Sahbi Baccar invite Makrem Lagguem pour l'humilier !    Affaire Bochra Bel Haj Hamida : la chambre correctionnelle annule la condamnation à six mois de prison    Sfax: En dépit de la grève des médecins, ce centre de vaccination n'a pas fermé ses portes (Vidéo)    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie – Burkina Faso : Tunisair suspend ses vols en provenance et vers Burkina Faso    Titre    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    teste    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Covid-19 | Béja : Un taux de positivité de plus de 41%    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fausse copie, de plus en plus sophistiquée et réactualisée
Enseignement : Le phénomène récurrent des épreuves de fin d'année scolaire
Publié dans Le Temps le 28 - 04 - 2007

L'année scolaire tire déjà à sa fin. Le mois de mai rime généralement avec les examens décisifs couronnant les efforts et le labeur de toute une année.
Si on admet que ceux (celles) ayant régulièrement et sérieusement travaillé sont en principe à l'abri, sauf un accident de parcours toujours possible quoique dans de très faibles proportions ; les autres, les tireurs au flanc ne désarment pas pour autant, et tentent par tous les moyens d'accéder aux places honorifiques.
Ils se rabattent bien évidemment sur des stratagèmes aussi détournés que continuellement innovés, devançant toujours d'une courte tête la vigilance des superviseurs.
Prétendre que nous n'avons jamais sollicité le « secours », l'assistance d'un(e) camarade lors de notre scolarité équivaudrait à du pédantisme, à de la fanfaronnade purs et simples. Qui de nous n'a pas été contraint à quêter une formule mathématique, un théorème en physique, une date précise en histoire voire une citation clé d'un auteur de renommée ; et ce suite à une absence, à un trou de mémoire véritables épées de Damoclès suspendues au-dessus de nos têtes pendant les stressantes épreuves. Oui, mais une fois l'obstacle levé, la machine se remet immédiatement en branle, carburant à plein régime. Même les superviseurs compréhensifs et magnanimes n'en faisaient pas une affaire et fermaient avec un zeste d'indulgence les yeux (ne sont ils pas passés eux aussi par pareilles situations ?)
Depuis et en étroite relation avec la prolifération des chaînes satellitaires, de l'Internet et ayant comme corollaire inéluctable un manque patent, évident des plages horaires réservées naguère aux révisions ; les élèves se contentant du strict minimum, entendre les vagues notions retenues en classe quand il leur arrive de s'intéresser à ce que débitent les enseignants.
Pour compenser cette carence préjudiciable le jour J, la tendance actuelle est à la fausse copie « la fouska ».

Aberrations de l'administration
Une parenthèse cependant et qui ne serait sûrement pas appréciée par l'administration mais nous la soulevons quand même étant intimement persuadés de son immense impact sur la prolifération de la fraude : avant, chaque enseignant surveillait personnellement ses épreuves, ses élèves. Etant parfaitement au fait de tout ce qui se rapportait à son groupe, il « dispatchait », séparait les candidats selon sa connaissance de leurs qualités et faiblesses : le premier au bureau, les plus fainéants, devant, aux places d'honneur, donc facilement contrôlables. Le respect, conjugué à la peur d'encourir la colère de l'enseignant inhibait toutes ébauches de velléités malintentionnées de notre part.

Elèves intouchables
Qu'en est-il au jour d'aujourd'hui ? L'instit délivre les sujets à l'administration qui prend en charge et supervise le déroulement des examens (semaine bloquée oblige). Sur les six classes en moyenne qu'il enseigne, le professeur ne peut en surveiller qu'une et ce n'est pas toujours le cas. Il est remplacé par un collègue d'une autre discipline le plus souvent, une surveillante, la bibliothécaire voire la préposée aux billets d'entrée. Dès l'ouverture des portes, la ruée vers les places stratégiques qu'on occupe en binômes selon un plan préétabli, bien défini à l'avance ; et le suspense de durer jusqu'à la désignation du superviseur. Les profs de sport, d'initiation technique, d'éducation civique étant les plus applaudis à leur arrivée en salle ; étant reconnus par leur légendaire souplesse...
Certains, même surveillant leurs propres élèves, n'osent même pas demander à X ou Y de changer de places, sûrs qu'ils étaient de ne point être obéis et pour prévenir une réaction violente, hostile à titre de représailles...et avec comme toile de fond le laxisme légendaire du proviseur ne voulant point créer de vagues risquant tout simplement de provoquer sa mutation précipitée.
D'où la parfaite similitude des copies avec les mêmes bêtises et erreurs que vous répertorieriez chez tous les candidats ! A la correction, on s'en rend fatalement compte, mais le plus clair des enseignants questionnés de se contenter de laisser courir ; le phénomène s'est quasi généralisé. Des échos nous parvenant des conseils mêmes des classes font état de dissensions, frictions voire reproches des uns à l'endroit de la complaisance criarde des autres accusés à demi mots d'avoir fermé les yeux.

