégaux. Aïcha, la cinquantaine, est une femme au foyer. Elle n'a nullement envie de perdre son temps et visiter les souks de la Médina. Pour elle, avec la cherté et la baisse de ses revenus, les prix offerts par ces marchands ambulants sont abordables. «Je ne cherche pas à connaître la source de ces marchandises. L'essentiel pour moi est de remplir mon couffin», confie la dame.
Le commerce parallèle s'est étendu pour occuper d'autres places. Ainsi, à deux cents mètres seulement de la place Bab Jebli, à Nasria, des dizaines de vendeurs ambulants de fripe exposent leurs marchandises à très bas prix. Des centaines de kilos de vêtements, de sacs, de chaussures, de jouets sont par terre. Des hommes, des femmes et des jeunes filles fouillent et chinent à la recherche de bonnes occasions. Les vendeurs crient à tue-tête. Bref, une image sombre en plein centre-ville.
Une ville qui regorge de saleté
La saleté s'est installée dans plusieurs endroits et même sous les remparts qui font la fierté et l'originalité de la ville de Sfax. Des sachets en plastique jetés par terre ou sous les arbres, des chats fouillent les poubelles pour rendre l'image encore plus sombre. Les trottoirs sont souillés par des bouteilles d'eau vides, des emballages de paquets de cigarettes, de sandwichs et de bonbons, sans parler des ordures laissées par les marchands ambulants. Des comportements non civiques et non responsables chez plusieurs citoyens à accentuer la situation. A la fin de la journée, la place Bab Jebli est jonché d'ordures et asphyxiée par les mauvaises odeurs. Les efforts déployés par les autorités publiques sont insuffisants pour résoudre ce problème de propreté. De même, l'implication de la société civile reste au-delà des attentes d'une grande ville comme Sfax. Il est temps, donc, d'une prise de conscience collective pour arrêter les mesures à prendre ensemble pour sauver Sfax de cette anarchie et redonner à cette belle ville ses repères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.