Poutine : Ces pays sont en route pour devenir des futures superpuissances mondiales …    Football | Liga : Le Real Madrid s'impose devant le Barca    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Handball : Wael Jallouz fait son retour et signe à l'AS Hammamet    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Le patriarche et le diable : diviser pour mieux régner...    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Plaidoyer pour la culture...    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    DECES : Pr Farouk Benna    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Tunisie: 59 nouvelles infections au coronavirus à Béja    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Un Tunisien obtient gain de cause contre le ministre des Affaires Etrangères    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«S'affranchir de la trilogie de la peur, de la pauvreté et de la discrimination est l'un des principaux fondements du développement durable»
Allocution de Madame Leïla Ben Ali, épouse du Président de la République et présidente de l'OFA
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 10 - 2010

• Pour un forum périodique des artisanes arabes et un réseau de commercialisation solidaire de leurs produits
• Envisager l'institution d'un prix pour les études et les recherches dans les domaines environnementaux
• Instituer un prix pour la meilleure association féminine œuvrant dans l'environnement
Madame Leïla Ben Ali, épouse du Président de la République et présidente de l'Organisation de la femme arabe, a prononcé, hier matin, à l'ouverture du 3e Congrès de l'Organisation de la femme arabe, qui se tient à Tunis du 28 au 30 octobre, une allocution dont voici le texte :
«Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Altesses,
Excellences,
Excellence, Monsieur Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue des Etats arabes,
Excellence, Dr Abdulaziz Altwaijri, directeur général de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture,
Dr Wadouda Badrane, directrice générale de l'Organisation de la femme arabe,
Honorables hôtes,
Mesdames et Messieurs,
C'est pour moi un réel plaisir de vous souhaiter la bienvenue dans votre pays, la Tunisie, qui est fière d'accueillir le troisième Congrès de l'Organisation de la femme arabe. Je tiens aussi à vous dire combien nous flatte votre présence, aujourd'hui parmi nous, présence qui incarne les liens de fraternité et de coopération qui nous attachent et la volonté de hisser les structures de l'action arabe commune dans le domaine de la femme aux niveaux les plus élevés.
Notre Congrès constitue, en effet, une excellente opportunité pour poursuivre l'examen d'un ensemble de questions qui retiennent notre attention à nous tous, l'objectif étant d'améliorer davantage la condition de la femme arabe et de réaliser l'égalité des chances et l'égalité tout court entre les genres, de manière à consolider l'œuvre de réforme et de modernisation dans laquelle se sont engagés nos pays et à accroître les opportunités d'intégration de la femme dans un monde qui connaît des défis sans précédent dans tous les domaines.
Je voudrais exprimer mes meilleurs remerciements et ma grande considération à nos honorables sœurs, Leurs Altesses et Leurs Excellences, pour avoir répondu à l'invitation et pour leur présence aux travaux de ce Congrès. Mes salutations s'adressent, aussi, aux membres des délégations officielles et à toutes les personnalités ici présentes qui représentent les Etats et les organisations internationales, régionales et arabes, ainsi qu'aux experts et expertes dans les affaires de la femme, saluant l'intérêt qu'ils accordent tous à notre Congrès et aux questions dont il aura à débattre.
Je félicite, également, les membres du comité d'organisation, de l'équipe scientifique et de la direction générale de l'Organisation de la femme arabe, sous la conduite de Dr Wadouda Badrane, pour les efforts louables qu'ils ont déployés en vue de la tenue de ce Congrès qui a pour thème «La femme arabe, partenaire essentiel du développement durable», et ce, pour l'approfondissement du débat et l'échange des idées sur les moyens d'ériger les questions du genre social en choix stratégique. Ce qui permettra de gagner l'enjeu de la promotion des aptitudes de la femme arabe et de conforter son rôle dans le développement, en tant qu'acteur et non pas un simple consommateur.
Brider le potentiel de la femme revient à se priver de la moitié du potentiel de la société.