Vaste panoplie
Les moyens utilisés pour contourner la « surveillance » sont constamment réactualisés, à l'avant-garde, en diapason avec l'intelligence et fourberie des postulants.
Certains profs privilégiant et exigeant le cours intégral d'une seule traite « CHARBIT ME ou SABBA » les élèves préparent à l'avance une multitude de copies portant chacune sur une leçon, à la fin de l'épreuve, la double-feuille est concernée et remise à l'enseignant sans autre forme de procès.
Les petits bouts de papiers à l'écriture microscopique (œuvre de certaines photocopies réduisant une page entière à minima) dissimulés dans les multiples poches, les formules transcrites sur les tables, les avants bras, les paumes, les cuisses, ne sont plus d'actualité, dépassés. Désormais, on laisse le cahier de cours du bûcheur de la classe derrière la chasse des toilettes, et à tour de rôle, toute la clique de faire un tour du côté des latrines se plaignant subitement de coliques abdominales, et présentant à l'unanimité une gastro-entérite aiguë.

La dernière
Un épisode rocambolesque et véridique ayant eu lieu cette semaine donc « new-new » dans un lycée de la banlieue sud que nous ne citerons point (notre but n'étant pas de nuire à qui que soit mais de sensibiliser les différentes parties concernées) : lors d'une épreuve scientifique, deux élèves nullardes supplièrent leur prof de sortir à tour de rôle pour un problème urgent, au retour de la seconde, les deux résolurent miraculeusement la question et se permirent même le luxe de sortir avant l'heure. Interloquée, l'enseignante les rappela à la fin de l'épreuve, et les pria de réécrire tout bêtement ce qu'elles avaient comme par magie notifié 5minutes auparavant ; elles ne purent le faire. Pire, la solution leur a été donnée selon leurs aveux par un autre...enseignant qui interrogé par la prof jura ses grands Dieux ne pas être au fait de la supercherie et avoir agi de bonne foi !
Un autre procédé facilité par la non-connaissance des superviseurs de l'effectif à surveiller : en tout début de séance, le sujet est jeté au-dehors où des camarades « calés » appartenant généralement à un échelon supérieur résolvent et traitent l'épreuve en collégialité en un tour de main. A la sonnerie, et profitant de la confusion classique qui se crée immanquablement à chaque fin des épreuves, on se faufile à l'intérieur des salles et on remet le sujet traité soit au concerné(e) avec son nom dessus, soit on le dépose en toute quiétude sur le bureau du superviseur occupé qu'il était à ramasser les copies des autres candidats, et qu'il glissera, sa tournée terminée, dans le paquet des épreuves sans s'en rendre compte.
L'instit n'ayant nullement le droit, ni le courage et l'audace de fouiller les candidats et de les soulager de leur portable, le sujet est envoyé par SMS à une tierce personne qui le solutionne en deux temps trois mouvements, le mode vibreur assurant la discrétion de la manœuvre !

Sévir au plus vite
Le niveau d'instruction de nos enfants de baisser dangereusement, il serait salutaire, utile, pour remédier à cet état de fait de commencer par lutter de façon efficace et efficace contre ce fléau, de revoir le système de surveillance des examens, surtout de conférer plus d'autorité aux enseignants et ce en étroite collaboration avec une administration plus ferme, plus intransigeante et inflexible, imposant le respect et passant outre les considérations sordides, personnelles, dignes de certains marchands de tapis.
Faut-il rappeler que ceux (celles) ayant pris le pli d'user perpétuellement de ces moyens détournés et illicites, finiront par piquer au jeu, par se prendre réellement pour des génies en la matière, et tenteront le coup de trop au bac, avec à la clé cette fois-ci 5 longues années de disette, de privation de participation à l'épreuve.
Mohamed Sahbi RAMMAH
Légende : Certains, même surveillant leurs propres élèves, n'osent même pas demander à X ou Y de changer de places


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.