Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui veut la peau du Général Rachid Ammar?
Mohamed Abbou appelle au limogeage du chef d'Etat-major interarmes
Publié dans Le Temps le 08 - 06 - 2013

Le leader du «Courant Démocratique», un parti créé par des dissidents du Congrès de la République (CPR), vient de jeter un nouveau pavé dans la mare déjà agitée de la vie politique nationale, en réclamant le limogeage du chef d'état-major interarmes, le général Rachid Ammar. Dans un message posté dans la soirée du jeudi 6 juin, l'ex secrétaire général du CPR qui avait claqué en juillet 2012 la porte du gouvernement tunisien, huit mois après y avoir fait son entrée en tant que ministre de la Réforme administrative a précisé qu'«il faut aujourd'hui effectuer un changement à la tête de l'institution militaire, et nommer un nouveau chef d'Etat major des trois armées».
L'ancien militant des droits de l'homme, emprisonné deux ans sous Ben Ali, a également estimé que le général Ammar a échoué dans sa mission. «Les corps de nos soldats et nos agents de sécurité sont déchiquetés dans les explosions de ces mines au Chaâmbi. Et à chaque fois que nous pensons que l'affaire est close, de nouvelles mines explosent, et s'approchent aujourd'hui des zones habitées (…). Il n'est pas logique qu'un responsable puisse garder son poste alors qu'il a échoué dans sa mission », argumente-t-il. Et d'ajouter : «il y a une règle au sein de l'administration qui stipule que nul n'est irremplaçable. Et l'institution militaire ne déroge pas à cette règle».
Mohamed Abbou note dans cette même optique que «l'institution militaire a besoin de temps en temps de sang neuf», tout en soulignant que « le temps est venu pour que les officiers et les soldats retournent à leur rôle principal, en l'occurrence garder les frontières du pays ».
Le nouveau chef d'état-major interarmées devra, selon lui donner un nouveau souffle à l'institution militaire, et permettra assurément de mettre fin aux assauts des groupes armés à Jebel Chaâmbi».
Membre de l'Assemblée nationale constituante, M. Abbou a, par ailleurs, appelé à demander des comptes à ceux qui détiennent le pouvoir pour ne pas avoir su imposer le respect de la loi et à toutes les parties responsables des dysfonctionnements de l'appareil sécuritaire.
Tiraillements politiques ?
Répondant du tac au tac à ce message, Mohsen Marzouk, membre du Bureau exécutif de Nida Tounes (L'Appel de la Tunisie) a laissé entendre que l'appel au limogeage du général Rachid Ammar n'a rien de fortuit. «Il ne faudrait pas que ce qui se passe au Châambi constitue un prétexte pour un changement à la tête de l'armée. Parce que c'est exactement ce que souhaitent ceux qui ont précédemment considéré l'armée comme n'étant pas garantie, et qui voudraient actuellement profiter de l'occasion pour mettre l'armée sous leur coupe. C'est clair» ? , a indiqué Mohsen Marzouk sur sa page Facebook officielle.
En d'autres termes, le dirigeant de Nida Tounes fait allusion à la fameuse vidéo où leader du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi déclarait lors d'une réunion avec des salafistes que «l'armée et la police ne sont pas garanties». Selon Mohsen Marzouk, c'est donc Ennahdha qui chercherait à se débarrasser de Rachid Ammar. Dans les faits, le parti islamiste au pouvoir ne s'est jamais prononcé implicitement ou explicitement en faveur d'un changement à la tête de l'institution militaire.
Il est à noter que le ministère de la Défense avait précisé, en octobre 2012 et en réaction à cette vidéo que «l'institution militaire observe et continuera d'observer une neutralité stricte et se tient à une égale distance entre tous les partis et les composantes de la scène politique du pays, loin des tiraillements politiques».
Le général Rachid Ammar, qui avait été promu chef d'état-major interarmées le 19 avril 2011 après avoir assuré la fonction de général de corps de l'armée de terre depuis juin 2010, avait déclaré peu après la chute de Ben Ali que l'armée se portera garante de la Révolution.
Le général Ammar inconnu jusqu'à ce qu'il refuse, début janvier 2011, de tirer sur des manifestants lors de la révolution comme le lui demandait Ben Ali.
Ben Ali l'a démis alors pour désobéissance et l'a assigné à résidence. Après la fuite de l'ancien locataire du palais de Carthage, Rachid Ammar a été rétabli dans ses fonctions.
Cette version des faits a été démentie ultérieurement par le ministre de la Défense Ridha Grira, qui affirme que Ammar était en poste le 14 janvier et avait été nommé coordinateur des opérations, et par Ali Seriati, qui a déclaré l'avoir contacté le 14 janvier sur instruction du président pour ramener des blindés de Zarzis vers la capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.