CAN 2021 – Gr D : l'Egypte bat le Soudan et file en 1/8    Raoudha Karafi : Kaïs Saïed veut punir le CSM car il a refusé son ingérence !    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Tunisie : e-istichara.tn sur TikTok et Instagram    Qui a rédigé les questions des consultations populaires ? Le ministre de la Jeunesse répond    Béja: 500 nouvelles contaminations au Coronavirus    Grève: La Fédération générale des postes rejette la décision de la réquisition et saisit la justice [Audio]    Le parquet informé de la mort d'une personne, retrouvée inconsciente vendredi dernier près du Palais des congrès    Mesures sanitaires dans les écoles: Jalila Ben Khelil rassure [Audio]    Seulement 20% des Tunisiens respectent les mesures préventives ?    CAN 2022 – Algérie vs Cote d'Ivoire : Où regarder le match en direct ?    TPR : Progression du chiffres d'affaires de 13%    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    14 janvier: Un manifestant décède suite à la violence policière d'après le Mouvement des Citoyens contre le "coup d'Etat"    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hemili, le film qui brise tous les tabous    L'ordinateur portable HUAWEI MateBook 14 disponible en Tunisie : 5 raisons pour l'acquérir    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    CONDOLEANCES    Foot-Europe: le programme du jour    QNB – Résultats Financiers Q4 2021    2021, Une année de distinctions pour AMEN BANK    Démarrage du programme "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement" dans le cadre du projet "Scénarios Verts"    Tunisie – météo: Temps stable et légère hausse des températures    BILLET | Impact potentiel    Accusé dans l'affaire des assassinats des deux martyrs Belaïd et Brahmi, Mustapha Khedher libéré : Le mystère persiste    Tunisie : Grève des agents municipaux    Covid-19 | Bizerte : 41 établissements éducatifs fermés et appel à la reprise des cours    Les assignés à résidence de la semaine dernière ont été libérés par la justice    Les conséquences de la hausse des prix de pétrole sur la Tunisie    CAN 2021 : Le programme détaillé des 8e de finale    Tunisie-Gambie : Un arbitre mexicain au sifflet    Indécent !    AS Rejiche : Jassem Hamdouni de retour    Partenariat public-privé : Près de 230 concessions accordées entre 2017 et 2021    La Tunisie exporte des oranges maltaises vers Marseille    OPINION: Le jeune cinéma tunisien à l'heure des défis    CAN 2022: L'équipe de la Tunisie la plus touchée par la Covid, 13 cas recensés (liste)    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hmili, au cinéma    Violences policières Des organisations nationales exigent des excuses officielles de Kaïs Saïed    France : Blanquer à Ibiza alors que sa gestion du Coronavirus fait jaser, ça fait tache    Le bâtiment Kobbet Lahoua à la Marsa classé monument historique    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Aux éditions LALLA HADRIA : «En Tunisie» de Jellel Gasteli    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abdelmajid Chaker: Un illustre disciple de Bourguiba
Publié dans Leaders le 30 - 11 - 2021

Taille élancée, regard séducteur et verbe soyeux, Abdelmajid Chaker, qui vient de nous quitter à l'âge de 94 ans, incarnait à la fois l'image du chef scout, du militant anticolonialiste, du jeune directeur du parti de Bourguiba, le Néo-Destour, du ministre et de l'ambassadeur. Jeune frère du martyr Hédi Chaker, il avait été nourri dès sa prime jeunesse, à Sfax, des valeurs du patriotisme, de l'engagement militant et du sacrifice. Avec Hamed Zeghal et Mansour Moalla, ses compagnons de route, il se lancera, sous la houlette du chef scout Taoufik Sellami (Le Tigre), dans la confection du journal clandestin Al Kifah, concocté avec Zakaria Ben Mustapha à Tunis, Hamed Karoui à Sousse et d'autres jeunes. L'impression et la diffusion les exposaient à de grands risques qui finiront par se confirmer.
