Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Tunisie – Kairouan : Les malades chroniques appelés à ne pas se déplacer vers les centres de santé    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre de « bonnes » mains !
Publié dans Le Temps le 07 - 07 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"LE TEMPS - Ahmed NEMLAGHI
Quand on dit que la richesse est intérieure, cela peut tranquilliser, ou faire peur. On peut être riche par son esprit ou son coffre-fort. Les deux possibilités sont à prendre lorsqu'elles viennent avec spontanéité, sans ingéniosité ni arnaque, en toute simplicité et sans causer de difficultés. Ces dernières commencent avec des actions douteuses, dans des transactions juteuses, que le commun des mortels ne peut voir, et qu'un citoyen honnête ne peut y croire.
C'est surtout quand la politique s'en mêle, que les choses se compliquent de plus belle. La politique n'est-elle pas, en effet, pour certains gouvernants, l'art d'obtenir de l'argent des riches, suivant un ordre de préférence préalablement enregistré dans des fiches. C'est ainsi que sont renflouées les caisses de l'Etat, par le biais de ce qu'on appelle impôt sur le revenu, qui est une sorte de mise à nu des richesses cachées, que les fortunés sont obligés de déclarer sous peine d'être sévèrement réprimandés. Raison pour laquelle mille et une entourloupette sont fomentées afin d'y échapper.
C'est ce qui débouche sur toutes sortes de malversations et aboutit à une justice à deux vitesses, fille de la corruption, que les princes qui nous gouvernent ont toujours promis d'éradiquer, durant les campagnes en vue de leur élection. Hélas on se retrouve toujours face à un cercle vicieux, où ceux que nous choisissons s'évertuent à innover de plus belle pour nous pomper en créant des caisses et des fonds ; au profit de l'intérêt général ?
Allons bon ! Croyez-vous que le maire d'une municipalité voisine qui allait crier famine, auprès de ses compères Nahdhaouis, pour créer un fonds de la Zakat, animé de l'intention de renflouer les caisses de l'Etat, n'ait pas enfreint la loi ? Il ne peut y avoir deux systèmes d'impôt, l'un civil et l'autre religieux, gérés en même temps par les collectivités locales et l'Etat.
La Zakat, était collectée par l'Etat, dans un système de Califat. A cette époque, le spirituel et le temporel n'en faisaient qu'un et les Califes en étaient l'alpha et l'oméga. Le maire du Kram n'ayant pas encore compris cela, persiste et signe en voulant se montrer digne d'une action qu'il prétend pour le bien de la communauté.
Or le gouverneur qui est son chef de tutelle, convaincu du contraire, a engagé pour cette raison, deux actions, l'une sur le fondS et l'autre sur la forme devant le tribunal compétent. Cette dernière a consisté à demander en référé, un sursis à exécution de l'arrêté municipal. Le tribunal administratif dans sa sentence a rejeté cette demande, estimant qu'il n'y avait pas urgence. Ce qui fait qu'en attendant la décision sur le fond, le maire ne sera pas tenu de s'arrêter à collecter de l'argent en vertu du même arrêté.
Mais que ferait-il, au cas où le jugement sur le fonds en ordonne l'annulation ? Eh bien demain il fera jour ! Il pourra d'ici là aller en appel comme toujours. Nous avons affaire à un plaideur invétéré, doublé d'un avocat chevronné, qui croit toujours agir pour le bien de la communauté. Est-ce dans ce sens que le tribunal a argumenté sa sentence, concernant l'action du gouverneur, pour la rejeter ? C'est franchement à méditer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.