Ahmed Souab : Mehdi Ben Gharbia est le bouc émissaire parfait !    Le Président Kais Saied [VIDEO]: « Nous lancerons un dialogue national impartial pour soulever ces questions »    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    UEFA Europa Conference League : L'AS Roma de Mourinho humiliée 6-1    Europa League : Aymen Abdennour, consultant chez Bein Sports    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'appel à un soutien international à la Tunisie de 20 milliards d'euros sera-t-il entendu ?
Publié dans Leaders le 06 - 09 - 2016

Est-ce le dernier cri d'alarme ? D'éminents économistes tunisiens et français, s'apprêtent à lancer un appel à la communauté internationale afin de mobiliser en faveur de la Tunisie « un programme de soutien international doté de 20 milliards d'euros sur 5 ans ». Mais aussi d'exprimer « une déclaration claire sur les modalités de mobilisation et de coordination entre les différentes institutions financières (FMI, Banque mondiale, BERD, BEI, BAD et BID) afin qu'elles puissent contribuer de manière optimale à la croissance et à la restructuration de l'économie tunisienne ». L'ensemble, assorti, d'un « engagement, à titre individuel, des pays européens d'appuyer l'obtention pour la Tunisie du statut de partenaire associé de l'Union européenne avec un plein accès aux fonds structurels européens ».

Cet appel intervient à la veille de l'annonce par l'Union européenne d'une « Communication sur la Tunisie » qui tracera la politique de l'Union et de ses pays membres à l'égard de la Tunisie. Ce document de référence, inédit jusque-là, coïncide avec la célébration de 40 ans de coopération entre l'UE et la Tunisie.

L'appel est lancé deux mois et demi avant la tenue à Tunis le 29 et 30 novembre prochain de la conférence internationale des bailleurs de fonds, en espérant que d'ici là, l'Assemblée des représentants du peuple ait adopté d'ici là le Plan de développement et le nouveau code des Investissements.

Initié par Afif Chelbi, ancien ministre, président du Comité d'orientation du Cercle Kheireddine et Hamadi Dachraoui, président du Cercle, le Cercle des Economistes français, et la Fondation Prospective & Innovation, l'appel bénéficie de l'adhésion de l'ATUGE ('Association des Tunisiens des Grandes Ecoles), l'Association pour la Recherche sur la Transition Démocratique, l'Initiative pour le Développement Economique et Social et Tunisian American Young Professionals (Washington DC).

Il sera lancé lors d'une rencontre de présentation qui se tiendra à Paris le jeudi 15 septembre 2016 et ouverte par Jean-Pierre Raffarin et Ouided Bouchamaoui. Le programme prévoit une présentation par Elyes Jouini et Afif Chelbi et les interventions de Jean Hervé Lorenzi, Serge Degallaix, Christian De Boissieu, Badreddine Ouali, Mohamed Ali Malouche, Olivier Pastré, Asma Ghachem, Hassen Zargouni, Michel Didier et Foued Lakoua.

« Plusieurs dirigeants du Cercle Kheireddine, souligne un communiqué, seront présents dont notamment : Adessalem Ben Ayed, Chékib Nouira, Mohamed S'himi (UGTT), Karim Ben Kahla, Abdelaziz Rassaa, Mounir Ben Miled, Ahmed Smaoui, Khaoula Boussama. Des dirigeants des 6 ONG partenaires et d'éminentes personnalités internationales seront également présents. D'ores et déjà, l'appel a recueilli une centaine de premières signataires parmi lesquels deux prix Nobel, les 30 plus grands économistes français, et d'éminentes personnalités tunisiennes et internationales.
APPEL POUR UNE MOBILISATION INTERNATIONALE EN FAVEUR DE LA TUNISIE
Le peuple tunisien a, par la seule force de ses convictions, réalisé en janvier 2011 une révolution pacifique au cours de laquelle les slogans lancés ont puisé leurs sources dans les valeurs universelles de liberté de dignité et de justice sociale. Il a fait preuve depuis lors d'une maturité exceptionnelle dans la gestion de la transition, comme l'illustre le Prix Nobel de la Paix attribué aux quatre principales organisations de la société civile tunisienne ayant parrainé le dialogue national.

En mai 2011, des économistes de plusieurs pays ont signé l'appel pour un soutien du G 8 au programme de développement économique et social tunisien. La communauté internationale était appelée à être au rendez-vous de l'histoire et à considérer la Révolution tunisienne comme un bien public mondial.

Cinq ans plus tard, alors que la Tunisie a consolidé sa transition démocratique et continue de bénéficier d'un fort courant de sympathie, l'appui de la communauté internationale a été pour le moins parcimonieux.

Nous avons pourtant la responsabilité collective de faire en sorte que cette transition réussisse et de prouver que la coopération économique est la meilleure barrière contre les extrémismes. Il est donc essentiel que la communauté internationale marque sa solidarité avec la Tunisie pour qu'elle puisse être et demeurer un exemple à suivre en matière de changement social, économique et démocratique pour l'ensemble de la région et au-delà.
Le risque auquel nous avons à faire face aujourd'hui est celui d'une mauvaise coordination des actions ; le risque que le reste du monde attende que la Tunisie ait achevé sa transition pour l'aider, alors qu'elle a besoin de cette aide pour réussir cette transition. Sur le plan économique, les transitions démocratiques engendrent souvent une perte de croissance avant une reprise. Celle-ci tarde cependant à venir. La Tunisie a besoin d'un engagement international afin d'éviter que cette phase récessive ne dure trop longtemps, ce que ni son économie, ni sa société ne peuvent endurer. La Révolution n'a certes pas de prix, mais elle a un coût. La situation sécuritaire reste encore fragile et la situation économique s'est détériorée, ce qui a amené les agences internationales de notation à dégrader la Tunisie.

