Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    A la Maison de la Culture d'Hammam-Sousse : la 23e Commémoration de la mort de l'homme d'éducation et de culture, Cheikh Mohamed El Bahri: Hommage à un bâtisseur    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    Foot-Europe: le programme du jour    Office National de la Famille et de la Population — Lancement des premières Journées nationales de la santé sexuelle et reproductive: Le sida, l'autre pandémie    Tunisie – Coronavirus: Le passeport vaccinal peut être présenté sur papier ou sur téléchargé sur le téléphone    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    Quand l'Administration tunisienne entrave l'économie : Aslan Ben Rejeb tire la sonnette d'alarme    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Sans mesures exceptionnelles, le secteur risque de ne plus se relever»
Publié dans Le Temps le 12 - 11 - 2020

Le tourisme est à l'arrêt en Tunisie. Plages désertes, hôtels vides, le secteur du tourisme se morfond. La Tunisie a perdu ses foules de visiteurs qui faisaient le bonheur des hôtels, des restaurants et des échoppes de produits artisanaux. Pour l'OMT, la crise de la Covid-19 « est de loin la crise la plus grave à laquelle le tourisme international ait été confronté depuis le début des relevés » en 1950. L'enjeu actuellement pour ce secteur fortement sinistré, gros pourvoyeur de devises est de contenir les pertes et sauver des centaines de milliers d'emplois directs comme l'a souligné la nouvelle Présidente de la Fédération tunisienne d'hôtellerie, Dora Miled, qui grâce, à son expertise et à son professionnalisme, essaiera de bien défendre la profession et répondre aux défis d'aujourd'hui et de demain.
Le Temps : Tout d'abord, pensez-vous que le tourisme tunisien puisse se relever, après la crise du coronavirus ?
Dora Miled : Contrairement aux crises précédentes, la crise actuelle concerne le monde entier du fait de la propagation de la Covid-19 qui n'a épargné presque aucun pays au monde. Le tourisme est à l'arrêt et il n'y aurait pas de saison touristique comme en témoigne la baisse des nuitées de 80% et des recettes de 60% durant les 9 premiers mois de 2020.
Les effets collatéraux du coronavirus ont plongé le secteur dans la plus grave crise de son histoire. Cette pandémie a touché plusieurs secteurs et surtout le secteur du tourisme qui a connu une décroissance de 50%. L'impact de la crise s'annonce particulièrement lourd pour ce secteur qui compte plus de 400 mille emplois et contribue à concurrence de 14% au PIB national.
Le secteur a vécu durant cette dernière décade au rythme des bonnes performances qui ont animé les pronostics de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) qui tablait sur une croissance oscillant entre 3% à 4% pour l'année 2020. Toutefois, cette euphorie a été brusquement et sévèrement interrompue suite au déclenchement de la crise pandémique de la Covid-19 qui a chamboulé le secteur et obligé l'OMT à revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour l'année en cours.
Ainsi, une croissance négative située entre 1% et 3% se profile désormais à l'horizon. L'évolution de la pandémie à l'échelle mondiale conjuguée aux mesures drastiques prises par les autorités publiques a mis le secteur en quarantaine. Les professionnels, contraints de suspendre toutes leurs activités depuis la mi-mars, se sont vite trouvés face à des trésoreries déficitaires, les rendant incapables d'honorer leurs engagements. La situation risque de se prolonger jusqu'à 2023 voire 2024.
Pensez-vous que les mesures gouvernementales ont été suffisantes pour faire face à la crise ?
L'impact de la crise sanitaire sur l'économie est important, en témoignent l'arrêt des activités de plusieurs unités. Les mesures gouvernementales annoncées, depuis le mois de mai dernier concernant, essentiellement, la mise en place d'une ligne de crédit de 500 millions de dinars n'ont pas été suffisantes, pour permettre aux établissements hôteliers touchés par la pandémie de la Covid-19 de payer les salaires de leurs employés. Nous comprenons les restrictions budgétaires de l'Etat et la pression exercée par d'autres activités économiques.
Quel est l'impact social de cette crise ?
Cette situation a provoqué des réductions de la main d'œuvre. L'impact social est important et on risque de perdre 27 mille emplois si aucune mesure n'est prise. Les familles vivant du tourisme seront les plus touchées puisque 6 sur 10 risquent d'entrer dans la pauvreté. L'annonce du plan de sauvetage ne doit pas tarder davantage, au risque de voir des milliers d'opérateurs contraints de mettre la clé sous la porte.
A situation exceptionnelle, quelles sont les mesures exceptionnelles que vous préconisez ?
A situation exceptionnelle, il faudrait des mesures exceptionnelles. Notre Fédération a appuyé les efforts de l'autorité de tutelle auprès du gouvernement pour obtenir des mesures de soutien exceptionnelles face à la situation. Nous continuons à sensibiliser le gouvernement et les députés sur la situation difficile du secteur tout en appelant à satisfaire les revendications du secteur touristique et qui sont principalement, l'annulation des charges fiscales et sociales exigées durant l'exercice 2020, la clarification des conditions d'octroi des crédits avec garantie de l'Etat, tout en accélérant les délais d'octroi, le rééchelonnement sans pénalités de retard des échéances bancaires et de celles des sociétés de leasing. Nous voudrions que la responsabilité sociale soit partagée entre l'Etat et les professionnels.
Mais, jusqu'à maintenant, nous n'avons pas de réponse. Il faudrait surtout amortir le choc social de cette crise ; des milliers d'emplois sont en jeu, surtout que de nombreuses entreprises sont menacées d'asphyxie financière. L'heure est assurément à la solidarité nationale entre tous. Bien que le gouvernement soit conscient de la gravité de la situation.
S'il est vrai que nous vivons aujourd'hui l'une des crises les plus aigües qu'a connues le secteur dans l'Histoire, je reste intimement persuadée que les lendemains seront meilleurs. Il faudrait des solutions innovantes pour accompagner cette période transitoire, surmonter la crise et donner à nouvel élan au tourisme tunisien. Cette crise est une occasion de repenser le secteur du tourisme et la contribution qu'il apporte à notre économie, et de faire mieux en prenant le virage d'un tourisme plus durable, plus inclusif et plus résilient.
K.B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.