Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Liban: les explosions à Beyrouth ont fait au moins 50 morts et 2 750 blessés selon un bilan provisoire    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    56% d'augmentation du déficit budgétaire à fin juin 2020    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?
Publié dans Leaders le 02 - 07 - 2020

Par Mohamed Larbi Bouguerra - Annoncé en janvier à Washington par Donald Trump et Netanyahou- en absence totale des Palestiniens- le plan d'annexion vise essentiellement à dépouiller ces derniers de leur terre.
Il pourrait entrer en vigueur ce jeudi 2 juillet. Mais sa contestation est générale. Trump et Netanyahou veulent mettre la communauté internationale devant le fait accompli.
En effet, suivant l'accord passé en mai entre Netanyahou et son nouvel et faible associé Benny Gantz, leur gouvernement de la carpe et du lapin pourrait se prononcer aujourd'hui sur la mise en œuvre du plan concocté par Trump pour remodeler le Moyen-Orient. Israël annexerait toute de la vallée du Jourdain où vivent 2,8 millions de Palestiniens en plus des colonies d'implantation illégales au regard du droit international en Cisjordanie occupée où se sont incrustés 450 000 Israéliens. A l'heure où tant d'Israéliens quittent le pays « désespérés par sa dérive fascisante. (Shany Littman, « ces Israéliens qui quittent leur pays », Courrier International, n° 1547, 25 juin-1er juillet 2020, p. 44-47)
« Opportunité historique » glapit Netanyahou qui veut réaliser le rêve sioniste aidé par l'ambassadeur américain en Israël David M. Friedman, un sioniste pur jus. Netanyahou aurait promis à son père cette réalisation et veut venger la mort de son frère lors de l'assaut à l'aéroport d'Entebbe. Mais il y a d'abord et surtout la politique et son désir de remodeler le Moyen-Orient pour le compte de son protecteur de toujours : l'oncle Sam. Et faire oublier toutes ses turpitudes sur lesquelles la justice se penche actuellement : corruption, abus de confiance, corruption.
Les Palestiniens rejettent en bloc ce plan qui va avaler tout cru les territoires palestiniens et donner le coup de grâce final à « la question palestinienne » et le droit à l'autodétermination.
L'idéologue Netanyahou veut donner sens au symbole – dit-on- du drapeau « bleu-blanc » d'Israël et ses deux bandes bleues : de la Méditerranée au Nil ? Qui sait où s'arrêtera I'Etat sioniste-sans frontières et sans constitution : du Nil à l'Euphrate ? Les princes Mohamed Ben Salman (MBS) et Mohamed Ben Zayed Al Nahyane (MBZ) des EAU, devraient surmonter un instant leur haine de l'Iran pour accorder à ce symbole un instant d'attention. Pour ne rien dire du maréchal Sissi!
Le leurre d'un état palestinien?
Trump et son gendre Jared Kushner à l'origine de ce plan ont pris soin de mentionner la création possible d'un Etat palestinien mais les cartes sont impitoyables : elles montrent qu'il s'agit d'un leurre. Jérusalem est entièrement réservée à Israël et les Palestiniens iront à Abou Dis, un petit faubourg sans importance, loin du majestueux Masjid al Aqsa, sa glorieuse coupole et sa charge historique. Cet Etat lilliputien – qui met pourtant en fureur les colons- ressemblerait plutôt à un archipel. Israël s'est réservé la possibilité, grâce au réseau routier prévu, d'isoler ses différents îlots en quelques heures. Quant aux colons, rien ne gênera leurs déplacements sur les voies qui leur sont réservées et interdites aux Palestiniens. Vous avez dit apartheid ?
