Tunisie | Vingt migrants tunisiens secourus au large de Kerkennah    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    ADVANS Tunisie clôture en 24 heures la première émission obligataire subordonnée pour une Institution de microfinance    Tunisie: Consultations sur la formation du gouvernement, Hichem Mechichi informe Kaïs Saïed de l'évolution de la situation    La terre tremble une quatrième fois en Algérie    Hichem Mechichi tiendra dans l'après-midi un point de presse après avoir rencontré Noureddine Taboubi et Samir Majoul    La Tunisie prête à accueillir 200 étudiants libanais    La colère gronde contre Moscou    Deux protagonistes, dos au mur !    Bâtir sur du solide...    La détermination des Monastiriens !    Alerte phishing : L'ANSI met en garde contre une nouvelle vague de phishing sur Facebook    veulent détrôner Trump    Bruits et chuchotements    Théâtre et musique arts forts au Festival international de Nabeul    L'Université Centrale organise sa Journée Portes Ouvertes    Tunisie: 5655 tunisiens ont émigré clandestinement au cours de 07 mois de 2020 vers l'Italie    Change devises en dinar tunisien : Cours du 10 août 2020    Alerte météo : Hausse remarquable des températures à partir de mercredi    Tunisie: Enquête judiciaire contre un infirmier introduisant de fausses données sur les dossiers médicaux des patients à Kébili    Mechichi s'entretient avec Taboubi et Majoul    Tunisie : Abdlekrim Harouni appelle l'opposition à « un peu de modestie »    Tunisie: Le nombre d'infections locales au coronavirus passent à 19 à Sousse    "Non à un gouvernement de compétences nationales"    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    Participez à l'édition 2 de la compétition "Falem fi Darèk"    Impact du COVID-19 sur les entreprises dirigées par des femmes : Des plans de relance pour sortir de l'ornière    MEMOIRE : Youssef GHARBI    REMERCIEMENTS ET FARK : Mahmoud Ben Aleya JERBI    Tunisie – Météo : Température stable lundi 10 août    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ! (suite & fin )    Taoufik Baccar : « Une privatisation bien menée est une « LIGNE VERTE » »    Consommer tunisien : Un état d'esprit    Quels sont les avantages et les inconvénients à être mannequin en Tunisie?    Myriam Soufy, auteure de «Re-Belle», à La Presse : «Je suis dans l'universalité, humaine, née ici»    INDISCRETIONS D'ELYSSA        D'un sport à l'autre    FTHB | Nouveaux règlements : L'aval de l'IHF    Athlétisme | Mahfoudhi et Chehata à Lyon    Kamel Akrout - Tunisie: A trop négliger sa jeunesse on finit par hypothéquer son avenir    Officiel : Moez Boulahia quitte beIN Sports    Coronavirus: 11 nouvelles contaminations locales à Kairouan    Kairouan: Le marché hebdomadaire interdit    ‘'La démarche est fausse''    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    Centenaire Mokhtar Hachicha: La voix, le verbe et la verve    CS Sfaxien : La formation probable contre le CA Bizertin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la frontière franco-italienne : 200 euros, destination finale: Lyon
Publié dans Le Quotidien le 19 - 04 - 2011

Faute de pouvoir traverser la frontière en règle, les Tunisiens de Vintimille trouvent des solutions alternatives et efficaces.
Appelons-le Stefano. Lunettes noires, cheveux ras, tatouage d'aigle dans le cou, Stefano arpente le parvis de la gare de Vintimille, en Italie. Au creux de sa main, un plan de la région et un parcours. Le chemin vers la France. Stefano est un passeur. Il ne s'en cache même pas. Au milieu des forces de l'ordre, au nez et à la barbe du maire de Vintimille qui ne quitte pas les lieux, il propose à tous les petits groupes de migrants qu'il rencontre de les conduire en France. Il demande la modique somme de 200 euros par passager, destination finale : Lyon. «Le prix de la liberté», argumente-t-il.
Visiblement, sa proposition n'intéresse guère les migrants. «Comment je peux trouver 200 euros ?», s'interroge Aziz, qui explique ne pas avoir mangé depuis la veille au soir. Le trajet entre la Tunisie et Lampedusa lui a coûté toutes ses économies, 1.000 euros. Le reste du voyage, Aziz l'a parcouru comme il a pu, essentiellement en train. Des propositions comme celles de Stefano, Aziz assure en recevoir des dizaines par jour. Autour, ses amis confirment timidement. «On ne veut pas frauder, monsieur», explique Tarek. Lui a récupéré son titre de séjour samedi. Il a malgré tout été refoulé à la frontière hier matin parce qu'il ne disposait pas des 62 euros exigés par la France. Une situation qui semble systématique en gare de Menton-Garavan, la première étape française après Vintimille, comme nous avons pu nous-même le constater. «La police française aussi, c'est des passeurs !» s'emporte Tarek. «Ils veulent de l'argent pour nous faire passer la frontière.»
«Un treno per Savona»
Quitte à devoir payer, certains migrants essaient donc des solutions alternatives. «La route de l'arrière-pays semble être le moyen le plus utilisé, surtout de nuit», confie un policier français sous couvert d'anonymat. «On ne peut pas contrôler tous les petits chemins», lâche-t-il en menottant un migrant sans papiers qui vient de tenter sa chance par le train. Par la mer? «Il y a peu de chances», explique un autre policier français tenant lui aussi à rester anonyme. Des patrouilles sillonnent les côtes jour et nuit. Reste une solution qui semble se répandre comme une traînée de poudre chez les migrants. «Un treno per Savona», comme s'entraînent à demander plusieurs migrants. «Un train pour Savone», donc, une ville située une centaine de kilomètres plus à l'Est, sur la côte ligure, juste avant Gènes. Car de là, partent des ferries pour la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.