Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crainte d'une nouvelle vague du Covid-19
Publié dans Le Temps le 14 - 04 - 2020

La première "vague" du nouveau coronavirus n'est pas terminée aux Etats-Unis mais les experts avertissent déjà qu'une deuxième vague s'abattra sur le pays si jamais le, voire intervenait dès le mois de mai comme l'espère le gouvernement de Donald Trump.
Le débat ressemble à celui qui se tient en Europe, où l'Espagne a autorisé hier une reprise partielle du travail et où Emmanuel Macron doit annoncer un prolongement du confinement en France au-delà de mercredi.
Mais une différence majeure est que le système fédéral américain est hautement décentralisé et donne le pouvoir ultime de déconfiner aux gouverneurs des 50 Etats, même si le président américain pourrait en théorie décider d'user de son poids pour coordonner une stratégie nationale.
Après un demi-million de cas recensés, le rythme des contaminations semble se stabiliser. Les Etats-Unis "s'approchent du pic", a dit hier matin le directeur des Centres de contrôle des maladies (CDC), Robert Redfield, sur NBC. Cela ne doit pas conduire, selon lui, à annuler les règles de distanciation sociale et de télétravail du jour au lendemain.
La réouverture sera "un processus graduel, étape par étape, guidé par les données", a-t-il dit.
Le nouveau coronavirus, qui cause la maladie du Covid-19, n'aura pas disparu à la fin du confinement. Une grande majorité de la population l'aura évitée et restera donc susceptible d'être contaminée, tant qu'il n'y aura pas de vaccin. L'objectif de la première phase était d'éviter que trop de monde tombe malade en même temps et que cela provoque un engorgement des hôpitaux. Mais le virus continuera de circuler et d'infecter des gens.
"Réveillez-vous, jusqu'à 50% de ce pays finira infecté!" a martelé Michael Osterholm, directeur du centre de recherche sur les maladies infectieuses de l'université du Minnesota, lundi sur MSNBC.
D'ici l'été, la proportion d'Américains infectés pourrait n'être que de 2 à 5%, a dit dimanche sur CBS Scott Gottlieb, ancien patron de l'agence du médicament et conseiller informel de Donald Trump.
Les autorités envisagent donc de rouvrir lentement le robinet en surveillant un éventuel redémarrage de l'épidémie comme le lait sur le feu. Les plans d'experts et universitaires abondent sur la façon d'y parvenir, mais la Maison Blanche n'a rien produit.
Donald Trump semblait agacé, par un scientifique devenu véritable célébrité durant la pandémie, Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses et membre de la cellule de crise présidentielle sur le coronavirus, après que le chercheur a dit à la télévision une évidence: que le nombre de morts (22.000 à ce jour) aurait pu être plus bas si le pays avait réagi plus vite.
Le président, sur la défensive après la publication d'enquêtes confirmant qu'il avait minimisé le risque de pandémie malgré des avertissements de ses services de renseignements, a retweeté dimanche un message contenant la mention #FireFauci, "Virez Fauci".
Toutes les feuilles de route des experts disent qu'il faut plus de tests, plus de lits d'hôpitaux, et des moyens de pister les cas positifs et leurs contacts. Des chercheurs de l'université Johns Hopkins estiment que le pays aura besoin de 100.000 "pisteurs de cas", payés ou bénévoles.
Mais rien n'est en place
"Si on ouvre tout le pays le 1er mai, il ne fait pas de doute qu'il y aura un rebond", a averti Christopher Murray, directeur de l'Institute for Health Metrics and Evaluation à l'université de l'Etat de Washington, qui gère un modèle influent sur la courbe de l'épidémie, sur CBS. Peut-être certains Etats pourront commencer mi-mai, selon lui.
Le pire ne s'est pas produit à ce jour, au risque de donner une fausse impression de victoire.
La Californie et la côte ouest ont confiné relativement tôt et évité le sort d'autres Etats comme New York, le New Jersey, la Louisiane et le Michigan. Mais même à New York, le gouverneur s'est dit soulagé que les réanimateurs n'aient pas eu à trier les malades.
Dans le Texas, le gouverneur devrait dévoiler un calendrier dès cette semaine.
"Il ne fait aucun doute qu'on va commencer à rouvrir de façon risquée. C'est inévitable", estime Scott Gottlieb.
Lui imagine des gouverneurs et des maires autorisant les entreprises à ramener peut-être la moitié de leurs salariés, ou continuant à confiner les plus de 65 ans seulement.
"Mais nous avons besoin d'un consensus national", insiste l'épidémiologiste Michael Osterholm . "Cela ne peut pas se faire gouverneur par gouverneur".
"Ce n'est pas le début de la fin, c'est la fin du début, la route est encore longue".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.