Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Retour à la normale    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Erdogan met en question la santé mentale de Macron    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    FC Barcelone vs Real Madrid: où regarder el Clasico du 24 Octobre 2020    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    DECES : Pr Farouk Benna    Tunisie: Un différend entre un agent de la Garde nationale et un jeune se termine par un meurtre    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Athlétisme | Dans la perspective des échéances internationales : Onze athlètes en stage à Aïn Draham    NEWS | Bédoui intègre les rangs d'Al Koweït SC    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    La saison 20-21 frappée du Covid-19 : Enormément de contraintes !    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Ben Salah et le chancelier Kreisky    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Un Tunisien obtient gain de cause contre le ministre des Affaires Etrangères    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    Des délégations militaires des camps en conflit en Libye signent un accord de cessez-le-feu à Genève    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face au Covid-19, ce que les PME ont fait et ce qu'elles comptent faire
Publié dans Business News le 27 - 09 - 2020

Les PME et TPE tunisiennes étaient déjà bien en difficulté avant la crise Covid-19, avec un accès limité aux financements et une pression fiscale de plus en plus importante. La pandémie a envenimé les choses, beaucoup d'entreprises ayant été obligées d'interrompre leurs activités. D'ailleurs, nombreuses sont celles qui n'ont pas pu reprendre leur activité et une large proportion appréhende la deuxième poussée épidémiologique. C'est ce que révèle le Baromètre Miqyes.

La 4éme édition du sondage réalisé par la Conect en partenariat avec le Pnud et le cabinet HLB GSAudit&Advisory a été présenté cette semaine, avec édition spéciale post Covid-19.
L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 500 PME, employant de 6 à 199 salariés. Elle s'est déroulée entre le 3 août et le 4 septembre 2020. La méthode utilisée est quantitative basée sur l'administration d'un questionnaire structuré par téléphone. Des quotas par secteur, taille de l'entreprise et gouvernorats ont été établis en se basant sur les données les plus récentes du répertoire national des entreprises.

Ainsi, on apprend que 89,8% des PME sondées ont subi un impact négatif suite au confinement et à la pandémie : 34% ont pâti d'un arrêt de l'activité, 18,3% de tensions de trésorerie, 17,9% de baisse ou annulation de commandes de clients, 16,8% de ralentissement de l'activité, 14% de baisse de la fréquentation des clients et 11,9% de fermeture de l'entreprise. Pire, la moitié des entreprises ne disposent pas de plans de préparation aux crises et ne comptent pas en mettre un en place.

En ce qui concerne le télétravail, il peut être comparé à un service minimum, n'étant pas adapté à l'environnement professionnel. 63% des entreprises n'ont pas eu recours au télétravail et seulement 8,2% ont opté pour le télétravail. Par secteur d'activité, l'usage du télétravail a été massif dans le secteur des services avec un basculement total pour 22% des PME et un usage partiel pour 33% des PME. Le télétravail n'a pas dépassé les 30% chez les PME dirigées par de jeunes entrepreneurs, toutes activités confondues. Seulement 0,4% des PME industrielles ont totalement opté pour le télétravail. 76% des PME industrielles n'ont pas opté, même partiellement, pour le travail à distance.
Autre fait important, les femmes (pour 20% des entreprises) ont été plus affectées que les hommes (pour 10% des entreprises) par la fermeture des jardins d'enfants/écoles. Pour le reste, l'impact était le même, ou n'a même pas été ressenti.

Concernant la réaction face à la pandémie et au confinement, 50% des entreprises ont adopté un comportement attentiste. 15,4% ont eu recours aux services de livraison pour s'adapter et seulement 10% des entreprises ont aménagé ou reconverti leur activité pour répondre aux besoins liés à la pandémie Covid-19.

S'agissant des mesures d'assistance gouvernementale, 15,8% des responsables de PME n'étaient pas informés et 38,6% n'ont pas déposé de demandes d'assistance. Seulement 18,4% des PME sondées ont bénéficié des mesures de soutien gouvernementales. Dans le Sud, aucune PME n'a bénéficié effectivement de l'assistance du gouvernement

En ce qui concerne l'activité économique post-Covid, 17,6% des PME interrogées déclarent être encore en situation de blocage total, sans reprise d'activité économique et 50,4% évoquent une reprise lente et préjudiciable. Autre résultat important, 4,2% des PME projettent de fermer dans les 6 prochains mois.
Les entreprises bloquées invoquent pour la non-repris, le statu quo au niveau des pouvoirs publics et la situation générale du pays, outre une forte baisse attendue du chiffre d'affaires.
S'agissant la reprise lente, elle serait due, selon les entreprises interrogées, à une forte baisse de la demande et du pouvoir d'achat.

En réponse à une question sur les mesures supplémentaires que le gouvernement devrait prendre pour atténuer l'impact sur les entreprises, 47,8% d'entre elles réclament de la trésorerie, 24,8% réclament une baisse d'impôts alors que 24% veulent un meilleur climat des affaires et une meilleure application de la loi.
Au volet financier, seulement 17% des entreprises sondées déclarent avoir bénéficié d'une augmentation de leur autorisation de découvert bancaire suite à la conjoncture liée au Covid.

Parmi les résultats les plus importants du sondage, on note que 42% des PME interrogées appréhendent la deuxième vague du Covid-19, estimant qu'elle pourrait menacer leur activité dans les six mois à venir. Questionnées sur les changements envisagés pour faire face à la situation, 40% comptent adopter une attitude attentiste face à cette nouvelle situation. Le reste des PME optent pour des solutions variées d'ordre sanitaire, d'austérité, de changement, etc.
On notera cependant que les PME de plus de 50 salariés sont nettement moins attentistes que celles plus petites. Leurs solutions sont principalement d'ordre physique (surfaces, locaux, relocalisation, consignes sanitaires). 10% d'entre elles envisagent une diversification de leurs activités.
En outre, le tiers des répondants disent avoir l'intention de digitaliser durablement leur activité et 16,8% affirment avoir opté durablement pour le e-commerce.

Interrogés sur l'identification de nouvelles opportunités de Business, 26,6% des décideurs ont répondu en avoir principalement par l'exploration de nouveaux marchés et la diversification de leurs produits. Seulement 17,3% d'entre eux ont travaillé sur la digitalisation de leur activité.

La première vague du Covid-19 a ravagé les entreprises tunisiennes et particulièrement les PME. Plus de 50% tournent au ralenti alors que près de 18% n'ont pas encore repris leur activité. C'est donc normal que plus de 40% d'entre elles appréhendent une deuxième vague. Le pire, c'est que la situation épidémiologique est en train de se compliquer, les cas de contamination augmentant exponentiellement. Les blocages risquent de se multiplier et sans un soutien sérieux avec une application réelle des mesures d'aides aux entreprises, plusieurs PME vont dépérir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.