On a beaucoup parlé, ces dernières années, du développement durable dans le contexte d'une conjoncture mondiale incertaine, et cela nous conduit à nous interroger sur les politiques les plus efficaces à adopter face à de telles circonstances pour assurer le progrès de l'ensemble des sociétés humaines, ainsi que sur les meilleures voies pour permettre à la femme arabe de contribuer à l'œuvre de développement durable à un rythme plus soutenu et dans le cadre d'une stratégie globale et plus exhaustive.
Le développement durable est un enjeu civilisationnel autant qu'une cause planétaire aux dimensions politiques, sociales, économiques, culturelles, technologiques et environnementales imbriquées les unes dans les autres. Il commande la mise en place de politiques et de programmes à même d'aider à tirer avantage des ressources et des richesses naturelles dont dispose l'humanité, conformément à une approche aux volets cohérents pour réaliser les objectifs de développement, tout en veillant à assurer une gestion judicieuse des ressources et des richesses aux fins de les protéger contre la surexploitation, de manière à garantir la vie décente et le bien-être à toutes les générations, aujourd'hui et demain.
Cette approche ne pourrait se concrétiser que par l'élimination des causes de la pauvreté, de la faim, de la discrimination et de l'insécurité et par l'instauration de la concorde sociale, l'accroissement du volume de l'investissement et l'épanouissement des facultés créatrices de l'Homme. Elle nécessite aussi l'amélioration de la qualité de la vie, dans le cadre d'une orientation équitable, globale et durable qui n'établirait aucune distinction entre la femme et l'homme, entre les générations, et entre les milieux urbain et rural.
Si le développement durable est un besoin vital pour la survie du genre humain, il ne se limite pas, cependant, à prémunir l'individu contre la faim et à le protéger des risques qui menacent sa vie. Bien plus, il consiste aussi à bénéficier des services des secteurs de développement de base comme l'enseignement, la santé, le logement et l'emploi et à s'affranchir des phénomènes de la marginalisation éducative et culturelle et de l'exclusion sociale et économique.
Promouvoir les aptitudes de la femme arabe et l'aider à bénéficier, sur un pied d'égalité avec l'homme, des chances d'accès aux biens et services, font partie intégrante de cet objectif stratégique. Mais, ceci ne serait possible qu'à travers des programmes judicieux et exhaustifs en matière de formation, d'apprentissage et de qualification et qu'en aidant la femme à tirer profit des résultats de la recherche et de l'innovation technologique dans les divers domaines, en la dotant de ressources économiques et en renforçant le rôle de la société civile pour ce qui est de sa prise en charge partout où elle se trouve, en milieu urbain, suburbain ou rural.
La présence de la femme arabe, aujourd'hui, aux côtés de l'homme dans les activités sociales, économiques et politiques, est un signal fort de sa détermination à être un acteur dynamique dans l'enracinement des attributs du développement intégral et durable dans la société qui est la sienne.
Les divers indicateurs sanitaires, éducatifs et sociaux montrent aujourd'hui que la condition de la femme arabe a connu une évolution notable que confirment l'augmentation de l'espérance de vie, l'amélioration de la santé de la mère, la réduction de la mortalité maternelle et l'élévation du niveau de l'éducation et de l'enseignement.
Ces réalisations et ces acquis, si importants qu'ils soient, demeurent, cependant, en deçà de nos ambitions car le niveau d'autonomisation de la femme demeure inférieur à celui de l'homme dans maints domaines sociaux, économiques et politiques.
C'est aussi parce que l'analphabétisme qui frappe une forte proportion de femmes, notamment dans les campagnes, représente l'un des plus grands défis qui se posent pour nombre de nos sociétés. L'attitude à l'égard de l'instruction et de l'octroi à la femme d'un emploi qui puisse meubler sa vie suscite encore la controverse dans nos pays.
