GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sanders se rallie à la candidature de son ex-rival Biden
Publié dans Le Temps le 15 - 04 - 2020

Le champion de la gauche américaine Bernie Sanders s'est clairement rallié à la candidature de son ex-rival dans les primaires démocrates, le modéré Joe Biden, avec un objectif assumé: battre Donald Trump, le "président le plus dangereux de l'histoire moderne".
Le sénateur indépendant, 78 ans, qui avait renoncé à briguer l'investiture démocrate pour la présidentielle du 3 novembre, avait déjà dit qu'il travaillerait avec Joe Biden, 77 ans, "un homme très respectable".
Il a franchi lundi un pas supplémentaire en apportant explicitement son soutien à la campagne de l'ancien vice-président de Barack Obama et en appelant tous les Américains à faire de même.
Dans une démonstration d'unité, les deux septuagénaires, filmés séparément en raison du nouveau coronavirus, sont apparus côte à côte sur une vidéo diffusée en direct sur internet.
"Aujourd'hui, je demande à tous les Américains -- tous les démocrates, indépendants, et de nombreux républicains -- de se rassembler dans cette campagne et de défendre votre candidature, que je soutiens", a déclaré Bernie Sanders, dont certains partisans ont exprimé des réserves sur le programme de Joe Biden qu'ils jugent trop tiède.
Le but ? "Vaincre quelqu'un qui, je crois -- et je parle seulement pour moi maintenant -- est le président le plus dangereux de l'histoire moderne de ce pays".
Ce ralliement contraste avec ses réticences à soutenir la candidature d'Hillary Clinton après qu'elle l'eut battue dans les primaires démocrates de 2016. Les atermoiements de Bernie Sanders avaient sérieusement affaibli la campagne de l'ancienne secrétaire d'Etat.
Joe Biden qui a remporté une série de nettes victoires dans les primaires démocrates avant l'irruption du coronavirus, s'est dit "profondément reconnaissant" de ce soutien.
"Vous avez placé les intérêts de la Nation et le besoin de battre Donald Trump au-dessus de tout", a-t-il dit à Bernie Sanders. "Comme vous dîtes, ce n'est pas "moi" mais "nous"", a-t-il ajouté en référence au slogan du sénateur du Vermont, plaçant sa campagne sous le signe de l'unité.
Joe Biden s'est ensuite directement adressé aux partisans de Bernie Sanders, particulièrement populaire chez les jeunes. "Je vous vois, je vous entends, je comprends l'urgence de ce qui doit être fait pour ce pays et j'espère que vous vous joindrez à nous", leur a-t-il lancé.
Joe Biden a ajouté que les deux hommes allaient créer des groupes de travail communs, notamment sur le changement climatique, la santé ou le financement des études supérieures, des thématiques sur lesquelles son rival avait fait des propositions nettement plus à gauche.
"C'est la preuve que, même si Bernie Sanders n'est pas sur les bulletins de vote en novembre, son programme le sera", a commenté l'équipe de campagne de Donald Trump qui reproche régulièrement à Bernie Sanders d'être un "socialiste", un terme marqué très à gauche aux Etats-Unis où il garde des relents de Guerre froide.
Pour Brad Parscale, qui dirige la campagne du président républicain, il n'existe "pas d'enthousiasme" autour de la candidature de Joe Biden, alors que les partisans de Donald Trump seraient selon lui "prêts à passer au travers d'un mur de briques pour" le soutenir.
Joe Biden devrait être désigné officiellement candidat lors d'une convention démocrate le 17 août. Il s'agira du point d'orgue d'une campagne pour l'investiture démocrate qui avait démarré avec un nombre inédit de candidats, affichant une diversité record.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.