Tribune | Ecouter la rue, réformer sans bipolarisation ni consensus artificiel    Pôle judiciaire économique et financier: Ouverture d'une enquête judiciaire contre Ennahdha et Qalb Tounes    Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens, à La Presse : «Créer un ministère de la Ville pour s'attaquer à l'anarchie dans l'espace urbain»    Houssine Dimassi, économiste et ancien ministre : « Le Président a la légitimité de négocier avec les partenaires internationaux »    L'Organisation tunisienne pour informer le consommateur apporte son soutien absolu à Kaïs Saïed    Le FMI craint l'impact de la "fracture vaccinale" sur la reprise économique dans les pays émergents    Amical : Le PSG arrache le nul contre Séville    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Juillet 2021 à 11H00    Covid-19 : Chiffres totaux de vaccination    Noureddine Bhiri : Les célébrations du 25 juillet nous rappellent le soir du 13 janvier 2011    Naoufel Saïed fustige l'appel au soutien des puissances étrangères    Biat : Hausse du PNB de plus de 6%    Impôts : Les sociétés pourraient déposer leurs déclarations au plus tard, le 30 juillet    Quel avenir pour Ennahdha ?    Daily brief du 28 juillet 2021: Kaïs Saïed met fin aux fonctions de hauts cadres de la présidence du gouvernement    Tribune | Le peuple veut vous dire merci, Monsieur le Président    Ligue des champions : l'Espérance de Tunis sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Officiel: Varane rejoint Manchester United    Tunisie – Ennahdha s'accroche et fait des concessions    La municipalité de Tunis nie l'intervention de l'armée    JO Tokyo 2020 | Volley : la Tunisie battue par les Etats-Unis    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Landolsi éliminée en 1/16e des moins de 57kg    Tunisie: Le ministère de la Défense met en garde contre l'usurpation de son identité    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de la Belgique    Tunisie-Naoufel Saied rassure: Il ne s'agit pas d'un coup d'Etat    Bilan covid-19 : le bilan quotidien passe soudainement de 178 à 59 décès    Météo : La vague de chaleur se poursuit    Bilan Covid-19 : 3960 nouveaux cas et 59 décès    Jendouba [PHOTOS] : Plusieurs maisons décimées par des incendies à Ghardimaou    Le champion olympique Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui ne disputera pas la finale du 800 m NL    Les patrons soutiennent Kaïs Saïed    Tunisie – Coronavirus: Examen des moyens permettant d'accélérer la vaccination    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    Festival Hammamet 2021 : La pièce "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita bientôt en ligne    Le Baryton tunisien Haythem Hadhiri en concert dans la ville italienne de Bologne, les 26 et 27 juillet    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !
Publié dans Business News le 13 - 06 - 2021

Cette semaine a été marquée par la recrudescence des violences policières. A Sidi Hassine comme à El Jayara, deux jeunes sont morts. L'un dans les locaux de la police, l'autre dans des conditions obscures. Les manifestations des jeunes de ces quartiers misérables qui sont sortis dans les rues pour scander leur colère ont été brutalement réprimées par les forces du ministère de l'Intérieur. La manifestation organisée samedi à l'avenue Bourguiba a, elle aussi, été l'occasion pour les hordes de flics présents, de déverser toute leur haine et leur brutalité contre des jeunes civils qui n'ont à leur opposer que leur courage et leurs voix.
Aujourd'hui, il est évident que la violence policière est devenue une option stratégique et une politique d'Etat. Personne n'a plus la crédulité pour croire que ces violences policières répétées sont des actes individuels et isolés. Nul ne peut faire semblant désormais de ne rien voir. Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou qu'il se taise à jamais. Notre démocratie, fragile et malmenée depuis dix ans se trouve aujourd'hui réellement en danger.

Cela ne semble pourtant pas inquiéter outre mesure le chef du gouvernement qui s'est cru faire de l'esprit et épingler ses opposants en annonçant qu'il n'a pas, contrairement à eux, découvert le quartier de Sidi Hassine à l'occasion des derniers événements. Soit, mais sa connaissance des lieux ne lui a pas permis, visiblement, de proposer aux jeunes de ce quartier autre chose que les matraques de ses sbires.

D'ailleurs, depuis la fin de l'année dernière, il est devenu clair que ce gouvernement n'a rien à proposer aux revendications sociales que la violence, la grossièreté, la brutalité et l'inhumanité policière. A l'occasion des manifestations nocturnes dans les quartiers populaires de la capitale, les policiers se sont donnés à cœur de joie à exercer leur brutalité, allant jusqu'à déverser leurs bombes lacrymogènes à l'intérieur des habitations. Environ mille cinq cents jeunes ont été interpellés. Parmi eux, des centaines d'enfants qui ont eu droit à leur lot de grossièretés et de violences.
Lors de la manifestation qui a eu lieu à l'avenue Bourguiba au début de l'année, le sang a coulé à flot sur le macadam à cause de la brutalité policière exercée sous les fenêtres du ministère de l'Intérieur. Il ya quelques jours, à Sidi Hassine, un enfant de seize ans à peine, a été dénudé par des policiers et humilié devant les jeunes de son quartier pour en faire un exemple. Des centaines de Tunisiens anonymes sont maltraités et humiliés tous les jours dans les locaux de la police sans avoir le courage de parler ou la chance de devenir un sujet de débat public. Et combien même une enquête est ouverte, elle n'aboutit strictement à rien à cause du soutien tacite mais réel des chefs de la police, de la sainte alliance entre les syndicats de la police et la lâcheté de certains magistrats.
Aux dernières nouvelles, une pétition de censure contre le chef du gouvernement est entrain d'être signée. Malheureusement, elle a peu de chance d'aboutir tant que les islamistes et leurs acolytes continuent de soutenir le gouvernement actuel pour de petits intérêts sectaires, et tant que l'opposition continue à avancer en rangs dispersés. Pourtant, tous les partis politiques modernistes, toutes les forces républicaines et démocratiques devraient s'unir dans l'urgence et constituer un front, solide et actif sur le terrain, contre le retour de la dictature rampante. Ils peuvent, à l'occasion s'adosser sur les dernières positions du président de la république. Quant au parti destourien, au vu de son dernier communiqué dédié exclusivement aux violences policières subies par ses militants au Bardo le 5 juin dernier, il est évident qu'il ne faut plus compter avec lui dans toute action en faveur de la démocratie dans le pays. En effet, pour ce parti, tout événement qui ne met pas le PDL et surtout sa présidente dans une position centrale est un événement insignifiant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.