En effet, l'accès de la fille à l'instruction n'entraîne pas, nécessairement pour elle, l'accès à des opportunités d'emploi, d'insertion dans le processus de développement et de participation à la vie publique. Cette situation procède d'une perception culturelle et sociale encore répandue dans certaines de nos sociétés arabes où l'on appréhende encore la question de l'instruction ou celle du droit au travail différemment selon qu'il s'agit d'un genre ou d'un autre.
Ne pas permettre la participation effective de la femme à la vie sociale et économique et aux postes de décision et de responsabilité, du fait de la persistance de facteurs traditionnels qui consacrent encore l'inégalité entre la femme et l'homme, constitue aujourd'hui l'un des facteurs qui handicapent le développement.
Nous sommes fermement persuadés que l'exercice, par la femme arabe, de ses droits dans la vie publique est indissociable de son droit à conduire comme elle l'entend ses affaires privées au sein de la famille, et de sa participation, sur un pied d'égalité aux côtés de l'homme, à l'édification d'une famille saine, unie et équilibrée, la famille étant le socle de tout changement éducatif et culturel et le pilier de toute évolution sociale et économique.
L'on peut dire, à ce propos, que les expériences enregistrées dans la plupart de nos pays arabes sont des expériences prometteuses dans la mesure où elles s'appuient sur des approches de développement équilibrées dans lesquelles les dimensions économique et sociale sont étroitement liées, où s'affirme l'égalité entre les deux genres en droits et en devoirs et où les mentalités évoluent dans le sens de l'avènement d'une culture familiale et sociétale qui conforte le partenariat entre la femme et l'homme dans tous les domaines de la vie.
La participation de la femme à la vie économique est l'un des principaux critères à l'aune desquels se mesure le degré d'évolution des sociétés et de l'enracinement des concepts de développement humain durable.
Les mutations économiques dans les pays arabes ont révélé des opportunités nouvelles et prometteuses en matière d'activités artisanales féminines qui, de simples occupations familiales traditionnelles, sont devenues des activités économiques innovantes fondées sur le savoir-faire, la création et la parfaite maîtrise des arts de la production et de la commercialisation.
C'est ce qui commande à la femme arabe de mieux connaître les modes de production et de commercialisation modernes et d'adhérer aux organisations professionnelles susceptibles de servir ses intérêts, afin qu'elle puisse améliorer sa condition sociale et économique et contribuer au progrès et à la prospérité de la société dans laquelle elle vit.
Nous appelons, à cette occasion, à ce que soit étudiée la possibilité d'organiser un forum périodique des artisanes arabes dans les diverses spécialités et à la mise en place d'un réseau de commercialisation solidaire de leurs produits, de manière à leur ouvrir de plus larges perspectives d'insertion dans le circuit économique et dans la dynamique de développement global, solidaire et durable.
Nous tenons, dans le cadre de notre présidence de l'Organisation de la femme arabe, à dynamiser davantage les programmes propres à accroître les qualifications de la femme arabe et à lui conférer l'aptitude à assimiler les connaissances et les technologies modernes et à acquérir l'expérience nécessaire pour créer et gérer les projets.
L'environnement étant l'un des principaux piliers de l'œuvre de développement durable, nous sommes appelés, face à l'acuité des perturbations des phénomènes climatiques, à la multiplication des catastrophes naturelles et au déséquilibre écologique, à approfondir la prise de conscience quant à la gravité de tels phénomènes et à leur impact économique et social sur la condition de la femme, en particulier.
C'est la femme, en effet, qui est davantage en prise directe avec les ressources naturelles et c'est elle qui représente la principale force de travail dans le secteur agricole dans la plupart des pays.
Nous appelons, à ce propos, à envisager l'institution d'un prix pour les études et les recherches dans les domaines environnementaux réalisées ou supervisées par des femmes arabes, ainsi que d'un prix pour la meilleure association féminine œuvrant dans ce domaine, qui se distinguerait par la qualité de son effort en matière d'incitation de la femme arabe à utiliser de façon optimale les ressources environnementales et à accroître son concours à la promotion de la conscience environnementale auprès des générations futures.
