Le secrétaire américain à la défense : le rêve de la Tunisie d'un gouvernement indépendant est en danger    USA, Saïed, Macron … Les 5 infos de la journée    Tunisie – Trois enfants et trois femmes morts dans le naufrage d'une barque de clandestins    UEFA CL : Ferencváros et Laidouni largement dominés et éliminés    Coupe de la CAF : Le tirage complet du tour préliminaire    Au 8 août, 66462 tunisiens ont reçu une 4ème dose de vaccin anti-Covid    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Emmanuel Macron    Siliana: 223 infractions économiques relevées    Macron a écouté Hollande : il revalide les plans de Saïed et mieux encore…    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Mandat de dépôt contre la mairesse de Tabarka    Monde : Daily Brief 09.08.22 Ukraine : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky brandit le spectre de la catastrophe de Tchernobyl    Jeux de la solidarité islamique : 20 athlètes tunisiens en Turquie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    En Tunisie, faciliter l'accès à l'eau et l'émancipation des femmes    Les Britanniques perdent leur flegme face à l'inflation : ils ne veulent plus payer les factures    Tunisie-Officiel: Approbation de l'accord de prêt de 130 M$ avec la BIRD    SBS Informatique s'allie à Banque Zitouna pour offrir de meilleurs équipements aux gamers    Annulation de plusieurs vols en provenance de Bamako : Tunisair est-elle responsable ?    Rafik Abdessalem : de l'Etat des milliards de milliards à un Etat qui fait l'aumône    West Hunt, le jeu tunisien avec 82% de feedback positif sur Steam    Zaghouan: Arrestation d'un ex gouverneur et des fonctionnaires pour corruption    Interdiction du concert de "Dj Costa" : Le délégué de Haouaria précise (Audio)    Spectacle Lotfi Abdelli : La polémique va-t-elle mettre fin au one man show de l'humoriste Tunisien?    Lotfi Abdelli dénude les Tunisiens    « Orchestre du Bal de L'opéra de Vienne » au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Un retour gagnant !    «The Jacksons» au Festival international de Carthage : Emouvant hommage à Michael    Galaxy Unpacked 2022 de Samsung : L'évènement de reveal en livestream le 10 août    Tunisie : Arrestation pour adultère d'une actrice de télévision connue...du nouveau    Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?    ''Le Tunisien aime son pays mais n'aime pas l'Etat,'' selon Zargouni    3 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu'à fin juillet 2022    Kasserine: Concert de l'artiste Faia Younan (Vidéo)    Tunisie : la jeune handballeuse Ibtihel Soltana n'est plus    Tunisie: Les extraits de naissance pour les enfants seront numériques    Play-out | La commission nationale d'appel prononce son verdict aujourd'hui : Quelle planche de salut pour la FTF ?    Météo : Températures élevées et mer peu agitée    ESS | Mohamed Mkacher, nouvel entraîneur : L'appel du cœur !…    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tunisie : Un responsable interdit de voyager    Samir Saïed, ministre de l'Economie et de la Planification: Identifier de nouvelles perspectives de partenariat    Kyle Benson: A Commitment Mentor Emphasizing Intentional, Passionate & Safe Bonds Between Committed Partners    Chokri Hamada menace de ne plus sécuriser les spectacles portant atteinte au goût public    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« (...) Il ne faut pas diaboliser la dette », dites-vous !
Publié dans Leaders le 20 - 04 - 2016

« Le FMI A conclu avec la Tunisie un accord de principe pour un programme sur quatre ans d'un montant de 2,8 milliards de dollars au titre du Mécanisme Elargi de Crédit » titre un communiqué de presse, en date du 15 avril, de la prestigieuse Institution issue des Accords de Bretton Woods de 1944.
En fait, La Tunisie envisage de contracter d'autres emprunts auprès de la Banque mondiale mais aussi auprès de l'Union européenne, sans oublier la BAD et même la BID (Banque interaméricaine de développement). Bref, il semblerait que les besoins de la Tunisie dans les 5 années à venir dépassent les 7 milliards de dollars et nos capacités de financement sont loin de les satisfaire.
« (…) Il ne faut pas diaboliser la dette », disait récemment Monsieur Chadly Ayari, Gouverneur de la BCT, lors d'une conférence de presse. Sa déclaration visait en fait à préparer l'opinion publique à cette déferlante d'emprunts qu'il envisageait d'entreprendre. C'est là quand peut déceler le message politique de cet homme de pouvoir, depuis 60 ans.
En réalité, l'essentiel de ces emprunts va servir à rembourser les emprunts précédents. A partir de l'année prochaine en effet, le loyer de la dette (les intérêts) dépasse le remboursement du principal. En clair, on s'endette pour payer nos dettes.
1/ Quelques ratios de la dette publique
La dette publique et les recettes fiscales (en milliards de dinars courants)

