Tunisie – Hajeb Laâyoun : Des casseurs volent des voitures et des motos du dépôt municipal    Troubles nocturnes à Bizerte    Tunisie | Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie-Affaire Nabil Karoui : L'Association des Magistrats Tunisiens dénonce la position de Ghannouchi    Tunisie – Protestations : Entrée en jeu fracassante de l'UGET qui appelle à la chute du système    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie rate la relance face au Brésil    Handball -Mondial d'Egypte -Tunisie -Brésil 32 -32: Quelle frustration !    Annonce mi-février 2021 des résultats de l'appel à candidatures pour le programme national des villes intelligentes    Régression à 30 mille tonnes des exportations tunisiennes de fruits en 2020    Ben Arous: Affrontements entre la police et des protestataires à El Yesminet    Réouverture des mosquées : Appel au strict respect du protocole sanitaire    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    De nombreux manifestants arrêtés étaient des mineurs    Vers cinq millions de morts du Covid-19 en mars?    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Dernière minute : Samia Abbou transférée à l'hôpital militaire    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre des intérêts entre Russes, Turcs, Iraniens et Occidentaux
Publié dans Le Temps le 09 - 10 - 2020

Arméniens et Azerbaïdjanais poursuivaient les combats hier au Nagorny Karabakh, des bombes s'étant même abattu sur une cathédrale emblématique, mauvais présage à l'heure d'une première réunion du médiateur du conflit à Genève.
Les frappes azerbaïdjanaises se sont poursuivies dans la nuit sur la capitale du territoire séparatiste, Stepanakert, selon des journalistes, et sur des zones habitées en Azerbaïdjan selon les autorités locales.
Une église arménienne historique à Choucha, ville située une quinzaine de kilomètres au sud de Stepanakert, a notamment été endommagée par les frappes, selon Erevan.
Un journaliste a constaté sur place d'importants dégâts, notamment un large trou dans le toit, les vitraux soufflés et les bancs de prières renversés au milieu des gravats et de la poussière.
"Il n'y a pas de militaires ici, rien de stratégique, comment peut-on viser une église ? C'est une cathédrale très importante pour nous", s'indigne Siméon, venu voir l'ampleur du sinistre.
Longtemps partagée entre les deux cultures, chrétienne pour les Arméniens et musulmane pour les Azerbaïdjanais, la ville de Choucha est souvent surnommée la "Jérusalem du Nagorny Karabakh".
Sa cathédrale avait été reconstruite dans les années 1990 après la première guerre du Karabakh, devenant un symbole pour les Arméniens.
Côté azerbaïdjanais, on accuse également hier les séparatistes d'avoir "fait feu sur les zones habitées", citant les districts de Bardinsk, Agdjabedine, Goranboy, Terter et Agdam.
"Il y a des morts et des blessés", selon le ministère azerbaïdjanais de la Défense, Bakou annonçant la mort de deux civils supplémentaires.
Sur le front lui-même, le ministère de la Défense du Karabakh a indiqué dans la matinée que "des combats ont repris dans le nord et le sud".
Ces bombardements interviennent alors que les représentants du médiateur historique du conflit, les co-présidents du Groupe de Minsk de l'OSCE (Russie, Etats-Unis, France) rencontraient dans la journée à Genève le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Ceyhun Bayramov.
Le Groupe de Minsk tente depuis le milieu des années 1990 de trouver une solution négociée au conflit. Une première guerre entre séparatistes arméniens et forces azerbaïdjanaises, à la chute de l'URSS, avait fait 30.000 morts.
La réunion se tenait à huis clos, la diplomatie française ayant refusé tout commentaire sur le déroulé de ces négociations.
L'Azerbaïdjan s'est dit déterminé à reconquérir par les armes le Nagorny Karabakh, région séparatiste peuplée essentiellement d'Arméniens, et soutient que seul un retrait des forces indépendantistes et arméniennes pourrait mettre fin au conflit.
Dès lors, une porte-parole de la diplomatie arménienne a exclu une rencontre à Genève des ministres azerbaïdjanais et arménien car "on ne peut pas d'une main négocier et de l'autre mener des opérations militaires", dénonçant une agression de l'Azerbaïdjan contre le Karabakh.
Le chef de la diplomatie arménienne doit par contre être reçu lundi à Moscou par son homologue russe, Sergueï Lavrov.
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a indiqué espérer que les rencontres de Genève et Moscou puissent "aboutir à l'ouverture de négociations".
Selon les autorités séparatistes, la moitié des quelques 140.000 habitants du Nagorny Karabakh ont été déplacés par ces combats qui durent depuis 12 jours.
Le bilan officiel des hostilités depuis le 27 septembre est de 300 à 400 morts, dont une cinquantaine de civils. Mais il reste très partiel, Bakou n'annonçant pas ses pertes militaires et les deux camps affirmant avoir éliminé chacun des milliers de soldats ennemis.
A l'étranger, la crainte est de voir ce conflit s'internationaliser dans une région où Russes, Turcs, Iraniens et Occidentaux ont tous leurs intérêts. D'autant qu'Ankara encourage Bakou à l'offensive et que Moscou est lié par un traité militaire à Erevan.
La Turquie est déjà accusée de participer avec hommes et matériel au conflit.
Dans ce contexte, l'Azerbaïdjan a décidé hier de rappeler son ambassadeur en Grèce en réponse à une décision similaire d'Athènes. Bakou avait demandé à la Grèce d'enquêter sur des informations faisant état de l'arrivée au Nagorny Karabakh d'Arméniens de Grèce souhaitant combattre.
Vladimir Poutine, arbitre régional, a prévenu que si les hostilités devait s'étendre à l'extérieur du Karabakh en territoire arménien, Moscou tiendrait ses "obligations" issues de son alliance avec Erevan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.