Banque centrale de Tunisie: Politique monétaire et financement de l'entreprise    Souad Abderrahim présente ses condoléances à la famille de Meherzia Laabidi    Libye: L'ONU fixe un délai pour choisir une autorité exécutive    Tunisie: L'ANETI: Offres d'emploi en Allemagne    La députée du Parti Ennahdha Meherzia Labidi n'est plus    Tunisie: La Direction Régionale de la Santé de l'Ariana recrute    COVID-19 Sousse, situation au 21 Janvier: 163 nouveaux cas et 9 nouveaux décès    Coronavirus : 68 décès supplémentaires et 2511 nouvelles contaminations en 24 heures    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Dernière minute : Meherzia Labidi n'est plus    Le message émouvant de Farah la fille Meherzia Labidi à sa Maman    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les soutiens s'organisent autour de l'énigmatique Kaïs Saïed
Publié dans Business News le 19 - 09 - 2019

Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, Kaïs Saïed, choisi par 18,4% des électeurs tunisiens, représente la claque magistrale que les Tunisiens ont infligée à l'ensemble de la classe politique et à ceux au pouvoir. Entré en toute discrétion sur la scène politique, sans aucun soutien partisan ou structure apparente, Kaïs Saïed bénéficie déjà d'une vaste vague d'appui non seulement populaire mais aussi de la part de politiques ayant vu en lui l'homme du changement.
Devançant le candidat du parti « Au cœur de la Tunisie » Nabil Karoui, d'environ 3 points, Kaïs Saïed a créé la surprise avec sa montée en force dans les récents sondages d'opinion. Ces intentions de vote viennent de se confirmer par les résultats préliminaires du scrutin présidentiel donnés par l'Isie, lui garantissant ainsi le passage au 2ème tour.

Juriste spécialiste en droit constitutionnel aux traits figés et adepte d'un arabe littéraire rigoureux et un peu raide ainsi que d'une diction atypique, Kaïs Saïed s'est présenté comme le candidat antisystème avec des positions conservatrices qui est devenu une énigme pour les observateurs et les analystes. Ces derniers ne l'ont pas vu venir, d'autant plus que les moyens financiers mobilisés autour de sa campagne étaient, pour le moins, faibles. Une campagne passée totalement sous les radars.
Ayant refusé d'innombrables apparitions télévisées ou radiophoniques, Kaïs Saïed a préféré sillonner le pays établissant un contact direct avec les citoyens sans grands meetings, sans buzz médiatique et même sans affiches sophistiquées, Kaïs Saïed est la preuve vivante que la réussite en politique est réalisable en l'absence d'une machine électorale. Mieux encore, il a laissé très loin derrière l'ensemble des politiciens chevronnés en dépit de leurs appareils et leurs moyens colossaux.
Il a également renoncé à son droit au financement public déclarant d'ailleurs qu'il avait collecté la caution de 3 mille dinars exigée par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) au sein de sa famille.

Kaïs Saïed est, cependant, connu auprès du public tunisien grâce à ses interventions en sa qualité de constitutionnaliste après la Révolution, acquérant une réputation de sérieux, de compétence et d'intégrité. Invité des plateaux pour décortiquer la Constitution de 2014 aussi bien que l'établissement des institutions de l'Etat, il n'a pas caché ses convictions qui s'opposaient à la centralisation.
Une conviction qui est restée inchangée dans la mesure où il estime que la transformation du pays émane d'une gouvernance renversant la pyramide du pouvoir et consolidant la volonté politique de la société. Kaïs Saïed est pour un changement radical et en profondeur du système de gouvernance actuel où il prône l'élection des représentants locaux dans des conseils locaux élaborant des projets de développement local.
Ces représentants locaux choisiront à leur tour un représentant pour siéger dans un conseil régional coordonnant les projets locaux et régionaux. Les conseils régionaux choisiront, par la suite, un représentant de chaque conseil local afin de former l'Assemblée nationale.
Ce projet de révision de la Constitution éliminera ainsi les élections législatives et le parlement sera composé de 265 députés au lieu des 217 actuels avec des élections sur listes ouvertes pour les Tunisiens résidant à l'étranger.
Il s'agit d'une véritable « transition révolutionnaire » qui va à l'encontre de toute la conception centralisatrice ayant constitué l'Etat tunisien et restructure totalement le paysage politique. Un chamboulement apprécié par certains qui ont fait front en sa faveur mais qui intimide, en même temps, ceux qui ne sont pas prêts à voir s'installer un changement aussi drastique.