Dans un message au sommet des chrétiens évangélistes, Netanyahou se targuait d'une « solution réaliste » car « Israël seul a le contrôle de toutes les questions de sécurité sur terre et dans les airs, à l'ouest du Jourdain. » Et il avait le culot d'ajouter : « C'est bon pour Israël, c'est bon pour les Palestiniens, c'est bon pour la paix. »
Le gouverneur de Jéricho, Jihad Abou al Assal rétorque : « Il nous prend pour des pions. Il croit qu'il peut faire ce qu'il veut de nous pour atteindre ses buts. Ce qu'il vise en réalité, c'est l'institution d'un système d'apartheid. » (The New York Times, 24 juin 2020)
L'annexion Est Illégale
Que Netanyahou et Trump réalisent aujourd'hui ou plus tard leur funeste initiative, Mme Michelle Bachelet, le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, assène : « L'annexion est illégale. Point final. Toute annexion. Qu'il s'agisse de 30% de la Cisjordanie ou de 5%. ». Des voix s'élèvent partout dans le monde pour dire « Ça suffit ». Ainsi, à l'initiative de l'ex-président de l'Agence juive mondiale et ancien président de la Knesset (parlement israélien), Avraham Burg, plus d'un millier de parlementaire de toute l'Europe ont exprimé leur rejet de l'initiative américano-israélienne et des personnalités généralement peu enclines à critiquer Israël se sont joints à ces parlementaires.
Les représentants diplomatiques russes et chinois ont participé le 22 juin à Jéricho, à une manifestation du Fatah contre le projet unilatéral israélien de s'emparer de la Cisjordanie.
Dans un entretien accordé à l'Humanité (1er juillet 2020, p. 4-5), Avraham Burg, oppose des arguments et des principes moraux à l'annexion et critique la passivité de l'Europe : «…Le monde a besoin de plus de dialogues, pas d'arrogances supplémentaires. Je pense que l'annexion, en dehors du fait qu'elle est fondée sur un postulat politiquement faux, nuit aux mesures politiques nécessaires pour le monde, la région et les communautés nationales palestiniennes et juives…Il est interdit, et ce devrait être interdit pour tous les Etats de contrôler la vie quotidienne (et même heure par heure, minute par minute) de millions de personnes sans les laisser voter pour leur représentation. Israël dénie les droits démocratiques des Palestiniens. Par conséquent l'annexion est une mauvaise mesure. »
A la question de savoir s'il est possible de stopper Trump et Netanyahou, Burg répond : « Bien sûr. C'est très simple. Il suffit de dire non ! si l'Europe explique qu'elle a été très tolérante jusque-là, mais que l'annexion est le pas de trop qu'elle n'acceptera pas, qu'il y aura des conséquences, quelles qu'elles soient, Israël ne le fera pas. Benyamin Netanyahou peut jouer ce jeu parce que l'Europe est faible et apologétique. »
Le regretté chancelier autrichien Bruno Kreisky disait : « Sans Hitler, Israël n'existerait pas. »
Immenses en effet sont les responsabilités historiques européennes dans la situation qui prévaut au Moyen-Orient. L'Europe a longtemps considéré cette zone comme une aire coloniale qu'elle a mise en pièces et exploitée des siècles durant. Il y a aussi les accords Sykes-Picot de 1916 et Avraham Burg d'ajouter : « En tant qu'Israélien, je n'aimerais pas que l'UE ait un double standard vis-à-vis d'Israël à cause d'un sentiment de culpabilité. Le même standard qui est applicable à tous les pays du monde au regard des valeurs européennes : démocratie, égalité pour tous, sécurisation de l'espace public, équité dans la distribution des ressources publiques et ne jamais ignorer le droit humain individuel au sein de droits collectifs.
La même politique et les sanctions contre la Russie envahissant la Crimée doit être appliquée à Israël. »
A entendre Rahman Bicharat, 71 ans, un habitant du village bédouin d'El Hadidia qui n'est accessible que par une route rocailleuse et poussiéreuse, on loin de ces principes : « Ils pratiquent l'annexion à notre égard depuis1967. Ils nous refusent tous les besoins nécessaires à la vie : l'eau d'abord et l'électricité ensuite ainsi que l'interdiction de bâtir, si généreusement accordée aux colons. Les voilà qu'ils veulent à présent nous expulser de nos terres. » (Lire Adam Rasgon, « Palestinians in Jordan Valley fear annexation would choke off their villags » The New York Times, 24 juin 2020).
Espérer que Joe Biden face opposition à Trump sur cette initiative mortelle pour la paix ? Pour cela, l'ancien vice-président et candidat à la Maison Blanche doit d'abord abandonner l'ambiguïté et appuyer fermement l'aile du parti démocrate qui rejette l'annexion et les politiques aventuristes d'Israël.
Pour l'heure, le mot « paix » serait devenu une insulte en Israël ! La force prime le droit ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.