Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financement des partis politiques : Les multiples failles d'un système de contrôle défaillant
Publié dans L'expert le 04 - 07 - 2020

Les participants à une conférence, vendredi, sur le contrôle du financement des partis politique en Tunisie ont souligné la nécessité d'améliorer les mécanismes de contrôle des fonds alloués aux partis politiques eu égard aux menaces qui pèsent aujourd'hui sur la jeune démocratie en Tunisie.
Chawki Tabib, président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), a mis en garde contre la « libanisation » de la réalité politique en cas de maintien de la législation actuelle et du décret-loi n°2011-87 du 24 septembre 2011, portant organisation des partis politiques.
« Plusieurs indicateurs montrent que la Tunisie connaît une guerre par procuration, menée par des parties régionales extérieures au pays comme en atteste, clairement, la situation au parlement », a-t-il déploré.
La cadre juridique actuel est incomplet, a-t-il estimé, assumant que le contrôle du financement des partis politiques relève de la responsabilité des médias, de la société civile, de la Justice et de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE).
« Mais la plus grande responsabilité revient au gouvernement et aux partis essentiellement », a-t-il encore estimé.
Selon Tabib, le premier bénéficiaire du décret-loi n°87 sont les partis politiques qui sont au nombre de 224, ce qui explique leur refus d'activer ou d'améliorer le texte actuel pour maintenir le flou concernant leurs sources de financement.
S'agissant de la polémique autour de l'éventuelle implication du chef du gouvernement, Elyès Fakhfakh, dans une affaire de conflit d'intérêts, le président de l'INLUCC a rappelé que le législateur a accordé à l'instance la mission de contrôler ce genre de situation et de transférer les dossiers à la Justice. De plus, l'article 90 de la Constitution, qui est, dans la hiérarchie des normes, supérieure à la loi n°2018-46 portant déclaration des biens et des intérêts, de la lutte contre l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêt dans le secteur public, interdit au chef du gouvernement ou à tout autre membre du gouvernement l'exercice d'une autre fonction.
De son côté, Abdesselam Grissiaâ, premier président du Tribunal administratif, a évoqué l'article 26 du décret-loi n°87 qui exige la présentation des rapports de contrôle du financement des partis à une commission conduite par le premier président du Tribunal administratif et avec la participation du premier président de la Cour d'appel de Tunis et le président de l'Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Il a fait remarquer que l'article 26 ne comporte pas, cependant, des textes d'application ou des moyens matériels régissant le travail de la commission.
Pour sa part, Mourad Mahjoubi, responsable de la direction générale des associations et des partis politiques, a estimé que parmi les principales lacunes du décret-loi n°87, il y a la non-application du volet du financement public mentionné dans l'article 21 dudit décret.
Et de souligner « le nouveau projet de loi qui répond aux normes internationales (Commission de Venise) garantira le financement public pour tous les partis politiques sur toute l'année ».
Le nouveau projet de loi dont l'examen a démarré en 2018 avait fait l'objet de 5 concertations avec les partis politiques, mais n'a jamais été soumis à l'Assemblée des représentants du peuple.
Organisée par le Centre Kawakibi pour les transitions démocratiques, en collaboration avec le ministère des Droits de l'Homme et de la Relation avec les instances constitutionnelles et la société civile, cette conférence a pour objectif d'identifier les points faibles et les difficultés auxquelles sont confrontées les structures de contrôle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.