Tunisie: Les jeunes, la révolution et les réformes    Tunisie – Suspension d'un professeur pour suspicion de harcèlement sexuel    Tunisie – Pas d'affrontements entre les sécuritaires et des terroristes à Kasserine    Tunisie – Reprise des manifestations culturelles    Manifestation aujourd'hui à l'appel de partis et d'organisations de gauche    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun et le FMI    Hichem Mechichi inaugure le projet de raccordement de Djerba au gaz naturel    L1 : L'US Ben Guerdane renverse l'US Monastir et devient 2e    Mohamed Rabhi : La levée du confinement obligatoire pourrait être révisée    Jeux olympiques Tokyo 2021: la liste de la Tunisie pour le TQO    Un pays aux abords de la crise des nerfs !!    « My GAT » : Une action de parrainage qui vous fait économiser jusqu'à 300DT par an sur votre prime d'Assurance auto    Nouveau volet de sanctions américaines    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Rahoui appelle à des élections anticipées en 2022    En photo : La statue d'Ibn Khaldoun cible de tags    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Othman Babba dans la ville    Entre le choix et l'obligation    Festival des expressions féminines    CAN U20 : "Face à la Gambie, nous avons livré notre meilleur match" (Kanzari)    Marche à Habib Bourguiba : les manifestants revendiquent la chute d'un système gangréné    Tunisie [Vidéo]: Colère des Agences de publicité et de communication après l'enlèvement des panneaux de publicité par la municipalité de Sfax    Reprise des horaires administratifs ordinaires    Ligue des champions : un parfum de revanche pour l'Espérance de Tunis contre le Zamalek    Hichem Mechichi ne démissionnera pas    Tunisie- Coronavirus: Liste des nouvelles mesures préventives dès le 08 mars 2021    CONDOLEANCES    Inlucc | Lanceurs d'alertes et dénonciateurs : Le processus de protection pointé du doigt    Initiative Reverdir la Tunisie : Soyons une partie de la solution, plantons un arbre pour le clima    Natation | En prévision des J.O. de Tokyo : Second stage pour Hafnaoui en Turquie    Importation de légumes : Inquiétudes sur la santé des consommateurs    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    LC Afrique (Poules / 3èJ): les matches de ce samedi    « Sortilèges d'une jeunesse », mémoires de Abdeljelil Karoui : Un véritable morceau de bravoure !    Par Hadi Sraïeb: La logique du FMI fait partie du problème et pas de la solution !    Tunisie: Hichem Mechichi annonce un plan de recrutement de 3.000 diplômés de doctorat    Météo : Temps passagèrement nuageux sur la plupart des régions    Le taux d'inflation se stabilise à 4,9% en février    Les revers de la technologie    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour Mechichi, un coussin pas très confortable
Publié dans Business News le 23 - 11 - 2020

Le chef du gouvernement a tout misé sur son alliance avec Ennahdha et Qalb Tounes pour garantir sa place à la Kasbah. Il a tout misé quitte à grandement mécontenter celui qui l'a désigné pour former un gouvernement loin des tiraillements politiques, le chef de l'Etat, Kais Saïed. Son « coussin » comme il aime à le qualifier ne lui est pourtant pas très confortable. Au premier grand test, à savoir les débats sur la loi de finances complémentaire 2020 et le projet de la loi de finances de 2021, ceux qui sont supposés le soutenir, lui font faux bond.