2012
2013
2014
2015
PIB
70,6
76,3
82,5
89,4
Dettes
28,7
31,5
36,7
41,1
Taux d'endettement / PIB
Dont : Administrations
Autorités monétaires
Entreprises publiques
40,6%

27,9%
0,3%
12,4%
41,3%

26,1%
1,8%
13,4%
44,5%

27,7%
3,8%
13%
46%

29,8%
3,6%
12,6%
Recettes fiscales (RF)
14,9
16,3
20, 4
22,6
Taux d'endettement/RF
192%
193%
180%
182%
Ainsi, fin 2015, la dette publique et privée représente environ 54 % du produit intérieur brut (PIB) contre 40,7 % en 2010. La dette publique concentre à elle seule 85 % de la dette globale ; rapportée au PIB, le taux d'endettement baisse pour atteindre seulement 46 %. En revanche, le ratio exprimant le rapport du volume de la dette aux recettes fiscales s'avère inquiétant ; en effet, il est de l'ordre de 182 %. Autrement dit, il faut doubler les recettes fiscales pour tomber à des niveaux d'endettement acceptables. D'où l'urgence d'une véritable réforme du système fiscal, particulièrement les régimes forfaitaires (avocats, médecins,…) et la lutte contre l'économie informelle. Celle-ci pourrait représenter selon certains rapports du FMI plus de 30 % du PIB ; le manque à gagner pour l'Etat en termes de cotisations sociales et d'impôts directs et indirects avoisine les 12 milliards de dinars, soit près de 40% du budget de l'Etat.
Par ailleurs, La part de la dette d'origine extérieure dans le total de la dette globale est d'environ 65 %. L'essentiel de celle-ci (60 %) est libellé en euros. La dépréciation du dinar ne fait donc qu'aggraver davantage la situation de l'endettement du pays vis-à-vis de l'extérieur.
2/ Evolution de la dette et ses conséquences : L'origine de la révolution
Evolution de la dette tunisienne de 1991 à 2015
Source : http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/tunisie/dette-publique.html
Aussi, l'évolution de la dette tunisienne entre 1991 et 2015 montre que les autorités tunisiennes ont cherché, dans le passé, à réduire leur endettement. Mais à quel prix ? En 1996, le taux d'endettement par rapport au PIB avait atteint le seuil de 70 % ; 14 ans après cette proportion n'était que de 40,7 %. Les politiques d'austérités (budgétaire, monétaire salariale), les privatisations des entreprises publiques et l'externalisation de certaines activités jadis assurées par l'Etat, n'ont fait qu'aggraver la pauvreté, le chômage et le délabrement des institutions étatiques (l'Education nationales, la recherche, les équipements, etc.). La Révolution tunisienne trouve donc fondamentalement son origine dans les politiques économiques ultralibérales mises en œuvre entre 1996 et 2010. Cette orientation était une exigence du processus de Barcelone (Accord de libre-échange euro-méditerranéen, signé en novembre 1995). Des politiques ultralibérales imposées par la force et la tyrannie.
Si les emprunts contractés ne justifient pas un investissement rentable à moyen et long terme le risque d'une situation de surendettement est réel, dans le cas tunisien. En effet, la Tunisie se trouve exposée à l'opinion des agences de notation et les emprunteurs exigent des primes de risque plus élevées. Le FMI et la Banque mondiale exigent depuis 2012 de la Tunisie des contreparties politiques : davantage de privatisation des entreprises et banques publiques et de déréglementation de certains secteurs d'activité, en échange de prêts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.