Abdelmajid Chaker montera à Tunis préparer son bac au Sadiki. Il s'investira à fond dans la contestation militante et l'activisme politique, n'hésitant pas à encourager ses camarades à entreprendre des actions fracassantes contre l'occupant. La police le tenait déjà à l'œil et cherchait la première occasion pour l'arrêter. Etudiant en droit, faisant partie de l'équipe fondatrice de l'Union générale des étudiants de Tunisie (Uget), il ne tardera pas à tomber dans les filets de la police en 1952, subissant son lot de torture. Lourdement condamné à 10 ans de prison, il retrouvera à la prison civile de Tunis ses camarades de lutte, Hamed Zeghal en tête. Sa chance a été d'avoir bénéficié d'une grâce deux ans après, en 1954, à la faveur d'une tentative d'apaisement des tensions à la veille de l'autonomie interne.
A peine libéré, Abdelmajid Chaker partira pour Aix-en-Provence, en France, compléter ses études en droit et militer au sein de l'Uget et la Fédération destourienne tunisienne. Comme beaucoup de jeunes militants de sa génération, il avait fait le choix de se rallier à Bourguiba dans son conflit avec Salah Ben Youssef.
La lourde tâche à la tête du parti
De retour à Tunis au lendemain de l'indépendance, Abdelmajid Chaker sera nommé en 1956 directeur du Néo-Destour, succédant à Taïeb Mehiri, qui a été désigné ministre de l'Intérieur. Alors qu'il n'avait pas encore 29 ans, il devait à la fois fédérer les militants de la première heure et les jeunes montants, réussir la volonté de Bourguiba de convertir le parti de la lutte contre l'occupation à l'édification de l'Etat moderne, mobiliser les volontaires dépêchés à Bizerte en juillet 1961 pour réclamer l'évacuation de l'armée française et préparer le congrès du parti, tenu à Bizerte en octobre 1964. Outre ses charges à la tête du parti, Abdelmajid Chaker était élu député de Sfax (en 1959, puis réélu en 1964 et 1969), et maire de la ville (1960 -1966).
Bourguiba ne pouvait qu'être satisfait du mandat de six ans de son jeune disciple à la direction du parti. Il le nommera le 3 avril 1963 secrétaire d'Etat à l'Agriculture avec pour ultime mission de préparer la nationalisation des terres appartenant aux colons français. L'évacuation agricole sera promulguée par la loi du 12 mai 1964. Mission accomplie, Abdelmajid Chaker sera nommé le 11 novembre 1964 secrétaire d'Etat à l'Information, fonction qu'il occupera jusqu'au 5 septembre 1966.
Alger, pour commencer...
Bourguiba cherchait une personnalité politique de premier plan pour l'envoyer comme ambassadeur à Alger où Haouari Boumediene venait de prendre le pouvoir, en juin 1965, succédant à Ahmed Ben Bella. Il n'a pas oublié qu'Abdelmajid Chaker, alors qu'il était jeune avocat, avait assuré la défense de cinq grands dirigeants du Front de libération nationale algérien (Ben Bella, Boudhiaf, Khidher, Aït Ahmed et Lacheraf ) kidnappés en plein vol par les autorités françaises, alors qu'ils se rendaient du Maroc en Tunisie. Leur avion était détourné vers Alger puis les chefs du FLN ont été incarcérés à la prison de Fresnes, dans la proche banlieue parisienne. Plus encore, directeur du parti, il était en contact étroit avec les dirigeants algériens basés à Tunis et connaissait bien Boumediene.
Abdelmajid Chaker sera ainsi nommé ambassadeur à Alger. Cette affectation à l'étranger ne devait pas s'éterniser. Chaker gardera son siège de député et son mandat au sein du bureau politique du parti. Ce fut alors le point de départ d'une longue carrière diplomatique. Vingt ans durant, il ira, après Alger, à Belgrade, où le maréchal Tito s'imposait à la tête de la Yougoslavie en chantre du non-alignement, puis à Stockholm, Madrid et Berne, la capitale de la Confédération suisse. Profondément affecté par la destitution de Bourguiba, le 7 novembre 1987, il quittera la scène politique, ne reprenant espoir qu'en 2011, mais ne pouvant apporter que son soutien à la famille destourienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.