Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Siliana : Arrestation de l'un des agresseurs des 4 douaniers à Rouhia    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    Au travail !    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Europa League: résultats des 16è de finale aller    Programme TV du vendredi 21 février    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Décès d'un tunisien en Libye    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Rached Ghannouchi (avec un grand sourire) : La formation gouvernementale proposée par Elyès Fakhfakh est logique et équilibrée    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Le gouvernement Fakhfakh en chiffres    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Météo : brume et brouillard le matin    Carthage Cement : Consolidation des fonds propres par une augmentation du capital social de 223 MD pour le porter à 395 MD    Sihem Belkhodja dresse à Aix-en-Provence, avec 6 danseurs tunisiens, le portrait de la jeunesse tunisienne et ses espoirs après la Révolution    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un cabinet de 30 ministres et de 2 secrétaires d'Etat : Vote de confiance mercredi pour le gouvernement Fakhfakh    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Projet de loi sur la responsabilité médicale : « Un pas en arrière pour la jurisprudence nationale », selon le barreau    Meggitt Training Systems exposera des solutions au tir réel et virtuelles dans la section SimTex d'UMEX 2020    Woman in Water : Portrait d'Akissa Bahri Secrétaire d' Etat proposée à l'Agriculture    Panoro annonce un puits supplémentaire et des niveaux élevés d'activités de production en Tunisie:    Le gouvernement de Fakhfakh va passer, selon Korchid    Ministère de l'agriculture : le niveau d'eau dans les barrages n'est pas alarmant    Décès de Mokhtar Mnakri, ancien PDG de Tunisie Télécom    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement prochain d'une carte à puce pour les affiliés
Caisse nationale d'Assurance maladie (CNAM)
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 04 - 2015

A partir de 2016, cette carte, qui remplacera la carte de soins classique, permettra à la Caisse de contrôler les dépenses.
A partir de l'année 2016, la carte classique de soins de la Cnam sera remplacée par une carte à puce plus simple d'utilisation. Jusqu'ici, chaque affilié, qui nécessite des soins, a l'habitude de se présenter à une consultation avec sa carte de soins classique. Selon le régime de soins qu'il a choisi, l'affilié s'acquitte, après la consultation, soit d'une partie ou de l'intégralité du remboursement des soins. En fonction de la nature de la prestation, il sera, par la suite, remboursé par la Caisse nationale de l'assurance maladie dans la limite du plafond dont il bénéficie.
Idem, pour le médecin prestataire de soins qui, suivant la procédure classique, envoie tous les bordereaux sur lesquels il a notifié le montant des honoraires de ses consultations à la Caisse nationale d'assurance maladie pour être remboursé. Aujourd'hui, ce système de remboursement de soins est de plus en plus critiqué car la procédure administrative est lourde et la majorité des médecins et des affiliés se plaignent des délais de remboursement trop lents.
Déjà utilisée en France, le remplacement de la carte de soins classique par une carte à puce a permis de changer radicalement cette procédure. En effet, les avantages que présentent celle-ci sont multiples. Elle a permis notamment de remplacer la fameuse feuille de soins classique dont la transmission à la caisse s'accompagne généralement d'un délai d'attente trop long pour les affiliés qui doivent attendre un mois et plus pour être remboursés, par un usage plus simple et plus rapide. Avec cette nouvelle carte, le délai de remboursement ne dépasse pas plus d'une semaine.
La procédure est facile. L'affilié se présente à la consultation,muni de sa carte à puce, qui héberge toutes les informations sur la nature des prestations dont il a déjà bénéficié au cours de l'année et sur le plafond de remboursement autorisé. Le prestataire de santé transmet en temps réel, à la caisse nationale d'assurance maladie, les informations sur la nature de l'acte pratiqué au patient, ainsi que le montant de ses honoraires pour être remboursé.
Selon le directeur de l'assurance maladie, et chargé de communication à la Cnam, Younès Ben Najma, le recours prochain à la carte électronique de soins conférera plus de transparence à un système de remboursement miné par la désorganisation des données et les dépassements observés. Non seulement les délais d'attente de remboursement des soins seront écourtés grâce à la transmission rapide et organisée des informations à la Cnam, mais elle permettra, par ailleurs, de mettre fin à l'engorgement de la Cnam qui croule sous les feuilles d'assurance maladie parvenant quotidiennement aux bureaux de la Caisse. «Cette carte présente plusieurs avantages. Le support papier va être remplacé par un support électronique, ce qui va considérablement simplifier la procédure de remboursement des soins. L'appel d'offres a été lancé et quarante sociétés y ont déjà répondu. Elle permettra également à la Caisse de contrôler les dépenses. En effet, l'ancienne carte classique ne permet pas à l'affilié de savoir, s'il a dépassé ou non le plafond autorisé. C'est pour cette raison que de nombreux affiliés ont dépassé leurs plafonds sans le savoir, ce qui a contribué à augmenter les dépenses liées aux soins. Par contre, grâce à cette carte, ils vont pouvoir être automatiquement informés», explique le responsable.
Toujours d'après lui, elle permettra, par ailleurs, de contrôler les dépassements qui sont observés et qui sont relatifs notamment aux factures fictives envoyées par certains médecins à la Caisse. «Le support papier ne permet pas de contrôler si le médecin a réellement assuré ou pas une consultation ou procédé ou non à un acte. Par contre, avec la carte à puce, c'est différent car elle est personnalisée et toutes les informations concernant les consultations et les actes sont automatiquement enregistrées et transmises à la Cnam».
Dès qu'elle sera opérationnelle à partir de 2016, la carte à puce sera dans une première étape distribuée aux affiliés du régime du médecin de famille, puis dans une seconde étape aux affiliés du régime de remboursement des soins avant d'être généralisée à la filière publique. «Chaque étape prendra six mois. Il faudra une année et demie pour que la carte à puce soit généralisée à tous les affiliés de la Cnam», conclut le directeur de l'assurance maladie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.