En vidéo : Saied préside la cérémonie de commémoration de l'assassinat de Farhat Hached    Kasserine : Une femme blessée dans l'explosion d'une mine    NBA : Chicago Bulls fait tomber les Nets, les Warriors surpris par les Spurs    CSS – Tusker : Formation probable des sfaxiens    André Parant, ambassadeur de France: La France, partenaire attentif et bienveillant de la Tunisie    Projet «Promotion du Tourisme Durable»: La Tunisie, notre destination    ils ont dit    Lutte contre le changement climatique: Les efforts d'atténuation : obligation ou opportunité ?    L'embrasement    Assassinat de Farhat Hached, il y a 69 ans: Le meurtre qui signa l'arrêt de mort de la colonisation    Mes odyssées en Méditerranée: Mariano Stinga, un renégat de Tunis    NEWS: Souleymane Coulibaly refait surface    C3 — TOUR DE RECADRAGE — MAtCH RETOUR — CSS-TUSKER FC (18H00) Le CSS dans le costume de favori    Après la desillusion de la Tunisie face à la Syrie (0-2): Jusqu'à quand les leçons non retenues ?    La reproduction canine    Pourquoi: Les taximans et leurs caprices…    Kairouan: Le soupir des coupoles    Ville de Tunis: Feelmedina, une initiative pour des week-ends heureux dans la Médina    Cérémonie d'ouverture de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage: Démarrage sur les chapeaux de roues    Macron et MBS veulent veiller à la «stabilité» dans le Golfe    Affaire Omar Lâabidi: 14 policiers accusés d'homicide involontaire    Choisir des plantes d'intérieur pour le chien et le chat...    Tunisie-Covid : Un décès et 219 contaminations    Tunisie-Météo : Cellules orageuses et pluies attendues    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    J04 – Ligue 2 Pro : Résultats et classements après les matches de samedi    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Bilan - Covid-19 : 219 nouvelles contaminations et huit décès    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Foot-Europe: le programme du jour    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Tunisie : La météo de ce samedi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant
Publié dans Business News le 15 - 10 - 2021

Depuis le 25 juillet 2021, Tunis est devenu un gigantesque cadavre pourrissant dans lequel nous errons sans espoir, de débâcles électorales en renoncements citoyens.

La société civile est paralysée, les partis politiques sont considérés comme des pestiférés. Chacun vit reclus dans son cocon d'inquiétude. Nous sommes tous dépendants d'un modèle unique façonné par les milices nahdhaouies, celui d'un individu sans lien, sans fil, qui doit se gérer comme une épicerie. Chacun est soumis à la précarité, à la cherté de la vie, à la peur du chômage. Mais à part l'angoisse, qu'est-ce que le président Kaïs Saïed saurait nous vendre ?

Il se fait passer pour l'homme providentiel, alors que sa théologie du profit n'est rien d'autre qu'une vision tyrannique éliminant l'homme pour le compte du marché. Dans l'immense nuage de poussière du grand effondrement tunisien, de son involution conservatrice, de la pseudo-équité musulmane qui s'est imposée dans le pays, toute richesse, toute innovation, tout progrès ont été confisqués.

Après la débâcle éhontée d'Ennahdha et la victoire sans équivoque de Kaïs Saïed sur le terrain, il n'a pas fallu longtemps pour que la bête reprenne du poil de la bête.

La Dakhilia, autrement dit le ministère de l'Intérieur, redouble de férocité. Depuis la reprise en main du 25-Juillet, il ne se passe pas un jour sans que cette police fasse parler d'elle. Violations de domicile, chasses à l'homme, filatures, descentes. Dans des villes cadenassées, les policiers font la guerre aux manifestants.

La Direction centrale des renseignements généraux est pratiquement la seule direction qui n'a pas été inquiétée par Kaïs Saïed. Il a ainsi récupéré intacte la boîte noire du régime islamiste.
Dedans, il y a les dossiers concernant tous les responsables publics, toubibs, avocats, artistes, homosexuels, prostitués… Tout est conservé au chaud, pour salir la réputation d'éventuels adversaires.

Kaïs fait fi des lois de la République. Avec cette mainmise gargantuesque sur les rouages de l'administration et des pouvoirs de proximités, son intention semble claire : déchirer le tissu de la société civile et empêcher toute forme d'alternance. Pas de séparation des pouvoirs, pas de contre-pouvoirs, pas de multipartisme, pas de liberté d'expression, pas de liberté de culte, pas de liberté de manifester, pas de laïcité, pas de droit de grève, pas d'égalité, pas de liberté, pas de dignité. On dirait l'instauration d'une dictature importée de Téhéran, celle des tribunaux d'inquisition préconisée par les Mollahs de l'internationale Chiite qui surveille vos goûts vestimentaires, alimentaires, jusqu'à vous poursuivre dans la chambre à coucher.
Désormais, tout est clos. Sans issue. La seule soupape de sécurité, c'est de suivre Kaïs, le guide. Sur l'échiquier politique, les pièces maitresses sont comme pétrifiées.

Alors quelle alternative ? Un virage à l'égyptienne ? Avec l'armée ? Sans l'armée ? Tunis attend en pourrissant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.