AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une comédie Humaine
La boussole de Sidi Enna de Salem Labbène au club Abul Kacem Chebbi
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 11 - 2012

La nouvelle saison culturelle du Club du roman (maison de la culture Abul Kacem Chebbi d'El Wardia), qui s'intéresse à la littérature tunisienne dans toutes ses formes, savantes et populaires, a démarré samedi dernier avec l'analyse du roman intitulé La boussole de Sidi Enna, de Salem Labbène. Ce roman primé aux Comar 2011 a fait l'objet d'une séance d'analyse et de débat qui a été animée par Youssef Abdelati et Ibtissem Khlil, l'écrivaine et enseignante de littérature et civilisation arabes. L'analyse a porté sur les différents aspects du roman, sur la forme comme sur le fond, dans l'objectif de décortiquer en profondeur ses différents thèmes.
L'écrivaine a choisi de pencher son analyse sur deux questions qui parcourent le livre, à savoir la notion de la déchirure et du genre romanesque. Elle a entamé son exposé par un questionnement sur le genre de ce texte. Est-il vraiment un roman, une épopée humaine, un essai philosophique ou un récit de voyage? Dans quel genre et dans quel type le classer? La boussole de Sidi Enna est une épopée familiale, où l'auteur a essayé de dessiner un panorama de personnage de toutes les générations, avec leurs différents tempéraments et caractères.
On en trouve une galerie dans ce roman racontant l'histoire dramatique d'une famille tunisienne d'origine monastirienne. L'auteur a choisi de nous apprendre tout sur son personnage principal «Brikcha». Il nous le décrit dans le moindre détail et nous renseigne sur sa vie, ses tourments, sa réalité, ses rêves et ses cauchemars...
Le lecteur averti se trouve dès lors pris dans les dédales de cette labyrinthe et se pose tant de questions; ce personnage est-il bel et bien un personnage réel, inventé, innocent, est-il fou, sage....?
Ces questions qui restent sans réponses ne reflètent que la psychologie de l'auteur même, de chaque individu, de chacun de nous et de tout être dans le monde. S'agit -il d'une aventure fantastique que notre auteur a voulu partager avec son personnage et nous la faire partager? En effet, la pluralité des narrateurs et des voix qui résonnent dans ce texte nous renseigne sur la psychologie du personnage, ses déchirures, sa perte dans le monde.
D'ailleurs, le titre même du roman en est révélateur et symbolique. La boussole qui normalement constitue un repère d'orientation devient dès lors un moyen de désorientation et un moteur catalyseur qui joue des personnages, des évènements et même de la trame romanesque. Ce roman unique en son genre et unique dans son sens, est un texte hybride. Tous genres et types confondus, l'auteur veut tout raconter, tout dire: des délires, des réalités, et nous fait entrer dans son univers magique et fantastique.
L'auteur joue dans ce roman énigmatique de son personnage, du lexique (insertion de termes en dialecte tunisien) et brise le corsage classique des règles de la narration. La boussole de Sidi Enna ne serait-t-il pas un essai sur l'absurdité de la vie? Bourré de métaphores simples et filées, d'anaphores, de leitmotivs et de redondances, ce texte creuse dans la mémoire collective et puise ses références dans tout ce qui est populaire et patrimonial. Titre suggestif et personnages symboliques, entre les essais de Kafka, les romans de Balzac, les personnages de Ghaylèn et Maymouna de notre grand essayiste tunisien El Messadi, et de la littérature et la poésie chinoise qui est manifestement exploitée dans la rythmique du texte, Labbène nous offre par le biais de ce texte une expérience d'écriture purement personnelle.
Le débat, a été animé par des hommes de lettres et des romanciers à l'instar de Thouraya El Farsi, Habib Marmouch, le metteur en scène Mongi Ben Brahim et d'autres, qui ont mis l'accent sur les quelques défaillances de l'œuvre, tel que la longueur et l'abondance de redondances dans certains épisodes. Par contre, ils ont souligné la beauté de ce texte bien écrit et bien structuré, dont découle une grande richesse culturelle. Il s'agit d'un drame qui parle du Moi, de l'Autre, de l'Existence du Mal et du Bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.