CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    teste    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Pourquoi? | Avec de la volonté    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Covid-19 | Béja : Un taux de positivité de plus de 41%    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Réduction des émissions de CO2 : La GEAPP lance un appel à partenariats    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    La raison derrière la démission de Nadia Akacha, selon Reuters    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    La grève des médecins, médecins dentistes et des pharmaciens, reportée : La réforme du secteur, une cause perdue ?    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Abderraouf Betbib commente la démission d'Akacha [AUDIO] : Une épreuve pour la magistrature et Kais Saied    CAN 2021 : Où regarder les matches de mardi ?    EN : Hussein Jenayah dément l'appel du ministre des Sports !!    El Kef: Visitez le patrimoine culturel immatériel de la ville avec le projet Hkeya fi Hkeya    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« (...) Il ne faut pas diaboliser la dette », dites-vous !
Publié dans Leaders le 20 - 04 - 2016

« Le FMI A conclu avec la Tunisie un accord de principe pour un programme sur quatre ans d'un montant de 2,8 milliards de dollars au titre du Mécanisme Elargi de Crédit » titre un communiqué de presse, en date du 15 avril, de la prestigieuse Institution issue des Accords de Bretton Woods de 1944.
En fait, La Tunisie envisage de contracter d'autres emprunts auprès de la Banque mondiale mais aussi auprès de l'Union européenne, sans oublier la BAD et même la BID (Banque interaméricaine de développement). Bref, il semblerait que les besoins de la Tunisie dans les 5 années à venir dépassent les 7 milliards de dollars et nos capacités de financement sont loin de les satisfaire.
« (…) Il ne faut pas diaboliser la dette », disait récemment Monsieur Chadly Ayari, Gouverneur de la BCT, lors d'une conférence de presse. Sa déclaration visait en fait à préparer l'opinion publique à cette déferlante d'emprunts qu'il envisageait d'entreprendre. C'est là quand peut déceler le message politique de cet homme de pouvoir, depuis 60 ans.
En réalité, l'essentiel de ces emprunts va servir à rembourser les emprunts précédents. A partir de l'année prochaine en effet, le loyer de la dette (les intérêts) dépasse le remboursement du principal. En clair, on s'endette pour payer nos dettes.
1/ Quelques ratios de la dette publique
La dette publique et les recettes fiscales (en milliards de dinars courants)

2012
2013
2014
2015
PIB
70,6
76,3
82,5
89,4
Dettes
28,7
31,5
36,7
41,1
Taux d'endettement / PIB
Dont : Administrations
Autorités monétaires
Entreprises publiques
40,6%

27,9%
0,3%
12,4%
41,3%

26,1%
1,8%
13,4%
44,5%

27,7%
3,8%
13%
46%

29,8%
3,6%
12,6%
Recettes fiscales (RF)
14,9
16,3
20, 4
22,6
Taux d'endettement/RF
192%
193%
180%
182%
Ainsi, fin 2015, la dette publique et privée représente environ 54 % du produit intérieur brut (PIB) contre 40,7 % en 2010. La dette publique concentre à elle seule 85 % de la dette globale ; rapportée au PIB, le taux d'endettement baisse pour atteindre seulement 46 %. En revanche, le ratio exprimant le rapport du volume de la dette aux recettes fiscales s'avère inquiétant ; en effet, il est de l'ordre de 182 %. Autrement dit, il faut doubler les recettes fiscales pour tomber à des niveaux d'endettement acceptables. D'où l'urgence d'une véritable réforme du système fiscal, particulièrement les régimes forfaitaires (avocats, médecins,…) et la lutte contre l'économie informelle. Celle-ci pourrait représenter selon certains rapports du FMI plus de 30 % du PIB ; le manque à gagner pour l'Etat en termes de cotisations sociales et d'impôts directs et indirects avoisine les 12 milliards de dinars, soit près de 40% du budget de l'Etat.
Par ailleurs, La part de la dette d'origine extérieure dans le total de la dette globale est d'environ 65 %. L'essentiel de celle-ci (60 %) est libellé en euros. La dépréciation du dinar ne fait donc qu'aggraver davantage la situation de l'endettement du pays vis-à-vis de l'extérieur.
2/ Evolution de la dette et ses conséquences : L'origine de la révolution
Evolution de la dette tunisienne de 1991 à 2015
Source : http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/tunisie/dette-publique.html
Aussi, l'évolution de la dette tunisienne entre 1991 et 2015 montre que les autorités tunisiennes ont cherché, dans le passé, à réduire leur endettement. Mais à quel prix ? En 1996, le taux d'endettement par rapport au PIB avait atteint le seuil de 70 % ; 14 ans après cette proportion n'était que de 40,7 %. Les politiques d'austérités (budgétaire, monétaire salariale), les privatisations des entreprises publiques et l'externalisation de certaines activités jadis assurées par l'Etat, n'ont fait qu'aggraver la pauvreté, le chômage et le délabrement des institutions étatiques (l'Education nationales, la recherche, les équipements, etc.). La Révolution tunisienne trouve donc fondamentalement son origine dans les politiques économiques ultralibérales mises en œuvre entre 1996 et 2010. Cette orientation était une exigence du processus de Barcelone (Accord de libre-échange euro-méditerranéen, signé en novembre 1995). Des politiques ultralibérales imposées par la force et la tyrannie.
Si les emprunts contractés ne justifient pas un investissement rentable à moyen et long terme le risque d'une situation de surendettement est réel, dans le cas tunisien. En effet, la Tunisie se trouve exposée à l'opinion des agences de notation et les emprunteurs exigent des primes de risque plus élevées. Le FMI et la Banque mondiale exigent depuis 2012 de la Tunisie des contreparties politiques : davantage de privatisation des entreprises et banques publiques et de déréglementation de certains secteurs d'activité, en échange de prêts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.