Kais Saïed: La loi électorale n'exclut pas les partis politiques [Vidéo]    Abid Briki adresse un message à Kais Saïed [Audio]    Sami Ben Slama : ce qui se passe est contraire aux engagements du président    Hand – Championnat d'Afrique des Clubs Champions : programme TV de dimanche    CAN 2025: Officiel. La Tunisie n'est pas concernée pour remplacer la Guinée !    Mondial 2022 : Liste des villes françaises qui vont boycotter la compétition !    Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nostalgie des années disco
Festival international de Hammamet
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 08 - 2014

Le théâtre était archicomble. Gloria Gaynor a prouvé que la vague disco n'a pas perdu de son impact.
Le public, que l'on a souvent considéré comme le monstre du Loch Ness, n'est finalement pas si mystérieux que ça. Il sait ce qu'il veut et va là où ça lui chante. C'est le cas de le dire.
Jeudi dernier, les nostalgiques des années disco se sont précipités aux guichets pour assister au concert de la Gaynor, chanteuse américaine connue pour son tube I will survive, repris des tonnes de fois par d'autres artistes, et aussi devenu l'hymne de l'équipe de France de football, lors de la Coupe du monde 1998.
En marchant vers l'avant-scène à petits pas, Gloria Gaynor semblait fatiguée. En parlant au micro, elle paraissait essoufflée. Mais, en commençant à chanter, sa voix qui vient du cœur s'est révélée intacte. Comme à ses débuts. Comme lors de son premier vrai succès venu en 1975, avec la sortie de son album Never can say good bye, qui l'établit comme une artiste disco.
« Nous sommes là pour faire la fête », dit-elle aux spectateurs. Et, chaque fois, qu'elle entame une chanson, elle souligne : « Celle-là, je suis sûre, vous la connaissez ».
Au bout d'une trentaine de minutes, la reine du disco quitte la scène pour une pause, cédant la place à ses choristes. Ces derniers maintiennent le rythme, et profitent de ce moment pour présenter les musiciens. Tour à tour, les artistes improvisent au grand plaisir de l'audience.
De retour sur scène, Gaynor chante ses titres à succès: I love you baby, Never can say good bye, I am what I am, I've got you under my skin, If you want it, do it yourself, etc.
Mais elle n'oublie pas de rendre hommage à cette autre reine du disco, Donna Summer, décédée en 2012. Elle lui rend hommage en chantant Last dance. « Oui, c'est ma dernière danse, oui c'est ma dernière chance », disent les paroles. Cette chanson est tirée d'un film Thank God it's Friday, dans lequel Summer fait une apparition.
Mais la Gaynor est d'un optimisme sans égal. Elle assure à son public que peu importent les jours malheureux, les pertes, les faiblesses et les chemins trop longs, « vous y arriverez et juste à temps ». Et ce n'est pas qu'une chanson.
Chaque fois que les spectateurs aiment, ils se lèvent, comme pour saluer l'artiste. Tous. Ensemble. Spontanément. Sans se passer le mot. Incroyable synergie !
La reine du disco réserve I will survive, sa percée majeure, pour la fin. Ce tube incontournable des fêtes et des clubs de nos jours est une sorte d'hymne à l'émancipation féminine pour son sujet. Il s'agit d'une femme quittée et qui affirme à son amant son indépendance et sa capacité à survivre et à rebondir sans lui. Et là, c'est la grande symbiose. On ne peut pas ne pas se joindre à la foule et danser. Has-been ou pas, c'est comme ça !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.