Aujourd'hui, la transition démocratique en Tunisie est à la croisée des chemins, avec un certain nombre d'acquis enregistrés, mais également des menaces qui pourraient avoir de graves conséquences, non seulement pour la Tunisie, mais aussi pour la région euro-méditerranéenne.

Les derniers attentats terroristes qui ont endeuillé les deux rives de la méditerranée, la vague migratoire sans précédent qui submerge l'Europe, nous rappellent qu'au-delà de la contingence de nos intérêts, doit prévaloir la communauté de nos destins.

Dans ce contexte, le Plan de développement économique et social 2016-2020 est venu fixer des objectifs ambitieux mais réalistes, car la Révolution a brisé le «plafond de verre de l'antidémocratie» qui faisait perdre à la Tunisie plusieurs points de croissance.

Ce Plan comprend un vaste programme d'actions et de réformes qui devront permettre d'engager un nouveau modèle de développement, plus équilibré régionalement, plus inclusif socialement et plus ambitieux en terme d'intégration internationale. Il vise fondamentalement à préserver le modèle sociétal tunisien bâti sur l'autorité de l'Etat de droit, la démocratie, le rôle central joué par les femmes, la quête de plus de justice sociale et de libertés individuelles et une éducation fondée sur des valeurs universelles et porteuse de modernité.

Ce Plan prévoit en particulier un effort massif d'investissements publics et privés. Les besoins de son financement sont de l'ordre de 60 milliards d'euros sur 5 ans. Pour y faire face, la Tunisie comptera tout d'abord sur ses propres forces. L'épargne nationale couvrira
60 % des besoins, mais elle aura besoin inévitablement de financements extérieurs.
Nous appelons aujourd'hui la communauté internationale, à soutenir la transition en Tunisie et plus précisément à soutenir une feuille de route qui serait élaborée et conduite par la Tunisie ; feuille de route qui identifierait clairement les acteurs impliqués et les montants à mobiliser.

Plus précisément, nous appelons la communauté internationale à mettre en oeuvre:
* Un programme de soutien international doté de 20 milliards d'euros sur 5 ans.
* Une déclaration claire sur les modalités de mobilisation et de coordination entre les différentes institutions financières (FMI, Banque mondiale, BERD, BEI, BAD et BID) afin qu'elles puissent contribuer de manière optimale à la croissance et à la restructuration de l'économie tunisienne.
* Un engagement, à titre individuel, des pays européens d'appuyer l'obtention pour la
* Tunisie du statut de partenaire associé de l'Union européenne avec un plein accès aux fonds structurels européens.
La Tunisie serait ainsi définitivement engagée dans un processus de transition historique avec son volet politique de construction d'une démocratie moderniste et son volet économique et social basé sur un plan de développement ambitieux. La communauté internationale dans son ensemble est invitée à se mobiliser rapidement pour contribuer à la réussite de ce processus dans le cadre d'un authentique partenariat qui aura des répercussions internes et externes, importantes en favorisant une transition démocratique allant dans le sens de l'ouverture et de la modernité et conduisant à plus de prospérité pour la Tunisie et pour la région euro- méditerranéenne.
Liste des premiers signataires
* Aghion Philippe
* Arbi Hédi
* Barré-Sinoussi Françoise, Prix Nobel de Médecine
* Beacco Jean-Michel
* Belhaj Ali Amel
* Ben Achour Yadh
* Ben Amar Tarak
* Ben Becheur Leyth
* Bénassy-Quéré Agnès
* Benhamou Françoise
* Ben Ayed Abdessalem
* Ben Kahla Karim
* Ben Miled Mounir
* Ben Yedder Afif
* Bernard Paranque
* Betbeze Jean-Paul
* Boissieu Christian de
* Bouchamaoui Ouided, Prix Nobel de la Paix
* Bougzala Mongi
* Bourguignon François
* Bousnina Mongi
* Boussama Khaoula
* Bréchot Christian
* Brender Anton
* Bresson Arnaud de
* Cartapanis André
* Chaabouni Tarek
* Charpin Jean-Michel
* Chelbi Afif
* Cherif Fayçal
* Chevalier Jean-Marie
* Cohen Daniel
* Dachraoui Mohamed
* D'Albis Hippolyte
* Degallaix Serge
* Dimassi Hassine
* Elloumi Hichem
* El Menkaoui de Freitas Najat
* Ezzine Mourad
* Farhat Raja
* Fitoussi Jean Paul
* Gaida Habib
* Ghachem Asma
* Giaccomotto Christian
* Guigou Jean-Louis
* Haddar Mohamed
* Hannachi Salah
* Hatira Abdesslem
* Houidi Taieb
* Jouini Elyes
* Karafi Néjib
* Kéfi Faiza
* Lakhoua Foued
* Limantour Jean François
* Lorenzi Jean-Hervé
* Louzir Hechmi
* Malouche Mohamed Ali
* Mamoughli Chokri
* Meddeb Radhi
* Mérieux Alain
* Mouhoud El Mouhoub
* Naccache Sonia
* Nouira Chékib
* Ouali Badreddine
* Ounaïes Ahmed
* Pastré Olivier
* Pollin Jeanpaul
* Portes Richard
* Rassaa Abdelaziz
* Redissi Hamadi
* Reiffers Jean Louis
* Rey Hélène
* Saint-Etienne Christian
* Sethom Mehdi
* S'himi Mohamed
* Smaili Mongi
* Smaoui Ahmed
* Tlatli Slim
* Trabelsi Néjib
* Trannoy Alain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.