AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réponse de Mechichi à Saïed : "Le populisme clivant, contre l'action bénéfique"
Publié dans Leaders le 26 - 01 - 2021

Offensif. Sanctuarisé. Le chef du gouvernement Hichem Mechichi n'a pas tardé à opposer sa riposte au procès que lui avait intenté la veille, le président de la République, Kais Saïed, lundi, en conseil de sécurité nationale. L'occasion lui en était offerte, mardi matin, à la faveur de son discours devant les élus de la nation, en présentation des nouveaux membres de son gouvernement. S'il a évité de désigner directement ou nommément le chef de l'Etat, Mechichi lui a décoché en pleine mire, des flèches affutées.
L'axe choisi par Hichem Mechichi dans son duel avec Kais Saïed est ce qu'il veut accréditer comme le populisme, clivant, destructif, séparatiste, contre l'action, concertée, harmonieuse, porteuse et bénéfique. Les petites phrases ne manqueront pas. « Un discours populiste qui fabrique de toutes pièces des combats imaginaires, faux, vomis par notre peuple », dira-t-il, avant de s'interroger : « Où en sommes-nous des revendications de la révolution ? ».
Une porte entre-ouverte
« Nous avons rompu avec la politique de la résignation, tête baisse avilissante », poursuit-il. Avec le système du président unique, du parti unique, de la pensée unique… ».
Poussant son adresse, Hichem Mechichi met en garde : "L'incitation à l'anarchie et la déconstruction et en faire un levier de pression, ne construira rien". Mais, laisse une porte entre-ouverte. « L'espoir demeure et le rattrapage reste possible, dit-il. Il est conditionné par la prévalence auprès de tous, d'une détermination d'action, de construction et de réforme. » Mais, aussi, « la rupture avec le populisme haï, pour favoriser l'action commune. »
Mechichi appelle à « une maturité des relations et leur rationalisation, et au respect des formes et l'attachement à la constitution. »
Le compte soldé, le chef du gouvernement passe à la présentation de ses nouveaux co-équipiers. Esquivant le bilan de ses cent premiers jours à la Kasbah, qu'il avait promis de soumettre, il se lancera d'emblée dans la sollicitation de nouveau la confiance de l'ARP. Dans un effet de manches, il dira qu'il ne s'agit pas d'un simple remaniement, mais d'une feuille de route pour son gouvernement, « un gouvernement de cohérence et d'action », dira-t-il.
Un leurre ?
Rien d'exceptionnel, une profession de foi qui reste sujette à concrétisation. Juste une poussée : la gestion de l'épineux dossier des entreprises publiques, sans lignes rouges. L'intention est bonne, la démarche annoncée laisse les Tunisiens dubitatifs. Créer une agence nationale qui en assurera la tutelle, c'est-à-dire, décider de tout. Le temps que cette agence soit créée, installée, opérationnelle, décisionnelle, beaucoup d'eau coulera et d'entreprises publiques sombreront. Ce leurre, nourri par des bailleurs de fonds de vieille mentalité, offre une échappatoire aux politiques : nous décidons de ne pas décider.
''Au Karcher''
Le débat commence. Succédant à un député affidé et laudateur, Zouheir Maghzaoui, ouvre le feu. « Partez ! » lancera-t-il. Inéluctablement, Abir Moussa lui emboîte le pas. Après l'intermède de Yadh Elloumi, demandant au futur ministre de la Justice, Youssef Zouaghi, de « traiter au Karcher » certains acteurs de la Justice.
Encore une longue journée qui s'annonce sous la coupole du Bardo.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.