Emprunter des voies objectives et rigoureuses pour connaître le degré de contribution de la femme aux économies nationales et son implication dans la société civile permettrait de nous donner une image réelle et précise de sa condition.
C'est ce qui souligne le besoin qu'il y a de réaliser des recherches et des études sur l'égalité des chances en matière d'emploi entre la femme et l'homme et sur la prise en compte de la situation spécifique de la femme dans la répartition du temps de travail.
L'échange d'expériences et d'expertises en la matière entre nos pays est tout aussi indispensable, de manière à ce que nous puissions développer davantage notre œuvre et parvenir à nous doter de tout ce qui serait en harmonie avec notre réalité et nos spécificités, et en phase avec les impératifs de notre époque.
Nous gagnerions, aujourd'hui, à améliorer continuellement la condition de la femme arabe, dans le cadre d'une approche fondée sur la corrélation étroite entre les droits civiques et politiques, d'une part, les droits sociaux et économiques, de l'autre. C'est là un objectif que la femme arabe partage avec un grand nombre de femmes dans le monde et qui nous incite, dans le cadre de l'Organisation de la femme arabe, à consentir plus d'efforts en matière de relations avec notre environnement géographique et à réaliser une plus grande ouverture sur cet environnement afin d'établir une entente commune pour la sécurité, la paix et le développement.
S'affranchir de la trilogie de la peur, de la pauvreté et de la discrimination est l'un des principaux fondements du développement durable. La précarité, la violence, l'abandon et le démembrement familial qu'endure la femme dans certaines sociétés du fait de la détérioration de la situation sanitaire, sociale et économique et de la prolifération des conflits armés constituent une violation de sa dignité, une atteinte à son être et une grave entorse au concept de développement intégral, juste et durable auquel aspirent toutes les nations.
Nous sommes en droit, à cet égard, de nous interroger à quel point la communauté internationale honore les engagements définis par les référentiels de l'ONU en la matière, à l'heure où, dans bien des pays, la femme pâtit de la discrimination, de l'exclusion et de la marginalisation.
Nous estimons que notre réunion, aujourd'hui, constitue une opportunité pour réaffirmer notre solidarité avec les femmes dans toutes les zones de tension et de conflit de par le monde et pour souligner notre attachement à ce que la Commission de la femme pour le droit international humanitaire contribue à sensibiliser les différentes parties aux dimensions de ce droit et à la nécessité d'en respecter les principes.
C'est une opportunité pour confirmer, en même temps, notre soutien indéfectible à la lutte du peuple palestinien, à sa vaillante résistance, avec ses femmes, ses hommes et ses enfants, face à l'occupation et à l'agression et sa bravoure dans la défense de ses droits légitimes à la liberté et à la dignité.
Altesses,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Notre confiance est grande en l'aptitude de notre organisation et de celle de toutes les associations féminines arabes qui, par volontariat, ont choisi d'œuvrer, avec enthousiasme et dynamisme sur le terrain social, économique, éducatif, culturel et scientifique, à enraciner dans nos sociétés la conviction selon laquelle il n'y aura pas de développement durable en l'absence de la femme.
Je suis persuadée que les compétences présentes à ce Congrès nous aideront à aboutir à des recommandations pratiques à même de donner corps à un concept juste et cohérent du développement qui confèrerait à la femme la place dont elle est digne et ferait d'elle la partenaire à part entière de l'homme dans la réalisation du progrès dans nos sociétés.
Je tiens à vous souhaiter encore une fois la bienvenue et un agréable séjour parmi nous, et forme l'espoir que notre congrès sera couronné de succès. Puisse Dieu guider nos pas pour le bien de la femme arabe, ainsi que pour le bien, la croissance et la prospérité que nous souhaitons pour nos patries.
Merci de votre attention».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.