Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Tunisie – Kairouan : Les malades chroniques appelés à ne pas se déplacer vers les centres de santé    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OSAE appelle à exclure l'agriculture des conventions internationales dont l'ALECA
Publié dans Tuniscope le 06 - 07 - 2020

L'observatoire de la Souveraineté Alimentaire et de l'Environnement (OSAE) a appelé, samedi, à exclure le secteur agricole de toutes les conventions internationales dont l'Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), les accords bilatéraux et ceux de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), dans une démarche volontariste de rupture avec le système alimentaire mondial et du marché alimentaire global.
Dans une note intitulée ” Le Covid-19 et maintenant ? “, comportant dix réformes urgentes visant à asseoir une agriculture vivrière durable, écologique et inclusive en Tunisie, l'OSAE a également mis l'accent sur la nécessité de faire de l'eau un bien commun non privatisable et accessible gratuitement sans conditions.

” Au-delà des besoins réels, l'accès à l'eau doit être payant à un tarif élevé de manière à empêcher toute forme d'appropriation, de pollution et de gaspillage “, souligne l'Observatoire, appelant à limiter drastiquement, par interdiction et/ou sur-taxation, l'exportation de tout produit agricole, alimentaire ou non, issu de l'agriculture irriguée.

Sur un autre volet, l'organisation a jugé impérieux d'imposer systématiquement le principe du ” pollueur ou destructeur, payeur ” à tout acteur économique ou institutionnel, y compris les institutions étatiques et à interdire tout usage de pesticides chimiques cancérigènes dans l'agriculture.

Elle a, à cet égard, insisté sur la mise en place d'un système Bonus / Malus écologique pour l'attribution des subventions, crédits et autres soutiens financiers de l'Etat (par exemple, moins de pesticides et antibiotiques et plus de semences et variétés locales = bonus élevé).

L'observatoire a, par ailleurs, recommandé de réserver les subventions et les aides publiques aux productions agricoles alimentaires destinées au marché local.

Pour changer de paradigme et passer à une politique agricole sociale, écologique, équitable et durable avec la paysannerie au cœur du système et la souveraineté alimentaire, l'OSAE a proposé de mettre au point des normes et des règles strictes visant à réduire fortement la rentabilité des élevages ” industriels ” et à favoriser les pâturages sur prairies naturelles et parcours.

Nécessité de promouvoir l'agroécologie

L'OSAE a aussi appelé à l'impératif d'interdire pendant au moins 25 ans, toute activité économique ou non, y compris agricole ou la construction, à l'emplacement de toute forêt incendiée, volontairement ou accidentellement, ou coupée.

D'autre par, l'observatoire a plaidé en faveur d'une réforme agraire radicale qui fixe la taille minimale à 5 hectares indivisibles (sauf dans les oasis anciennes) et la taille maximale à 100 hectares, avec des ” paliers ” intermédiaires inversement proportionnels à la pluviométrie moyenne : plus la pluviométrie est élevée, moins le plafond est élevé.

Il a souligné, en outre, l'impératif de redistribuer les terres ” domaniales ” par petites surfaces d'environ 5 à 10 hectares indivisibles et non ” revendables ” pendant une période de 30 ans ou plus, au profit des héritiers éventuels des anciens propriétaires, quand c'est le cas, des paysans sans terre ou ceux ayant moins de 5 hectares et aux jeunes sans emploi fixe à commencer par les enfants des paysans.

Pour l'organisation, adopter les principes fondamentaux de l'agroécologie et en encourager les pratiques par tous les moyens, y compris financiers quand c'est nécessaire, demeure aussi une mesure urgente à engager.

Elle a, dans ce contexte, appelé à l'enseigner dans les écoles et les universités spécialisées dans les domaines de l'agriculture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.