Outre l'appui de plusieurs jeunes surtout ses étudiants et ceux qui l'ont côtoyé de près, Kaïs Saïed semble fasciner les conservateurs séduits par ses positions fermes vis-à-vis des questions inhérentes essentiellement aux libertés individuelles, réfutant l'égalité successorale, la dépénalisation de l'homosexualité ainsi que l'abolition de la peine de mort. Toutefois, Kaïs Saïed a rassuré les Tunisiens, dans son premier discours prononcé après son passage au 2ème tour de la présidentielle, qu'il n'y aura pas de place pour l'exclusion et qu'il veillera à protéger la dignité de tous les citoyens.
Il a pu, de surcroît, bénéficier du soutien d'une partie du réservoir électoral d'Ennahdha notamment celui qui s'oppose à la direction actuelle du parti islamiste et qui souhaite la rupture avec l'ancien système. Un soutien qui lui a valu le soupçon d'être le candidat caché d'Ennahdha voire son « oiseau rare ». Les sondages ont, d'ailleurs, précisé que 24,8% des électeurs ayant voté Ennahdha en 2014 ont voté Kaïs Saïed.

Même si le président d'Ennahdha, Rached Ghannouchi ne s'est pas encore prononcé clairement sur son soutien à Kaïs Saïed reléguant cette décision au Conseil de la Choura, les élus du parti islamiste, Ameur Laârayedh et Ajmi Lourimi ont, en effet, exprimé explicitement leur soutien à Kaïs Saïed. Ajmi Lourimi est même allé jusqu'à prétendre que si le choix du candidat d'Ennahdha était soumis au vote au sein du parti, Kaïs Saïed aurait occupé un rang avancé dans les intentions de vote.
Pour Mohamed Ben Salem, également député du parti islamiste, le soutien de Kaïs Saïed était inévitable vu qu'il « représente un moindre mal face à l'autre camp dont la corruption est avérée ». Bien qu'il soit « un anarchiste d'extrême gauche », il croit en la Révolution et il s'oppose aux « pourris et malhonnêtes » même ceux au sein d'Ennahdha.
L'ex-nahdhaoui et ancien chef du gouvernement, Hammadi Jebali, aussi candidat à la présidentielle, a pour sa part annoncé son appui à Kaïs Saïed, se mettant du « côté de la liberté et de la dignité ». Une position partagée par Mohamed Hechmi Hamdi et Seif Eddine Makhlouf qui a affirmé que la Coalition « Al Karama » assurera un soutien parlementaire à Kaïs Saïed.

Le président d'Al Harak et ancien président de la République, Moncef Marzouki a, par ailleurs, exprimé son soutien à Kaïs Saïed, en célébration des valeurs de la « Révolution et de la Constitution ». C'est également pour cette raison que le candidat Mohamed Lotfi Mraihi a appuyé Kaïs Saïed, soulignant qu'il était un homme « intègre, simple et ressemblait au peuple tunisien indépendamment de son projet ». Le candidat Safi Saïd a, de son côté, préconisé à Kaïs Saïed d'être « fort et persévérant » le mettant en garde contre les tentatives de « diffamation et de dénigrement des médias corrompus et vendus ».
Le mouvement du peuple (Echaâb), le Courant démocratique (Attayar), ainsi que le parti Al Joumhouri ont tous exhorté les citoyens à accorder leurs voix au candidat qui « changera la scène politique, atteindra les objectifs de la Révolution, appliquera la loi et imposera les réformes nécessaires pour sortir la Tunisie de la crise », selon le secrétaire général d'Al Joumhouri, Issam Chebbi.
Néanmoins, certains politiques qui ont ouvertement exprimé leur soutien à Kaïs Saïed semblent vraisemblablement ignorer ses positions conservatrices qui viennent à l'encontre de leurs convictions. Ceux qui l'appuient à présent, souhaitent-ils réellement la dissolution du Parlement ? Sont-ils pour la peine capitale ? S'opposent-ils à l'égalité dans l'héritage ?

Contrairement à ceux qui se félicitent de la rénovation du paysage politique, de l'élimination de l'actuel gouvernement sanctionné par les urnes, plusieurs voix se sont élevées mettant en doute le projet de Kaïs Saïed.
Avec quelles prérogatives Kaïs Saïed réussira-t-il à appliquer son plan d'éradiquer la corruption et l'évasion fiscale ? N'a-t-il pas besoin de disposer d'une majorité parlementaire et de coalitions stables puisque tout se joue au niveau des législatives ? Ce même parlement qu'il compte dissoudre envisageant, de plus, d'écarter tout le système qui lui a permis de passer au second tour et lui attribuera, éventuellement, la présidence de la République.

Certains vont même jusqu'à remettre en cause la légitimité de la réussite de Kaïs Saïed étant donné que le principe de l'équité des chances n'a pas été respecté concernant son adversaire et 2ème candidat à être passé au 2ème tour, Nabil Karoui, incarcéré et privé de sa propre campagne électorale. Un autre casse-tête qui rend le second tour de la présidentielle, encore plus imprévisible...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.