Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Bilan Covid-19 : 71 décès et 2228 nouveaux cas en 24h    Affaire Sidi Hassine-Sijoumi : Manifestation à l'avenue Habib Bourguiba    Tunisie – Le tribunal administratif rejette les recours déposés par le magistrat Taïeb Rached    Le chef de la diplomatie britannique répond sèchement à Macron ...    Equipe nationale : 4 joueurs quittent le stage avant d'affronter le Mali    En images Affrontements entre les manifestants et la police à l'avenue Bourguiba    CTN : Avis aux passagers à destination de Marseille    Pèlerinage à la Mecque : 60.000 résidents vaccinés autorisés    Euro 2020 : Christian Eriksen victime d'un grave malaise en plein match    Coupe de Tunisie : les deux demi-finales auront lieu le 20 juin    Handball – championnat national : Programme de la 10ème journée play-off    Seuls 20,4% des personnes qui doivent être vaccinées sont enregistrées sur Evax    Habib Ammar: « La Tunisie est une destination touristique Covid-safe »    Journée de la Russie - Sergey Nikolaev salue le succès de la coopération russo-tunisienne    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    Echâab dénonce une tentative d'assassinat contre Badreddine Gammoudi et Ali Ben Aoun    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Tunisie-Béja: Agression du personnel de la santé et actes de vandalisme à l'hôpital régional de Téboursouk [Photos]    Soutien social et psychologique à l'enfant mineur agressé et humilié par des agents de l'ordre    Les Affaires sociales assurent un accompagnement social et psychologique à la victime de Sidi Hassine    AGIL fête ses 60 ans et organise une journée portes ouvertes    Liberté d'expression : Les médias s'accrochent à leur indépendance    Produits made in Tunisia : Quand va-t-on consommer purement tunisien ?    Programme TV du samedi 12 juin    Si vous êtes demandeur d'un lotissement AFH, ceci vous intéresse    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Exposition collective «Beyrouth» à la Galerie Terrain Vagh à Paris : La révélation d'une ville    Sophie Renaud, Directrice de l'institut français de Tunisie, à La Presse : «La Tunisie abritera les états généraux du livre francophone»    Jean Fontaine: Le migrant inversé    News | L'Etoile sonde la filière congolaise    Point de vue | Un véritable tournant !    La vérité nue    Jendouba : La récolte céréalière en hausse de 40%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    Zarzis-Plateforme Miskar : Les ouvriers demandent l'évacuation des migrants irréguliers à bord    Seif Al Islam Kadhafi annonce son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye    Derby Arabe Tunisie vs Algérie: regarder le match amical du 11 juin en Streaming    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Le dinar tunisien s'est déprécié de 5% vis-à-vis de l'euro    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed veut créer un paysage politique à sa convenance
Publié dans Business News le 22 - 04 - 2021

Le gendre de Rached Ghannouchi et dirigeant d'Ennahdha, Rafik Abdessalem, a estimé que le président de la République Kaïs Saïed n'accepte pas les résultats des élections et veut créer un paysage politique à sa convenance, en écartant les partis élus pour offrir la gouvernance à des partis minoritaires.

Au micro du Mohamed Yousfi dans l'émission Houna Tounes sur Diwan FM, M. Abdessalem a repris pratiquement les mêmes idées exposées la veille par le président du conseil de la Choura du mouvement Ennahdha, Abdelkarim Harouni.


Ainsi, dirigeant nahdhaoui a expliqué que le dernier discours du chef de l'Etat n'a pas dérangé que Ennahdha mais d'autres parties prenantes et ce qui est dérangeant est le fait que le président s'octroy le rôle de juge et partie.
Kaïs Saïed a aussi entravé les traditions politiques en voulant mettre sous son joug les forces de sureté qui sont normalement du ressort du chef du gouvernement, a-t-il affirmé, en soutenant que l'objectif de ce dernier est d'élargir ses prérogatives pour imposer un régime présidentiel.
Pour Rafik Abdessalem, le chef de l'Etat a un problème avec le système politique, la Constitution, le Parlement et qu'on ne peut pas le laisser expliquer la Constitution à sa convenance car la Tunisie est un Etat de loi et d'institutions.


Réagissant aux déclarations de certains sur une campagne d'arrestation orchestrée par le président Saïed et visant des élus et des politiciens, dont lui-même, le gendre de Rached Ghannouchi a mis en garde le chef de l'Etat contre une tentative d'utiliser la justice pour se débarrasser de ses opposants politiques. Et de marteler que toutes les dictatures ont préventu combattre la corruption pour parvenir à leurs fins, en impliquant leurs opposants dans des dossiers fabriqués de toutes pièces.

S'agissant de la virulence de ses attaques sur les réseaux sociaux contre le président de la République, le dirigeant nahdhaoui a assuré qu'il n'avait pas de conflit personnel avec lui, mais qu'il s'exprimait en tant que citoyen tunisien. Et d'expliquer qu'il est resté silencieux pendant plus d'un an mais que face aux graves atteintes commises par le chef de l'Etat et les menaces envers les acquis des dix dernières années, il ne pouvait plus se taire.
Il a précisé, dans ce cadre, que le plus grand problème du président est sa vision et son projet politique populiste qui refuse le système politique et veut instaurer un régime présidentiel. Ainsi, le président n'accepte pas les résultats des élections et veut créer un paysage politique à sa convenance, en écartant les partis élus pour offrir la gouvernance à des partis minoritaires : il a ses soutiens politiques et veut choisir le chef du gouvernement et les ministres régaliens, le tout sous le couvert de la Constitution.

I.N


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.