CAN 2021 – Gr D : l'Egypte bat le Soudan et file en 1/8    Raoudha Karafi : Kaïs Saïed veut punir le CSM car il a refusé son ingérence !    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Tunisie : e-istichara.tn sur TikTok et Instagram    Qui a rédigé les questions des consultations populaires ? Le ministre de la Jeunesse répond    Béja: 500 nouvelles contaminations au Coronavirus    Grève: La Fédération générale des postes rejette la décision de la réquisition et saisit la justice [Audio]    Le parquet informé de la mort d'une personne, retrouvée inconsciente vendredi dernier près du Palais des congrès    Mesures sanitaires dans les écoles: Jalila Ben Khelil rassure [Audio]    Seulement 20% des Tunisiens respectent les mesures préventives ?    CAN 2022 – Algérie vs Cote d'Ivoire : Où regarder le match en direct ?    TPR : Progression du chiffres d'affaires de 13%    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    14 janvier: Un manifestant décède suite à la violence policière d'après le Mouvement des Citoyens contre le "coup d'Etat"    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hemili, le film qui brise tous les tabous    L'ordinateur portable HUAWEI MateBook 14 disponible en Tunisie : 5 raisons pour l'acquérir    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    CONDOLEANCES    Foot-Europe: le programme du jour    QNB – Résultats Financiers Q4 2021    2021, Une année de distinctions pour AMEN BANK    Démarrage du programme "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement" dans le cadre du projet "Scénarios Verts"    Tunisie – météo: Temps stable et légère hausse des températures    BILLET | Impact potentiel    Accusé dans l'affaire des assassinats des deux martyrs Belaïd et Brahmi, Mustapha Khedher libéré : Le mystère persiste    Tunisie : Grève des agents municipaux    Covid-19 | Bizerte : 41 établissements éducatifs fermés et appel à la reprise des cours    Les assignés à résidence de la semaine dernière ont été libérés par la justice    Les conséquences de la hausse des prix de pétrole sur la Tunisie    CAN 2021 : Le programme détaillé des 8e de finale    Tunisie-Gambie : Un arbitre mexicain au sifflet    Indécent !    AS Rejiche : Jassem Hamdouni de retour    Partenariat public-privé : Près de 230 concessions accordées entre 2017 et 2021    La Tunisie exporte des oranges maltaises vers Marseille    OPINION: Le jeune cinéma tunisien à l'heure des défis    CAN 2022: L'équipe de la Tunisie la plus touchée par la Covid, 13 cas recensés (liste)    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hmili, au cinéma    Violences policières Des organisations nationales exigent des excuses officielles de Kaïs Saïed    France : Blanquer à Ibiza alors que sa gestion du Coronavirus fait jaser, ça fait tache    Le bâtiment Kobbet Lahoua à la Marsa classé monument historique    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Aux éditions LALLA HADRIA : «En Tunisie» de Jellel Gasteli    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Macron chez MBS : Les dessous d'un quasi baisemain à un homme accusé de milliers de crimes au Yémen
Publié dans Tunisie Numérique le 06 - 12 - 2021

L'émission Enquête exclusive sur M6 est revenue hier dimanche 5 décembre sur des présumés crimes de guerre au Yémen, par milliers, au nom du mandat des Nations unies pour rétablir dans ses fonctions le président Abd Rabbo Mansour Had, réfugié en Arabie saoudite. Justement cette dernière, aux côtés des son allié, les Emirats arabes unis, est accusée de viser délibérément des civils à travers des bombardements ariens aveugles qui auraient fait 9000 victimes civiles. Ce rappel de la chaîne française intervient au moment où le président Emmanuel Macron vient de boucler une tournée dans les pays du Golfe. On se souviendra longtemps de cette image de Macron et du prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane (MBS), tout sourire, après la virée chez Mohammed ben Zayed ben Sultan…
Presque un baisemain de la part du président français, c'est bien ce qu'on a vu à Riyadh. L'image aurait pu amuser si derrière cette affaire il n'y avait pas une "guerre sale" qui a déjà fauché plus de 230000 personnes. Un conflit où chacun tire sur tout le monde, où des puissances étrangères se font une guerre par procuration : derrière les rebelles houthis il y a l'Iran et derrière les forces gouvernementales l'Arabie soudite et les Emirats arabes unis, drapés dans une légitimité internationale qui autorise toutes les atrocités… Pour le moment car il y a des plaintes déposées en France notamment pour crimes de guerres et contre crimes contre l'humanité.
Ces plaintes ont très peu de chances d'aboutir, il faut le souligner, mais elles existent, et c'est un opprobre de plus sur le dos de MBS, accusé d'avoir commandité le meurtre atroce du journaliste Jamal Khashoggi, ce qui l'oblige à rester cloîtré en Arabie saoudite et à éviter soigneusement les pays occidentaux, notamment les USA. Mais tant pis, s'il ne va pas vers eux, ce sont eux qui viennent vers lui, à l'instar du déplacement de Macron…
La France a bien profité des bisbilles entre les Etats-Unis et l'Arabie pour s'installer un peu plus. En 2020 Riyadh est devenu le premier client de l'hexagone pour les ventes d'armes. Et certaines de ces armes ont sûrement aidé à décimer des civils au Yémen. Mais il n'y pas que l'armement français en cause, il y a aussi les avions de combat américains et britanniques vendus à l'Arabie saoudite et aux Emirats. Et on est à peu certain que parmi les dizaines de Rafales français que vient de se procurer Abou Dhabi, certains se retrouveront sur le théâtre de guerre yéménite, pour le plus grand malheur des civils…
Derrière le quasi baisemain de Macron à Ben Salmane il y avait aussi ça : "Business as usual". Riyadh et Abou Dhabi s'arment plus que de raison parce que leur puissant voisin, l'iran, leur inspire une trouille bleue et parce qu'ils cauchemardent à l'idée d'être un jour attaqués et envahis ; mais ils s'arment aussi au nom d'une guerre confessionnelle irrationnelle dont les seuls à payer le prix sont les civils, et pas les dirigeants planqués dans leurs palais feutrés…
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.