Ennahdha, Qalb Tounés et Al-Karama sur la même longueur d'onde: Alliance stratégique ou rapprochement ponctuel ?    Football : Programme TV de ce dimanche 05 juillet 2020    Ghazi Gherairi, Ambassadeur de Tunisie auprès de l'UNESCO, à La Presse: « Une diplomatie tunisienne de premier plan dans le domaine de la culture voit le jour »    La Tunisie enregistre le moins de cas actifs de Covid-19 en Afrique du Nord    L'artisanat du cuivre à Kairouan: Beaucoup de difficultés freinent sa promotion    Optimiser les espaces: Exploiter les volumes sans encombrer    Le rappeur Kanye West, candidat à la présidence des USA    Baseball et softball — promotion de sports anglophones en Tunisie: Découvrir un sport exotique    Italie : Gianluigi Buffon bat un nouveau record    Mondher Almia, ancien gardien de but du CAB: «Le conseil municipal est le premier responsable»    Hamdi Nagguez, le maillon manquant «Sang et Or»: Valeur sûre    Point de vue: Chimères sportives...    49 Tunisiens arrivent à Ras Jedir    Reportage – Souk Ennhas de la Médina: la dinanderie revisitée    L'ail, pour lutter contre la chute des cheveux !    Décès de la légendaire actrice égyptienne Ragaa El Gedawy, emportée ce dimanche par le COVID-19    USA : Le rappeur Kanye West est candidat à la présidence    Egypte : Décès de l'actrice Raja Jaddaoui des suites de son atteinte par le covid    Covid : La Libye enregistre le plus grand nombre de nouveaux cas par jour    La Presse Magazine du 05 Juillet 2020 consultable sur notre site    Le projet de l'Académie de Police à Enfidha sera-t-il réalisé par une entreprise de construction étrangère ?    Santé militaire: Zéro Covid-19 dans l'armée et soutien précieux à tout le dispositif    Tunisie – Abdellatif Makki a mal choisi son thème de campagne en la personne de Sonia ben Cheikh    Allemagne : Le Bayern Munich réalise le doublé    Les pertes de la CPG ont atteint 480 MD en 2019    Abir Moussi : « l'agenda des Frères a été élaboré de manière à pousser les institutions publiques vers la faillite »    Telnet Holding : Paiement des dividendes à partir du 15 juillet 2020    Fermeture des frontières et Covid-19 : Chute des recettes touristiques de 47%, à fin juin 2020    Théâtre : Candidatures ouvertes pour les JTC 2020    Financement des partis politiques : Les multiples failles d'un système de contrôle défaillant    Pandémie de Covid-19 : Le secteur du cuir et de la chaussure touché de plein fouet    Retour de l'aigle sur les nouveaux maillots de l'Equipe nationale    Projets de partenariat entre la DRV allemande et la FTAV    20 Saoudiens jugés par contumace en Turquie    «USMO-ESR», choc des demi-finales de la Coupe    Crédulité et perversion : Au nom du sacré....    Les enfants font leur festival    Entre K-pop et buchaechum, tout un éventail...    Tunisie: L'INLUCC a remis 122 dossiers relatifs à la corruption à la justice    "Bassamet" : un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique en 5 phases    M. Ferid Makni, professeur retraité et bénévole, à La Presse : « Le Casino de Sfax renaît de ses cendres »    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La stratégie de la BAD pour améliorer la sécurité alimentaire au Maghreb
Publié dans WMC actualités le 27 - 10 - 2016

"L'agitation sociale qui a commencé fin 2010 en Tunisie, pour s'étendre par la suite à d'autres pays, a également attiré l'attention sur l'importance de l'agriculture. Les jeunes ont réclamé l'inclusion économique et une plus grande justice sociale. Pour atteindre ces objectifs, il faut accorder une attention particulière à l'arrière-pays qui dépend principalement de l'agriculture (directement ou indirectement) pour des moyens de subsistance".
