Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Azerbaïdjan reprend le contrôle de Latchin
Publié dans Le Temps le 02 - 12 - 2020

L'armée azerbaidjanaise a repris le contrôle du district de Latchin, à l'ouest du Haut-Karabakh, dernier des trois districts qu'Erevan devait rétrocéder en vertu de l'accord de cessation des hostilités conclu il y a trois semaines.
Des colonnes de camions militaires azerbaidjanais sont entrées dans le district, juste après minuit. Quelques heures auparavant, lundi en fin de journée, la route entre Latchin et Goris a été encore très empruntée, encombrée par endroits par des dizaines de véhicules de transport de troupes arméniens qui quittaient les lieux. De nombreuses autres voitures, souvent très chargées, ont circulé sur cette route avant 18 heures, le délai qui avait été accordé aux habitants pour quitter le district. Des camionnettes remplies à ras bord de meubles, de troncs d'arbres débités, de tuyaux, d'électroménager. Au bord de la route, des canalisations et des bouts de pylônes attendaient d'être embarqués : ce sont des centrales hydroélectriques qui ont été démontées. De nombreuses localités ont été évacuées ces derniers jours, bien avant la date limite, a expliqué un responsable local. En partant, des habitants ont incendié leurs maisons pour ne pas les laisser aux mains des Azéris.
Corridor stratégique
Ce district montagneux de Latchin est le dernier des trois districts (après ceux d'Aghdam et de Kelbajar) rétrocédés par l'Arménie à l'Azerbaïdjan. C'est ce que prévoit l'accord de fin des hostilités signé le 9 novembre, sous patronage russe, après six semaines de guerre. Cette région court du nord au sud jusqu'à l'Iran, le long de la frontière Est de l'Arménie. En son milieu, c'est le corridor de Latchin.
Ce corridor est le seul lien terrestre entre l'Arménie et le Haut-Karabakh, une route essentielle pour les Arméniens. Ce couloir traverse désormais des régions reprises par l'Azerbaïdjan, mais il doit continuer d'être emprunté par les Arméniens qui souhaitent gagner le Haut-Karabakh. C'est pourquoi, cette route et les terres qui la longent sur une largeur de 5 kilomètres sont placés sous le contrôle des soldats de la paix russe. Ils sont un peu moins de 2 000, déployés dans les lieux stratégiques.
Confusion
Jusque tard hier soir, une incertitude planait sur le sort de plusieurs localité situées le long de cette route et en particulier celle de Latchin (« Berdzor » en arménien). Les autorités de ce bourg, situé dans les montagnes à une cinquantaine de kilomètres de Stepanakert étaient bien en peine de donner des indications claires aux habitants. Plusieurs versions ont circulé, et lundi soir encore, certains ne savaient pas quel serait le statut de leur ville. Des Arméniens inquiets et en colère, avec cette impression d'être livrés à eux-mêmes. Quant aux militaires arméniens, ils ont quitté les lieux en fin de journée, assurant qu'eux non plus n'y comprenaient pas grand-chose. Beaucoup d'habitants de Berdzor avaient de toute façon pris la décision de partir, ne voulant pas se retrouver à quelques centaines de mètres seulement de la nouvelle frontière avec l'Azerbaïdjan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.