Tunisie – Pour quels candidats et quels partis les tunisiens ne vont pas voter ?    USBG-CA : qui sera le quatrième ?    Ligue 1 : L'ESS assure l'Afrique, le SG relégué et le Champion encore battu    Les pays africains dans le dernier Classement FIFA / Coca-Cola    En vidéos : Parc d'activités à Zarzis, un pôle économique majeur de La Méditerranée est né    Aujourd'hui, dernier délai pour l'inscription aux élections 2019    ESS-CA : un Classique pour l'Afrique    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Après l'incarcération des 2 Premiers ministres algériens Ouyahia et Sellal, les anciens hauts responsables ont la peur au ventre    Sonia Ben Cheikh et Abdelkrim Zbidi supervisent la clôture de la saison sportive militaire    Météo du Weekend, températures en légère baisse aujourd'hui    Tunisie- Bac 2019: un candidat agresse un professeur à Siliana    Tunisie- Il la viole dans un cimetière.. la chambre criminelle rend son verdict    Tunisie: Arrestation en mer de 28 africains en majorité étudiants entrain d'immigrer clandestinement    Devant la mascarade survenue à l'ARP : Nabil Karoui est plus que jamais attaché à son droit constitutionnel de se présenter aux élections    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur annonce un nouveau plan contre la migration clandestine    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément    Levée par la CAF de la suspension de 6 mois infligée à l'arbitre égyptien Jihad Greisha : il n'y avait donc pas d'arbitrage partial en faveur de l'EST à Rabat !    MEDIA LOVES TECH est de retour pour une deuxième édition!    Tunisie: Une décision judiciaire ôte toute légitimité juridique aux deux clans de Nidaa Tounes    Smartfuture, partenaire de Microsoft et représentant officiel de Certiport en Tunisie, organise le Championnat Microsoft Office Specialist Tunisie 2019    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Tunisie: Soutien de Nidaa Tounes à Nabil Karoui, “pourquoi pas”, répond Néji jalloul    Programme TV du vendredi 14 juin    Tunisie – Bac 2019 : Examens des Maths des sections Techniques,Economie, Sciences Exp. et Sport    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    Classement FIFA : La Tunisie gagne trois places (25e)    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Championnat d'Angleterre : Les dates des chocs de la saison 2019-2020    Tunisie : La HAICA appelle Nessma TV à suspendre immédiatement la transmission    Tunisie – Météo : Températures en hausse atteignant 46 degrés sur le sud avec coups de Sirocco    Attaques de deux pétroliers en mer d'Oman-Washington accusée de “sabotage diplomatique”    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    L'arrivée des armes et la présence des terroristes en Libye dénoncées par la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    TTS accueille le premier vol charter touristique via Iraqi Airways de retour en Tunisie depuis 28 ans    Le blocage de la transition démocratique en Tunisie impactera la région, déclare Jean Pierre Raffarin    Tunisie: Approbation par le FMI d'un versement de 247 millions de dollars    Tunisair Express et Tunisie Telecom, une confiance renouvelée    Arabie Saoudite : IMAGES : 26 blessés par un missile des houthis qui a frappé l'aéroport d'Abha au sud du Royaume    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition duTABARKA SKY LANTERN FESTIVAL «حلمة »    Lancement des travaux de restauration du site archéologique d'Oudhna (Photos)    Le Maréchal Haftar remet à l'Egypte le terroriste égyptien le plus recherché, Hicham el-Achmawy arrêté à Derna en octobre 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika voulait entraver l'alternative démocratique en Tunisie, affirme un homme politique algérien
Publié dans Tuniscope le 22 - 05 - 2019

Saïd Sadi, homme politique algérien, commente les révélations de l'ancien président Moncef Marzouki sur le rôle du régime de Bouteflika dans le soutien à la contre-révolution dans ce pays voisin en écrivant un long manifeste sur son profil Facebook et dans lequel il explique tous les détails des faits.
« On se souvient qu'après la chute de Ben Ali, Bouteflika, manipulateur invétéré, avait tenté de rattraper ses intrigues en recevant l'islamiste Ghannouchi avant même le président en exercice… Un certain Marzouki. Faute d'avoir sauvé le roi de Carthage et sa sulfureuse épouse, il lui fallait travailler à renforcer l'influence des frères musulmans dans le nouveau pouvoir pour entraver l'alternative démocratique pour laquelle s'était soulevé le peuple tunisien », confirme Sadi.
« Le pouvoir algérien qui a fait de la non-ingérence son credo diplomatique a donc soutenu des forces contre-révolutionnaires (une forme de déclaration de guerre au peuple) dans un pays proche et frère sans avoir informé les citoyens ni même son parlement croupion. Combien de fois des puissances étrangères ou des factions antidémocratiques ont-elles été appuyées par Alger contre leurs populations à l'insu des Algériens, uniquement pour étouffer les contagions progressistes ? Inversement, combien de puissances étrangères ont travaillé et travaillent encore chez nous pour freiner ou empêcher l'émergence d'un pouvoir transparent conforme à la volonté du peuple ? », s'interroge-t-il.
Sadi, qui dit connaître Marzouki, psychiatre comme lui, depuis les années 1980, ne partage cependant pas tous ses points de vue. « Moncef Marzouki (…) signale, à juste titre, que les Emirats arabes unis, cherchent à établir, souvent avec l'assentiment saoudien, une forme d'annexion doctrinale sur le sous-continent nord-africain, perçu, à raison, comme une matrice démocratique alternative pouvant faire pièce à un Moyen-Orient idéologiquement hégémonique. (…) Il omet cependant de dire que les soutiens turc et qatari ne sont pas aussi désintéressés que peut le laisser entendre son écrit. Aujourd'hui, les deux courants tunisiens qui se disputent les faveurs de l'internationale des frères musulmans et qui ralentissent, autant qu'ils le peuvent, l'accomplissement de la révolution citoyenne, sont directement perfusés par Ankara et Doha. »
Il lui reproche par ailleurs « son panarabisme qui a progressivement mué en mystique arabo-islamique », et le fait d'épargner l'intégrisme.
« Cependant, malgré son caractère partisan voire, par certains aspects, sectaire, l'intervention de Marzouki a le mérite de soulever implicitement un problème de fond qui impacte directement la révolution algérienne et nos deux voisins », reconnaît Sadi, qui ajoute : « Devant ces contraintes géopolitiques, économiques, sociales et culturelles, les régimes en place, autoritaires ou autocratiques, se suppléent sans vergogne contre leur peuple. De leurs côtés, les factions islamistes tissent des réseaux quasi-mafieux avec la bénédiction de puissances étrangères dont le moins que l'on puisse dire est qu'elles ne sont pas des étalons de démocratie. Les courants démocratiques nord-africains, eux, sont interdits de contacts. Pire, l'autocensure les a convaincus que leur relation était incestueuse. »
Et à l'ancien président du RCD de plaider de nouveau pour l'idéal nord-africain : « Les seules options politiques et historiques qui peuvent revendiquer un minimum de légitimité sont celles qui œuvrent à un rassemblement démocratique. Aujourd'hui, la révolution algérienne porte spontanément l'emblème nord-africain dans la rue. Il y a quelques semaines, les foules du stade de Casablanca ont crié leur soutien à leurs frères de l'est. Depuis février, les intellectuels tunisiens suivent notre combat avec autant de ferveur et de fébrilité que s'il y allait de leur propre destin. »
« La révolution en cours gagnerait à ne pas perdre de vue la dimension régionale de sa lutte. C'est l'une des conditions de son succès. », conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.