Habib Touhami : C'est déjà demain    Tunisie – Et pendant ce temps... Le pays part en miettes !    Tunisie | Covid-19 : 1210 nouveaux cas de contamination et 762 cas de guérison recensés    Par Maher Ben Ghachem : L'olivier dans la neige    Tunisair : Les revenus du transport en baisse de 67%    Appel à la création d'une plateforme régionale pour la formation des formateurs en matière de lutte contre la traite des personnes    " La montée en puissance de l'épidémie en septembre a mis à nu de graves limites d'organisation et de préparation (Médecin expert en santé publique)    En vidéo : Dhafer L'Abidine très bien entouré pour son anniversaire    ARP | « Le budget de l'Etat pour 2021 n'a pas rendu justice aux catégories vulnérables dans le pays »    Bundesliga : Ellyes Skhiri offre à son équipe la victoire contre Borussia Dortmund    Mechichi au parlement : Il est temps de travailler sur un programme ambitieux rassembleur qui place le citoyen au cœur de l'opération de développement    Tunisie | Les députés appellent au dialogue pour une issue de la crise    Par Habib Toubib : Défi aux polytechniciens !    Tabboubi : « Il n'y a aucune tentative visant à entraver la publication de la convention cadre des journalistes tunisiens »    La solution SAP signature Management est désormais certifiée par Al Barid Bank Esign et l'ANCE    « Ok » pour le principe... mais à sa manière !    La libre expression dans tous ses états    C'était le temps des fables    Hichem Mechichi : « Le gouvernement ne cédera pas au chantage et confrontera la violence par la force de la loi »    Hichem Mechichi : Le PLF2021 constitue un nouveau système de gouvernance    Vidéo : Mohamed Ammar : "Le discours de Mechichi n'a aucun rapport avec le projet de loi de Finances"    Slaheddine Ferchiou, président de la Chambre nationale des importateurs et commerçants en gros de viandes à La Presse : «Le secteur des viandes rouges est loin d'être optimisé»    Projet de Loi de Finances complémentaire 2020 : Une crise financière qui requiert plus qu'un simple consensus    Ligue des champions : Le CS Sfaxien pour bien débuter    Abderrahmane Hedhili, président du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) à La Presse : «Un cumul de mauvais choix économiques et sociaux»    Hommage à la stylisticienne, poète et cavalière, Laurence Bougault : Mourir à l'insu de ses rêves    Institut National du Patrimoine (INP) | Découvertes archéologiques : Terre et mer dévoilent leurs secrets    Foot – Ligue des champions – 5e journée : le programme    «La Tunisie est un exemple de pays investissant efficacement dans le tourisme» (Zurab Pololikashvili)    Tunisie [Vidéo]: En direct de Gafsa, bousculades pour acquérir une bouteille de gaz    Un avenir peu rassurant    Volleyball | Staffs techniques des clubs : L'état des lieux...    L'Espérance prête pour la saison 2020-2021 : Renforts tous azimuts    Tunisie : Hausse du nombre des décès à Sidi Bouzid    3e réunion annuelle du Comité de direction du programme "IDEMA 2020"    Météo: Prévisions pour samedi 28 novembre 2020    Saïed reçoit le président de la CSDHLF    Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré    Téhéran libère la chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    Festival Intercal: Une édition Spéciale en ligne proposée par l'IFT et Echos Electrik (Programme)    La poésie en questions | Une vocation à l'épreuve de l'islam I    Le long métrage tunisien "Le Disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise bloque-t-elle les transferts d'argent de nos ressortissants à l'étranger ?
Conjoncture
Publié dans Le Temps le 07 - 04 - 2009

Les transferts des fonds de nos compatriotes s'élevent à 2 milliards de dinars par an, soit 5% du PIB, 22% de l'epargne nationale et 10% des recettes courantes
Les transferts d'argent de nos compatriotes à l'étranger risquent « à moyen terme » de diminuer sous l'effet de la crise économique, déduction faite des résultats de l'étude effectuée par l'Agence de notation Standards& Poors (S&P) qui relève que « Les travailleurs expatriés des pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord vont devoir transférer moins d'argent vers leurs pays d'origine en raison de l'impact négatif du ralentissement économique sur leurs revenus dans les pays d'accueil ».
Cette baisse de transferts d'argent par les ressortissants tunisiens sera comprise entre 5 et 10% en 2009. Il en est de même pour plusieurs autres pays de la région MENA, en particulier l'Egypte, le Liban, la Jordanie et le Maroc.

Part 5% du PIB
D'après l'étude, les balances extérieures du Liban et la Jordanie sont les plus susceptibles d'être "affectées" par un reflux, tandis que celles du Maroc, d'Egypte et de Tunisie seraient "relativement moins exposées".
Pour ces cinq pays, le volume de transferts d'argent est très important, estimé à 20,4 millions d'euros en 2008, soit trois fois plus qu'au début du millénaire, pesant ainsi 5% du PIB en Tunisie et en Egypte et plus de 20% du PIB du Liban.
En effet, les transferts d'argent constituent notamment "une source significative" d'investissement dans l'immobilier et contribuent "à l'accumulation de réserves de change et à la stabilité de la monnaie", note l'Agence S&P, qui relève également que ces mouvements de fonds représentent "une importante source de revenus" pour les familles qui en sont les destinataires.
L'Agence S&P considère toutefois que l'impact d'une chute des transferts d'argent sur la note souveraine des Etats concernés serait "probablement négligeable" et rappelle que les notes de ces cinq pays sont actuellement placées en perspective stable.

Evolution des transferts
Les transferts des Tunisiens à l'étranger s'élèvent à 2 milliards de dinars par an soit 5% du PIB, 22% de l'épargne nationale et 10% des recettes courantes, occupant ainsi le quatrième rang des secteurs pourvoyeurs de devises.
Au cours des dernières années, le rythme des transferts enregistre un taux de croissance de 1,4% d'une année à l'autre passant de 1091 MD en 2000, 1783 MD en 2004, 1807 MD en 2005 à environ 1911 millions de dinars en 2007.
La part de lion revient à l'Europe, le continent qui abrite le plus de Tunisiens (600 mille), avec un volume de transferts de 1609 notamment en provenance de la France (950 MD), suivi par l'Italie (250 MD) et l'Allemagne (300 MD).
Ces envois sont principalement réalisés via des sociétés de transfert d'argent, par le circuit bancaire classique ou par courrier. Toutefois, le taux de bancarisation des émetteurs demeure faible et ceci s'explique selon plusieurs observateurs par l'absence de transparence des prix et les coûts élevés (jusqu'à 16 % du montant du transfert) pratiqués dans certains pays. Ce qui alimente les envois informels qui s'élèvent jusqu'à quatre fois supérieurs aux envois officiels, via les systèmes de transferts légaux, exigeant souvent des frais de transaction très élevés. Cet argent alimente abondamment le marché noir où euros et dollars s'échangent à des prix en-dessous des tarifs bancaires.
Dans le monde, cent-vingt-cinq millions d'émigrés transfèrent annuellement quelque 230 milliards d'euros vers les pays d'origine. Pour les pays du Maghreb, officiellement, ce sont plus de 8 milliards d'euros qui traversent la Méditerranée. Les communautés maghrébines européennes sont celles qui transfèrent le plus vers le pays d'origine, selon des rapports de plusieurs institutions financières européennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.