Cela fait plusieurs semaines que la polémique ne cesse d'enfler autour de la LFC présentée par l'équipe Mechichi. Dans les circonstances de crise sanitaire mondiale ayant impacté l'économie nationale, déjà vacillante, la Tunisie affiche un déficit budgétaire que le gouvernement n'arrive pas à comble pour clôturer le budget de 2020. La Banque centrale est sollicitée pour renflouer les caisses. Sauf que la BCT rechigne à s'engager dans un processus qui risque d'aggraver la situation. Une sorte de bras de fer est engagé entre le chef du gouvernement et le Gouverneur de la BCT. Par déclarations opposées, ils prennent à partie la classe politique et le peuple en avançant leurs arguments. Hichem Mechichi veut à tout prix boucler son budget, Marouen Abassi a à cœur de ne pas déséquilibrer la politique monétaire. Le Gouverneur de la BCT conditionne une éventuelle aide par la nécessité d'une autorisation législative exceptionnelle du Parlement.
La situation de blocage est telle que le président de la République intervient pour appeler à la raison et au consensus pour trouver des solutions à la crise.
Mais du côté du Bardo, on ne soutient pas non plus la LFC. Celle-ci est d'ailleurs refusée une première fois par la Commission des finances, et ce ne sont pas seulement les opposants au gouvernement qui ont montré les crocs, mais ses « instables » alliés.


A la première occasion, la solidité de l'alliance entre Mechichi et les deux partis vainqueurs des législatives vacille. Tout d'abord Qalb Tounes, le parti qu'on a tenté d'exclure et qui revient en force de par l'entente avec Mechichi. Qalb Tounes s'est carrément opposé à la loi de finances complémentaire et annoncé qu'il votera contre. Coup dur pour le chef du gouvernement qui comptait sur la trentaine de députés du bloc pour améliorer ses chances.
Dirigeant du parti et vice-président de la commission des finances à l'ARP, Yadh Elloumi explique que son parti demande un dialogue étendu sur l'état des finances publiques et la situation économique. Il estime que plusieurs irrégularités sous-tendent la LFC, notamment en ce qui concerne la valeur des prêts et leur utilisation ou les données relatives aux dépenses et à la dette publiques. Pour Yadh Elloumi, Qalb Tounes refuse d'être un faux témoin de magouilles et de dépenses inutiles. Dans le collimateur Qalb Tounes aussi, le projet de la loi de finances de 2021. Le parti de Nabil Karoui critique en effet l'absence d'hypothèses réalistes ce qui nuirait à la gestion des deniers publics, à l'encouragement de l'investissement et à la situation sociale plus globalement.

Pour ce qui est d'Ennahdha, un long communiqué du Conseil de la Choura, publié lundi 23 novembre, a égrené un nombre de recommandations qui sont à des années lumières du soutien qu'attendait Mechichi. Après avoir exprimé sa grande préoccupation quant à la détérioration sans précédent de la situation économique et sociale dans le pays, la Choura a épinglé les faiblesses du projet de loi de finances. Point par point, le mouvement démonte les mesures proposées, estimant que le PLF n'a pas pris en considération la gravité de la situation, manque de cohérence, de visibilité et de stratégie claire. Autrement dit le projet de loi de finances est mis au pilori et avec l'entente tacite avec Hichem Mechichi.
Ennahdha appelle « son » chef du gouvernement à réviser les hypothèses budgétaires en se basant sur « des hypothèses plus réalistes » dans le but d'éviter l'ajustement répétitif des budgets. Ainsi, il lui a recommandé de prendre en compte les éventuelles répercussions du développement de la crise actuelle, ce qui nécessite, selon le mouvement, la rationalisation des dépenses, l'optimisation des importations et le renforcement du contrôle sur toutes les formes d'évasion fiscale. La Choura l'exhorte aussi à mettre en place un plan détaillé pour lutter contre toutes sortes de corruption, à réduire la pression fiscale, à coordonner plus sérieusement avec la Banque centrale, à engager des mécanismes pour maitriser la dette publique, etc.

Alliance bringuebalante que celle dans laquelle s'est engagé Hichem Mechichi. Son « coussin » qu'il voulait douillet, sort les épines à la première étape importante. Il a pris un risque de par son accointance avec Ennahdha et Qalb Tounes et il n'est pas à écarter qu'à l'avenir il en payera cher le prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.