Prestation de serment du Gouvernement par l'image    WTA – Doha : Ons Jabeur s'arrête en quart de finale    Les réservations du Huawei Y7p sont ouvertes du 28 février au 5 mars 2020    l'UE prête à travailler avec le nouveau gouvernement de Fakhfakh    Tunisie : La nouvelle composition parlementaire    Zamalek – Espérance de Tunis : Quel onze de départ pour Mouiine Chaabani ?    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Coronavirus: Le président de la Lombardie se place en quarantaine    Tunisie : Le message de Kais Saïed aux nouveaux ministres    kasserine: l'école qui a perdu 5 institutrices ne suspend pas les cours    Nouveau gouvernement : Prestation du serment par les ministres    Jazz à Carthage 2020 : billetterie et informations sur le 15ème épisode    FTAV : La suspension de la Omra est une mesure de précaution provisoire    MEMOIRE : Mohamed Mohsen KAHIA    Coupe de Tunisie (16ès de finale) : les arbitres    En attendant les candidatures : Calendrier pour les élections des membres de la cour constitutionnelle    Prévention contre le coronavirus : Le masque n'est pas nécessaire pour les personnes saines    Fonds Mondial pour la Nature : Appel à aider au bannissement des sacs en plastique    Le Chef du gouvernement sortant Youssef Chahed remet au Président de la République le rapport des activités du gouvernement 2016-2020    Retour sur la visite effectuée par le Président de la République au siège du Ministère de l'Intérieur    Boxe : Les Tunisiennes Khouloud Hlimi et Mariem Homrani qualifiées pour Tokyo-2020        Au Théâtre de l'Opéra : La fantaisie zoologique de Saint-Saëns    Nabeul : Des ouvrières blessées dans l'explosion d'une bouteille de gaz à Menzel Bouzelfa    «Les Trois mystiques» de Karim Touwayma au Théâtre des Jeunes : Créateurs Authentique et beau…    Immigration clandestine : L'effet dissuasif du… coronavirus !    RESTART: Economie sociale et micro-entrepreneuriat pour les jeunes de 5 régions tunisiennes    Football : Programme TV de ce jeudi 27 février 2020    Qui est Mohamed Fadhel Kraiem, nommé ministre des TIC et de la Transition numérique ?    La Tunisie achète des avions militaires aux Etats-Unis    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    Le Phare de l'Entrepreneuriat : un concours entrepreneurial en Tunisie par JEY Entrepreneuriat    Le Président du Parlement transmet au Président de la République les résultats du vote de confiance au gouvernement Fakhfakh    Ligue 1 | Classement des buteurs : Okpotu prend le large    Coupe arabe (U20) : programme des quarts de finale    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    La CTA et la CORP s'invitent à Sfax    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 27 février à 07H00    Météo: Prévisions pour jeudi 27 février 2020    Un divan à Tunis : la Tunisie se livre sur ses tourments post-révolutionnaires    Ons Jabeur écarte de son chemin la 3ème mondiale Karolina Plíšková et se qualifie pour les quarts de finale du Qatar Total Open    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : un Français est mort à Paris    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre des banques à Beyrouth… Que se passe-t-il au Liban ?
Publié dans Tunisie Numérique le 24 - 01 - 2020

Les protestations sociales au Liban se sont transformées, ces derniers jours, en une guerre déclarée contre les banques. Chaque matin, les habitants de Beyrouth se réveillent sur le spectacle désolant des devantures des agences bancaires saccagées, et des distributeurs dévalisés, ainsi que les magasins des quartiers huppés. Durant la nuit, en effet, des inconnus envahissent le quartier des affaires et répètent chaque jour le même scénario macabre en s'attaquant à toutes les agences et distributeurs bancaires qu'ils rencontrent. Et ce, en l'absence de l'Etat, pour cause de démission du gouvernement et d'indisponibilité des forces de l'ordre. C'est à se demander qui est en train de faire bouger ces groupes fantômes de casseurs, et dans quel but.
Il faut reconnaitre qu'au départ de la crise, il y a eu des décisions restrictives prises par les directions des banques, dans leur majorité, privées et appartenant à de grandes familles aisées. Les banques, au début des troubles, il y a quelques semaines, ont du fermer leurs agences de peur des casseurs. Mais à leur réouverture, elles ont été prises d'assaut par les milliers de citoyens en manque de liquidités. S'en est suivie une mise à sac des réserves de ces banques, qui ont décrété, de leur propre chef, sans aucune décision des autorités, de restreindre l'accès à l'argent liquide. Créant, ainsi, une crise économique sans précédent dans le pays. Les banques ont, en effet, limité les retraits à 100 Euros par personne, dans les limites de leurs stocks de liquidités. Ce qui a paralysé tous les services du pays, à commencer par les commerces et, même, les hôpitaux qui ne pouvaient pas bénéficier de leurs avoirs pour faire tourner leurs services.
Du coup, les gens ont désespéré de faire la queue de longs moments, pour ne pouvoir retirer que 100 Euros. La crise de manque d'argent liquide en est devenue étouffante, au point que les gens ont commencé à avoir peur d'aller retirer de l'argent, car nombreux ont été sauvagement attaqués, pour la modique somme de 100 Euros.
La situation est devenue critique au point que la hargne des citoyens mécontents s'est retournée contre les banques, qui se sont retrouvées face aux vagues de protestations et aux assauts des casseurs. Le tout dans une absence et une indifférence totale des pouvoirs publics.
Le Liban a sombré dans un scénario qui n'est pas sans rappeler les premiers actes du « printemps arabe », quand de drôles de choses se passaient, quand des gens étaient tués, on ne sait par qui, et des milices qui sortaient à la faveur de la nuit tombée, sans qu'on sache qui ils sont, ni qui les manipule. Le tout, devant une inaction totale, et curieuse, des pouvoirs publics, qui semblent, presque, satisfaits de ce qui se passe !
Sommes-nous devant une deuxième vague de ce satané printemps arabe qui est en train de secouer les rares pays qui ont été épargnés par la première vague ?
Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.