C'est ce qu'indique un rapport de la BAD (Banque africaine de développement) intitulé "Production agricole, sécurité alimentaire et haute valeur ajoutée en Afrique du Nord", qui propose une stratégie visant à améliorer la sécurité alimentaire, tout en réduisant la pauvreté rurale et l'inégalité rurale-urbaine, en augmentant la part de la valeur ajoutée qui revient aux agriculteurs.
Cette stratégie de la BAD s'articule autour de quatre composantes: une participation optimale aux marchés mondiaux et la mise en place d'une réserve alimentaire de sécurité, un soutien plus fort aux producteurs nationaux (en particulier les petits exploitants familiaux), pour mieux les relier aux marchés nationaux et internationaux, l'introduction de nouveaux programmes de filets de sécurité sociale fondés sur les transferts en espèces et la mise en place de nouvelles institutions économiques inclusives qui représentent les petits agriculteurs et assurent leur participation active au processus d'élaboration des politiques.
Partant du constat que "la consommation calorique des pays nord-africains dépend environ pour moitié des importations de denrées alimentaires", la BAD estime nécessaire de mettre en place plusieurs mesures pour augmenter la production nationale.
Il s'agit de renforcer les incitations pour les producteurs locaux, dont la vaste majorité sont des petits exploitants et des familles d'agriculteurs, d'améliorer leur connexion aux chaînes de valeurs et aux marchés nationaux et internationaux et leur assurer un meilleur accès au crédit, à la terre, aux facteurs de production et à la technologie.
Des programmes dédiés spécialement aux jeunes agriculteurs et aux agricultrices sont en outre nécessaires pour aider ces derniers à accroître leur productivité. Toujours d'après le document, il serait plus judicieux, également, d'élaborer des politiques sociales qui dépendent moins des contrôles et des subventions de prix mais plus des transferts directs d'argent vers les foyers pauvres seraient plus appropriées.
Dans ce cadre, la BAD révèle que pour certains observateurs les hausses de prix des denrées alimentaires comptent parmi les facteurs à l'origine des révolutions survenues en Egypte, au Maroc et en Tunisie, au vu que la part moyenne du budget des ménages consacrée à l'alimentation est de 43,8% en Algérie, 40,8% au Maroc, 38,3% en Egypte et 35,8% en Tunisie.
Les changements climatiques mis en index...
Par ailleurs, l'institution financière africaine a recommandé de procéder à des investissements pour renforcer l'efficience des systèmes d'irrigation et accroître les rendements, d'autant plus que les changements climatiques rendent la situation encore plus difficile en Afrique du Nord.
En fait, les températures moyennes dans cette région ont déjà augmenté d'un ou de deux degrés Celsius entre 1970 et 2004 et sont susceptibles d'augmenter de 0,9 à 4,1°C supplémentaires d'ici la fin du siècle.
Le volume de précipitations risque de baisser de 25% et avec la hausse des températures, le taux d'évaporation risque d'augmenter de 25%. Cela signifie que la disponibilité des eaux de pluie pourrait diminuer de 50%, ce qui risquerait d'entraîner une baisse supplémentaire de 15 à 25% des rendements céréaliers en Afrique du Nord.
Le rapport de la BAD pointe également d'autres problèmes de l'agriculture en Afrique du Nord, tel que le fait que la majorité des exploitations fait l'objet d'une gestion familiale, et ne contrôlent qu'une faible proportion de la superficie totale de terres agricoles.
Il ressort, également, que la part de financement de l'agriculture est extrêmement faible par rapport à la contribution de l'agriculture dans l'économie. Beaucoup de familles d'agriculteurs en Afrique du Nord ne possèdent pas de titres de propriété pour leurs exploitations de très petite taille.
Beaucoup d'études montrent que le retour sur investissement dans la recherche agricole est généralement très élevé et se situerait, selon les estimations, à 36% pour les pays arabes. Cela étant, l'investissement de l'Afrique du Nord dans la recherche se situe entre 0,4 et 0,9% du PIB agricole, ce qui est largement inférieur au taux d'environ 2,4% observé dans les pays de l'OCDE et de 1,5% observé dans les pays performants d'Amérique latine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.